ferveur-ol

Membres.
  • Compteur de contenus

    11004
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Days Won

    12

1 abonné

À propos de ferveur-ol

  • Rang
  • Date de naissance 08/02/91

Football

  • Equipe France - Lyon la Duchère

Réseaux Sociaux

Informations

  • Sexe

Visiteurs récents du profil

13764 visualisations du profil
  1. Son transfert permettra une bonne entrée d'argent. Et d'éviter ce genre de mascarade.
  2. C'est pas ce que j'appelle des chiffres probants C'est même contradictoire Donc la théorie...
  3. #LDCproject nous
  4. Ca pue le 5 3 2 d'ici Tout à fait d'accord, c'est même un avantage pour moi. Les supporters l'ambiance etc... ca a ses limites yes fidèle à lui-même quoi #JeVaisMontrerALOlQuilsOntEuTort
  5. Il n'est pas qualifié, du fait des quelques minutes de LDC qu'il a jouées avec nous. Donc pas de risque de le voir.
  6. On continue les prédictions : on va se faire poutrer par la Roma.
  7. Perso je suis assez confiant. L'AZ c'est faible, et les mecs ont plus l'air d'être en sortie scolaire en France que d'être préparés pour jouer un match de coupe d'Europe.
  8. Y'a tout dans cette vidéo. La gueule des Verts, le chant des Anglais. Je les aime.
  9. Il a vraiment été sympa, il est marrant et a pris près d'une demi heure pour échanger de manière ultra constructive et pédagogique en plus
  10. Suite du volet financier de l'OL, avec l'avis de Pascal Perri ("prof Perri"), économiste passant souvent sur RMC Au lendemain de la communication du rapport financier semestriel d’OL Groupe, Jean-Michel Aulas tenait ce matin une conférence de presse. Plusieurs éclaircissements sont à noter, bien que certains points demeurent discutables. Avec, en prime, l’avis de Pascal Perri, économiste intervenant régulièrement sur les ondes de RMC. Les chiffres du premier semestre de l’activité du holding de l’OL montrent que Lyon reste tributaire des revenus de la Ligue des Champions et que le Parc OL, qui génère des recettes importantes, coûte cher à exploiter. « On a 365 emplois à temps plein, c’est une nouvelle entreprise », tranche Jean-Michel Aulas avant d’ajouter : « On a plutôt embauché plus qu’il ne fallait pour avoir la meilleure qualité. » Des charges d’exploitation justifiées selon Pascal Perri, économiste fin connaisseur du milieu du sport que nous avons joint par téléphone : « Ce ne sont pas des charges excessives au regard de programmes d’une telle envergure, d’autant plus qu’il s’agit d’une infrastructure d’accueil parmi les plus efficaces d’Europe ; il faut donc soigner « l’expérience client » : gestion des abords du stade, parkings, collaborateurs omniprésents… » « On a une marge de manœuvre », pour maîtriser ces coûts d’exploitation, a précisé JMA. Pascal Perri abonde : « Il faut du temps pour s’approprier ces grandes arénas. » Un marketing à réinventer Au sein du Parc OL, le marketing est encore en phase de test, pour ne pas dire de balbutiement. Si le e-commerce est en forte hausse, les recettes sur la marque OL restent mesurées. « Les boutiques progressent quand même », affirme Jean-Michel Aulas, tout en reconnaissant que « l’activité télé et voyage est en recul. » Selon nos informations, l’activité des boutiques est en hausse de 9%, mais une véritable réflexion est menée en interne afin de relancer leur activité. « Il faut qu’on réfléchisse à la boutique, qu’on éduque et sensibilise à l’application mobile, on va travailler pour les années qui viennent », a ainsi commenté le président lyonnais, visiblement conscient des failles stratégiques de son déploiement commercial. Des failles détectables au premier coup d’œil. Des exemples simples : il est aujourd’hui impossible d’acheter en direct sur l’application, , les VIP ne passent pas par la boutique du Parc OL « déjà tout le temps pleine », selon les propres mots de Jean-Michel Aulas. De même, l’expérience client est encore à améliorer, tandis que certains reprochent au stade et à l’équipe sa froideur quand l’humain doit être au cœur des préoccupations. « On n’est pas encore dans la culture américaine », analyse Pascal Perri tout en louant la démarche olympienne : « L’OL est