cfespana

Membres
  • Compteur de contenus

    3
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite


À propos de cfespana

  • Rang

Football

  • Equipe France - Angers

Réseaux Sociaux

Informations

  • Sexe
  1. El entrenador del París Saint-Germain (PSG), el español Unai Emery, aseguró hoy que el brasileño Neymar "se va a quedar aquí", al respecto de los rumores que apuntan al posible interés del delantero en abandonar el club francés. En una rueda de prensa tras el entrenamiento de los parisinos, Emery recordó que cuando su equipo fichó a Neymar del Barcelona antes del comienzo de la temporada "fue con un objetivo claro, que se quede, y él se va a quedar aquímaillot 2018 psg;. El técnico vasco, interpelado en numerosas ocasiones por el brasileño, recordó que "lo más importante con Neymar es lo que vivimos día a día, y no lo que leemos en la prensa". Emery insistió en que "todos los futbolistas son personas antes que jugadores", y abogó por encontrar los vínculos emocionales que cada futbolista necesita, en alusión a las últimas demostraciones de Neymar de sus sentimientos en público. Según el entrenador, el equipo técnico hace todo lo posible para que la adaptación del brasileño al club francés sea lo más rápida, aunque "cada persona necesita su tiempo". Neymar no pudo evitar las lágrimas cuando compareció ante la prensa para desmentir su mala relación con el entrenador y con el uruguayo Edinson Cavani tras el amistoso que disputó con Brasil en Lille frente a Japón el pasado viernes. Emery reconoció que vio esas imágenes, aunque no entró a valorarlas, y destacó el buen trabajo psicológico y deportivo que ha hecho el seleccionador brasileño Tite con Neymar.
  2. FC Metz

    Rapidement mené au score, le FC Metz a laissé Lyon s’emparer du succès (2-0). Un dixième revers en onze parties de Ligue 1 qui assombrit un peu plus le ciel grenat. Au moins, Frédéric Hantz sait où il met les pieds: le chantier est énorme. Par Hervé Kuc Le match et sa note. Il ne fallait attendre aucun miracle du déplacement du FC Metz à Lyon. Et sur ce point-là, personne n’a été déçu. Dominés dans tous les compartiments du jeu, asphyxiés par un adversaire autrement mieux armé, les hommes de José Pinot ont laissé l’OL prendre les devants de manière bien trop précoce. Malgré une défense renforcée dans l’axe (Niakhaté, Philipps, Rivierez), les Messins ont vu Fékir s’enfoncer dans leur surface et mystifier Kawashima (1-0, 6e). Un peu plus de dix minutes plus tard, le même Fékir a profité d’un débordement de Tousart pour enfoncer le clou de près (2-0, 19e). La fin des haricots pour un onze grenat totalement inefficace dans la zone adverse et incapable de construire le moindre mouvement offensif au cours de la première période. Ensuite, Lyon va délibérément laisser Metz s’emparer du ballon et Dossevi (65e) aurait pu permettre à son équipe de revenir un peu dans la partie. Une formation mosellane qui va faire meilleure figure dans le jeu sans pouvoir néanmoins s’approcher de manière franche du but de l’OL. Un 9/20 pour un nouveau revers qui a pris forme au cours des vingt premières minutes et qui va obliger Frédéric Hantz et ses nouveaux protégés à prendre le meilleur sur Lille dimanche prochain. Les joueurs et leur note. Kawashima (4,5/10) est fautif sur le premier but lyonnais car il n’a pas su fermer l’angle de son but. Il est bien intervenu devant Cornet (88e). En défense, Balliu (4) n’a pas réussi à adresser un centre correct et a laissé Mariano lui filer sous le nez (50e). Rivierez (4) a été agressif mais a affiché des limites dans une position axiale qui ne lui va pas: Nguette est venu prendre le relais (81e). Niakhaté (5) s’est montré solide tout au long de la partie.Philipps (5) a été trop lent (12e) puis est intervenu avec détermination (44e). Il a récolté un carton jaune (48e) et a tenu bon physiquement jusqu’au terme de la rencontre. Assou-Ekotto (3,5) s’est fait avoir comme un «bleu» par Tousart sur le second but lyonnais et a semblé trop juste physiquement. Au milieu, Poblete (6) a été actif, s’est efforcé de jouer souvent juste dans les pieds et a eu le grand mérite d’initier les rares offensives messines. Cafù (3) a multiplié les fautes, il a couru dans le vide et n’a jamais donné l’impression de se sentir à l’aise sur la pelouse. Sa relance dans l’axe et sur un Lyonnais (59e) reflète sa prestation. Il a logiquement cédé sa place à Vincent Thill (64e). Cohade (4) a essayé mais son jeu a été bien trop brouillon et confus pour apporter de la clarté au jeu grenat. Dossevi (5,5) aurait pu permettre aux siens de revenir dans la partie (65e), néanmoins il a lutté et a été un des rares à donner du rythme et de la technique au format grenat. En attaque, Roux (3) a été transparent. Sevré de ballons et surtout laissé à l’abandon par sa formation. Triste destinée pour le meilleur buteur grenat (3 réalisations). Pas un merci pour Hinschberger? Sous l’ère Carlo Molinari (jusqu’en 2009), le FC Metz était reconnu et vanté pour ses vertus familiales. Mais, ça, c’était avant. Limogé le dimanche 22 octobre 2017, Philippe Hinschberger n’a eu droit à aucun mot de reconnaissance de la part de la direction du club messin. Pourtant, arrivé à Noël 2015, l’enfant du club (1977/1992) a permis au FC Metz d’accéder à la Ligue 1 puis de s’y maintenir. Franc du collier, son interview (Graoully Mag/Mirabelle TV) donnée quelques heures à peine après son éviction a été poignante et d’une incroyable honnêteté: il a même eu une classe folle en souhaitant le meilleur au FC Metz. La réciprocité n’a pas eu lieu. Homme intelligent, connu et reconnu pour son parler-vrai et apprécié pour son absence de langue de bois, «Hinsch’» a été d’une totale transparence et correction pour tous les lyonsuiveurs que nous sommes. Malgré un début de saison raté (9 revers en 10 parties), il méritait une autre sortie. Merci Philippe Hinschberger. 53.921. Soit le nombre de spectateurs (guichets fermés) qui ont assisté à OL-FC Metz de ce dimanche. La recette? Des places à 10 euros pour les adultes et 7 euros pour les plus jeunes. Jean-Michel Aulas sait y faire. Certains présidents de club devraient en prendre de la graine.
  3. Après le Bayern Munich et le PSG, mardi, quatre équipes peuvent espérer se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, mercredi soir, dès la 4e journée de la phase de groupes. Si Monaco doit gagner sur la pelouse du Besiktas (mercredi, 18h00) pour revenir dans la course à la qualification dans le groupe G, une victoire du club turc enverrait les coéquipiers de Quaresma en huitièmes de finale. Ils compteraient alors 12 points en quatre matches. Un nul combiné à une victoire de Leipzig à Porto les qualifierait aussi. Besiktas qualifié si : - il gagne - il fait match nul et Leipzig gagne à Porto Groupe F Manchester City qualifié si : - il ne perd pas à Naples Le classsement du groupe F Groupe H Le Real Madrid qualifié si : -il gagne face à Tottenham et Dortmund et Nicosie font match nul Tottenham qualifié si -il gagne face au Real Madrid et Dortmund et Nicosie font match nuldortmund Qui pensez-vous que le champion sera?