BuLi

Membres.
  • Compteur de contenus

    311
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite


À propos de BuLi

  • Rang

Football

  • Equipe Allemagne - Mönchengladbach

Visiteurs récents du profil

455 visualisations du profil
  1. FC Kaiserslautern

    La 3. Liga n’est pas viable économiquement, surtout pour un club comme le FCK, déjà fragile financièrement et avec de lourdes charges, liées notamment au Betzenberg qui n’est finançable qu’avec de fortes affluences. Et là, pas de déménagement possible dans un stade moins coûteux comme l'a fait 1860. Il ne serait même pas certain que le club recevrait une licence pour repartir en 3. Liga et, en cas de descente, pourrait être contraint de s’aligner un cran en-dessous, en Regionalliga. On n’en est pas là mais avec 2 petits points après 7 journées, c’est sûr que tous les jokers sont déjà épuisés.
  2. Hanovre

    4ème avec 11 points, c’est une belle performance pour les 96, seule équipe toujours invaincue avec Dortmund et Hoffenheim et avec seulement deux buts encaissés par leur gardien Philipp Tschauner, qui pourrait remporter le prix du gardien le plus sympa si ce prix existait. Tout irait bien si les relations exécrables entre les fans et la direction du club ne plombaient pas un peu l’ambiance.
  3. FC Köln

    Je ne crois pas que le succès d’une équipe puisse reposer sur un seul joueur et que son départ soit la seule cause de la chute. Il n’y a qu’à comparer les performances de Leo Bittencourt ou de Yuya Osako entre la saison dernière et cette saison pour voir que le problème est ailleurs. Logiquement, le FC Köln devrait se redresser car il vaut mieux que la dernière place, même si évidemment, le facteur psychologique va maintenant être déterminant. En tous les cas, mon opinion est que Peter Stöger reste l’homme le mieux placé pour conduire cette équipe.
  4. Borussia Mönchengladbach

    J’étais au Borussia-Park mardi soir pour assister à la victoire de Gladbach sur Stuttgart. A peine 44 000 spectateurs. Le public du Borussia vient parfois de loin et une programmation en semaine pèse toujours sur les affluences. Ça n’a pas été un très grand match mais au moins, les Fohlen ont fait le job pour assurer les trois points et le public était vraiment content à la fin. Le match a été interrompu un moment par l’arbitre après que des ultras du VfB aient allumé des torches. Mickaël Cuisance avait fait bonne impression durant la préparation cet été. On le sent bien intégré à son équipe et du coup, il joue sans retenue. Denis Zakaria, je lui trouve une technique impressionnante et un super touché de balle. Son problème est dans la relance et la construction du jeu mais à 20 ans à peine, il a largement le temps de progresser.
  5. Bayer Leverkusen

    Je le pense également. Il faudra voir s’il a besoin d’une phase d’adaptation. Il sera important car, même s’il ne joue plus le rôle qu’il a eu joué, il se murmure que Stefan Kiessling pourrait raccrocher les crampons à la trêve hivernale, suite à ses problèmes chroniques à la hanche.
  6. FC Ingolstadt 04

    C’est fait, Stefan Leitl, qui assurait l’intérim après le licenciement de Maik Walpurgis, a pris la direction de l’équipe. C’est une figure « historique » du club et à 40 ans, il est sans doute le mieux placé pour relancer l’équipe après un début de saison raté puisque le FCI est seulement 13ème.
  7. VfL Wolfsburg

    Martin Schmidt est le 10ème entraîneur du VfL Wolfsburg depuis son titre en 2009 ! Si on se rappelle que Dieter Hecking avait « tenu » 3 ans et 10 mois, on devine la moyenne pour les autres. Le manque de persévérance, de ligne claire et de stabilité sont sans doute des facteurs importants dans la misère sportive du club.
  8. Deutschland