le premier à entrer dans cette logique de services à partir d’une feuille blanche, c’est un véritable pari. » Le naming officialisé avant le 30 juin, la Chine au centre des attentions Le président de l’OL a confirmé hier matin que le naming devrait être officialisé d’ici le 30 juin 2017. « Nous sommes en phase de négociation finale avec trois groupes français et un certain nombre de groupes chinois », concède le boss lyonnais. Si rien n’a encore filtré sur le montant aujourd’hui espéré par les dirigeants (certainement aux alentours de 6 millions d’euros, au mieux), cette enveloppe permettra une nouvelle entrée d’argent de nature à minorer la perte de revenus potentielle d’une non-qualification en Ligue des Champions l’an prochain, sans pour autant remplacer les montants faramineux de droits TV sur la scène européenne (38,2 millions d’euros sur le premier semestre). Si le namer pourrait être chinois, les nouveaux investisseurs asiatiques ont d’ores et déjà mis la main au chéquier pour entrer dans le capital de l’OL. Cette entrée au capital permettra à l’OL de renégocier ses échéances bancaires. JMA a tenu à préciser que « le refinancement sera de l’ordre de 280 millions d’euros », proviendra de « partenaires financiers, au sens bancaires, sans arrivée de nouveaux actionnaires » et que cela permettra une « diminution des frais financiers de 10 millions d’euros par an. » Lyon vend sa technique de formation ALL : http://www.olympique-et-lyonnais.com/ol-finances-aulas-veut-moins-dependre-du-sportif-mais,130887.html Merci les Gones !
  11. ahah Ouais alors c'est en brainstormant qu'on s'est dit que finalement ca comblerait un trou, mais quand même, de là à s'assoir sur 5millions l'an dernier, j'ai du mal à y croire...
  12. Hello, J'ai décortiqué les chiffres hier soir, voici les grandes lignes (avant la conf de JMA) : OL – Finances : Lyon peut remercier la Ligue des Champions Les résultats semestriels d’OL Groupe viennent d’être communiqués. En attendant la conférence de presse de Jean-Michel Aulas ce matin, découvrez les chiffres essentiels. A retenir : le Parc OL coûte cher et la Ligue des Champions est toujours aussi vitale pour Lyon. Résultats semestriels, kézako ? En tant que société cotée, OL Groupe a l’obligation de publier un rapport financier semestriel (comptes et rapport sur l’activité, principalement) dans les trois mois de la clôture du semestre. Il s’agit là d’un temps fort de la vie financière de l’OL. Les chiffres publiés sont un indicateur prisé de la santé financière de la société, et constituent donc un signal étudié par les marchés financiers : le cours de bourse varie en conséquence. Les chiffres du 1er semestre 2016 Dans ce contexte, l’Olympique Lyonnais a diffusé un communiqué financier portant sur les résultats financiers du premier semestre de l’exercice, soit sur la période 1er juillet – 31 décembre 2016. Ce rapport présente l’évolution du résultat de l’OL en comparaison avec la période 1er juillet – 31 décembre 2015. Plusieurs points sont à retenir, que nous vous détaillons par thématique et de la façon la plus épurée possible à des fins de compréhension. Des produits d’activité en hausse Le Parc OL : explosion des revenus de billetterie, mais des coûts d’exploitation très importants Ligue des Champions : des revenus toujours vitaux Investisseurs chinois : signal positif pour la dette lyonnaise Augmentation de la masse salariale et nouvelle stratégie de ventes Le tout (c''est long) : http://www.olympique-et-lyonnais.com/ol-finances-lyon-peut-remercier-la-ligue-des-champions,130853.html
  13. Comme je l'ai santé à @'Ôlicha, je culpabilisais de prendre mon pied devant Monaco. Mais bordel, quelle équipe et quel match.
  14. Quand je vois l'effectif de Monaco, sur le papier improbable et sans prétention, sur le terrain redoutable avec des joueurs qui se révèlent et explosent partout... J'ai mal à mon OL. Effectivement, il faut rapidement prendre un virage...
  15. Je me dis pareil. Mais pas pour nous... #PSG A moins que le mec soit ultra sincère et qu'il souhaite garder son esprit bâtisseur et challenger. Alors, là, on est un prétendant crédible.