    Ce n’est pas en minimisant le problème qu’on le réglera. Les « Sieg-Heil », on les entendait même à la TV ! Si les joueurs n’ont pas voulu aller saluer le public, c’est parce que le groupe extrémiste était à proximité immédiate de la tribune réservée aux fans allemands et il n’était pas possible pour eux d’aller saluer sans distinguer les uns des autres. De plus, il s’est agi d’une réaction spontanée, épidermique. Ils étaient dégoûtés, tout simplement. Timo Werner n'a pas a être insulté, qu'il soit bon ou mauvais. De toute façon, il a été insulté juste après avoir marqué son but. Pour ce qui est de Julian Brandt, il a le droit d’exprimer son opinion, même s’il a fait un mauvais match.
  9. Bayern Munich

    Mats Hummels n’a pas pris position sur les ultras. Il a pris position contre un groupe de spectateurs qui ont, pendant le match à Prague, perturbé la minute de silence par des cris, insulté Timo Werner après son but et crié des slogans nazis. En vrai patron de l’équipe, bien qu’il n’était pas capitaine, il a invité ses coéquipiers à rentrer directement aux vestiaires sans saluer le public à la fin du match et toute la Mannschaft a fait bloc. Dommage pour les supporters mais l’écœurement était trop grand. (cf. la discussion sur le topic de la Mannschaft) Merci à l’équipe d’avoir réagi comme ça et bravo à Mats Hummels pour son intégrité.
  10. Deutschland

    Julian Brandt et l’ensemble de l’équipe ont voulu se distinguer d’un groupe de spectateurs qui ont, pendant le match à Prague, perturbé la minute de silence par des cris, insulté Timo Werner après son but et crié des slogans nazis. A la fin du match, sous l’impulsion de Mats Hummels, l’ensemble de la Mannschaft est rentré aux vestiaires sans aller saluer le public comme les joueurs le font habituellement. Il faut préciser que ce groupe n’était pas installé dans le bloc réservé aux fans allemands mais à côté. L'article du "Monde" cité par Guru relate bien la situation. Je comprends que les joueurs n’aient pas envie de se sentir « soutenus » par ces nazillons et c’est très bien qu’ils l’aient fait savoir. Pas grand-chose à dire concernant le match lui-même : la première mi-temps a été bonne, la seconde très mauvaise, la victoire chanceuse et la qualification pratiquement assurée. Timo Werner joue au RB Leipzig qui est considéré comme le symbole de la marchandisation du football, en opposition aux "Traditionsklub". Les matches du RB Leipzig à l'extérieur font régulièrement l'objet de problèmes liés aux insultes des ultras locaux et les joueurs de ce club sont quelquefois pris à parti par des fans qui pensent qu'ils préfèrent des salaires très confortables à l'amour de leur sport. Le problème est évidemment qu'en agissant ainsi, ces "fans" salissent eux-mêmes le sport qu'ils sont sensés défendre.
  11. Deutschland

    Voici la liste des joueurs retenus par Jogi Löw pour les qualifs en Coupe du Monde le 1er septembre à Prague contre les Tchèques et le 4 à Stuttgart contre les Norvégiens : Gardiens : Bernd LENO (Leverkusen) Marc-André TER STEGEN (Barcelona) Kevin TRAPP (Paris Saint-Germain) Défenseurs : Matthias GINTER (Mönchengladbach) Jonas HECTOR (FC Köln) Benjamin HENRICHS (Leverkusen) Mats HUMMELS (Bayern) Joshua KIMMICH (Bayern) Antonio RÜDIGER (Chelsea) Niklas SÜLE (Bayern) Milieus & attquants : Julian BRANDT (Leverkusen) Emre CAN (Liverpool) Julian DRAXLER (Paris Saint-Germain) Serge GNABRY (Hoffenheim) Mario GOMEZ (Wolfsburg) Leon GORETZKA (Schalke) Sami KHEDIRA (Juventus Turin) Toni KROOS (Real Madrid) Thomas MÜLLER (Bayern) Mesut ÖZIL (Arsenal) Sebastian RUDY (Bayern) Lars STINDL (Mönchengladbach) Timo WERNER (RB Leipzig) Amin YOUNES (Ajax Amsterdam) Il y a quelques absences, pour blessures ou raisons diverses : Marco Reus, André Schürrle, Julian Weigl, Mario Götze, Ilkay Gündogan, Benedikt Höwedes, Manuel Neuer, Jerome Boateng. Il y a donc 17 vainqueurs de la Confed Cup, 6 « habitués » de la Mannschaft qui étaient absents en Russie et 1 champion d’Europe avec les U21. Aucun nouveau. Pour moi, il y a deux surprises : l’absence de Shkodran Mustafi et la présence d’Amin Younes.
  12. Borussia Mönchengladbach

    Après sa victoire dans le derby contre Köln, Gladbach est passé près d’un départ sans faute en Bundesliga. Malgré un but de Finnbogason après… 35 secondes, les Fohlen ont vite pris l’ascendant à Augsburg avec une première mi-temps réellement bonne, récompensée par deux buts de Denis Zakaria (comme Nico Elvedi la semaine dernière, c’est son premier but en Bundesliga) sur une passe décisive de Lars Stindl et d’Oscar Wendt sur une passe décisive de Patrick Herrmann. Changement de scénario en deuxième mi-temps : face à des Fohlen passifs et dépassés, elle a été totalement dominée par Augsburg qui a égalisé de façon méritée mais à seulement deux minutes de la fin par Sergio Cordova. C’est ce que j’appelle un match « haricot » car il faudrait l’équeuter des deux bouts, le début comme la fin. Au final, un nul à l’extérieur est toujours positif mais il reste un sentiment d’inachevé.
  13. 1899 Hoffenheim

    Son début de saison me donne effectivement tort. Personnellement, je n’ai vu que le match aller. Je l’ai trouvé mauvais bien que « Kicker » lui ait accordé une note passable (3), comparable à celle de Benjamin Hübner et meilleure que celles de Kevin Vogt (3,5) et d’Ermin Bicakcic (5). Les notes du match retour sont mauvaises pour tous : 5 pour Nordveit et Hübner et 4,5 pour Vogt. Bikacic est resté sur le banc de touche. A Mönchengladbach, Havard Nordveit jouait (très bien, je le réécrit) milieu défensif. Je ne comprends pas pourquoi Nagelsmann le fait jouer en défense… ou pas du tout comme à Leverkusen. En Europa League, Hoffenheim a un bon coup à jouer dans un groupe à sa portée avec Braga, Basaksehir et Rasgrad.
  14. FC Köln

    Après une défaite dans le derby rhénan pour la première journée, le FC Köln a connu une grosse déconvenue contre HSV à domicile. La défense a été horriblement mauvaise. En Europa League, contre Arsenal biens sûr mais aussi contre l’Etoile Rouge et BATE Borisov qui sont des habitués de la scène européenne, le FC Köln devra montrer un autre visage s’il ne veut pas rater son retour en coupe d’Europe après 25 ans d’absence.
  15. DFB-Pokal

    Le tirage du 2ème tour de la DFB –Pokal (24 et 25 octobre) a, on le sait, une grosse tête d’affiche avec RB Leipzig – Bayern mais il y a aussi d’autres matches intéressants. Il y a plusieurs derbies avec Düsseldorf – Mönchengladbach, Wolfsburg – Hannover et Fürth – Ingolstadt. Le petit poucet Schweinfurt recevra Frankfurt tandis que le tenant du titre, Dortmund, ira à Magdeburg, vainqueur d’une équipe de Bundesliga au premier tour, Augsburg. Voici le programme complet : Schweinfurt - Eintracht Frankfurt Osnabrück – Nürnberg Magdeburg – Dortmund Paderborn - Bochum Wehen Wiesbaden - Schalke 04 Düsseldorf – Mönchengladbach Mainz – Kiel Hertha BSC - FC Köln Leverkusen - Union Berlin Regensburg – Heidenheim Wolfsburg – Hannover Werder Bremen – Hoffenheim Kaiserslautern - VfB Stuttgart Fürth – Ingolstadt Freiburg - Dynamo Dresden RB Leipzig - Bayern München