Aller au contenu

twb22

Membres.
  • Compteur de contenus

    38276
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    231

Tout ce qui a été posté par twb22

  1. 'In my time at Anfield we always said we had the best two teams on Merseyside, Liverpool and Liverpool Reserves.' (Bill Shankly) ANCIEN TOPIC Liverpool fin des années 1800 était une ville à la hauteur de sa puissance industrielle. Des bateaux de navigation du monde entier passèrent devant le Mersey Bar et descendirent la rivière et le port. La reine Victoria, alors proche de la soixantaine et de la quatrième décennie de son règne, domina la nation et son empire en pleine expansion. Les quais ont tous été nommés d'après les grandes figures de l'époque, Huskisson, Albert, Victoria, Canning, Stanley et Coburg. Les jours de la traite des esclaves étaient peut-être révolus depuis longtemps, mais le port prospérait encore plus alors que les goélettes à quatre mâts, les tondeuses Baltimore, le cap Homers et les écorces indiennes, les céréales et la laine d'Australie, le coton des Amériques et le sucre des Caraïbes. En échange, Liverpool exportait de l’équipement industriel et de la machinerie vers l’Empire florissant à l’étranger. De l'autre côté de la rivière Mersey, à Birkenhead, le chantier naval de Cammell Laird construisait non seulement des navires à voile mais des navires en fer pour transporter cette richesse de marchandises dans le monde entier. Les passagers affluèrent dans la ville à destination des navires et 315 passages de Guinée qui les transportaient en Amérique, en Australie ou en Inde, tandis que les paquebots Cunard et White Star s'affrontaient dans la course pour capturer le Blue Ribond tant convoité pour la traversée la plus rapide du Atlantique. Dans la ville, il y avait du travail pour des milliers de personnes, la population augmentant chaque semaine pour répondre à la demande de travailleurs. De nouvelles maisons ont été construites pour abriter le nombre croissant de la ville, des routes ont été construites, des boutiques prestigieuses ont été ouvertes et des parcs bien aménagés ont été cultivés. L'Angleterre victorienne était à son apogée. Les hommes et les femmes travaillaient des heures longues et pénibles pour de maigres récompenses. Mais il y avait du temps pour le plaisir. Les théâtres et les music-hall deviennent les centres de divertissement de masse. Tous les soirs, vous pouvez vous promener dans Lime Street et voir Sarah Bernhardt, Ellen Terry, Sir Henry Irving ou Grimaldi dans une douzaine de théâtres. Pour la première fois dans l'histoire britannique, cette prospérité retrouvée parmi les masses avait rendu la nation consciente des loisirs. Tout le monde ne pouvait pas se permettre le luxe d’une place à un cent au Prince de Galles ou au New Star Music Hall, mais il fallait se consoler en concevant son propre divertissement. Et ainsi, en Angleterre victorienne, le sport est devenu un passe-temps populaire pour les jeunes et les moins riches. L'ère victorienne a entraîné un flot de nouveaux sports sur la scène publique. Le rugby, le golf, le cricket, le hockey et le football associatif sont soudainement apparus pour satisfaire un pays affamé. À Liverpool, le rugby était le jeu d’équipe le plus important et le plus socialement acceptable, avec des clubs tels que Waterloo, Wavertree, Liverpool et New Brighton. Le baseball était également populaire, même si, à terme, le cricket le rattraperait, tandis que le baseball connaîtrait un succès sans précédent outre-Atlantique. C'est dans cette athmosphère que fut créé non pas le Liverpool Fc mais.....Everton en 1870 qui evolua à partir de 1884 sur un terrain nommé Anfield situé entre Goodison Park et les quartiers d'Everton dont le representant au conseil municipal de Liverpool, john Houlding, était le propriétaire. Everton FC prospéra à Anfield, des tribunes ont été érigés, les chiffres de fréquentation atteint 8 000 par match, et Everton est devenu l'un des membres fondateurs de la Football League en 1888. Toutefois, Houlding dérange et en 1892 à la suite de la décision d'Houlding d'augmenter le loyer de son terrain, les dirigeants du club d'Everton délaissent Anfield pour le Goodison Park. Houlding crée alors le Liverpool Football Club pour l'installer sur son terrain. La nouvelle équipe, habillée en bleu et blanc (les couleurs des maillots qu'Everton avait laissé) effectue ses débuts dans le championnat du Lancashire. Le premier manager, John McKenna, forme une équipe composée presque exclusivement de joueurs écossais, une tradition qui restera longtemps. L'équipe est appelée « The team of the Macs » parce que huit des treize noms écossais comportent le préfixe « Mac... Deux ans plus tard en 1894 c'est la montée en premiere division. Plutôt éphémère puisque le club reprend un charter coast to coast direct way back vers la seconde division. L'ascenseur est en marche avec une remontée en 1896 où les couleurs de la ville rouge et blanc sont enfin adoptées, délaissant enfin le bleu du futur "rival" s'il en est encore un... Le premier titre national est obtenu en 1901 où le Liver bird, un oiseau mythique, mi-cormoran et mi-aigle hommage à notre Anglo-Belge supporter des trois "lions", @Liverbird, devenu le symbole de la ville de Liverpool, est adopté comme insigne du club., somme toute assez rapidement treize ans après la création du club, tout aussi rapidement qu'une nouvelle virée en division inférieure deux petites années plus tard avec devinez quoi un nouveau titre de champion du Royaume de Sa Majesté après une immédiate remontée toujours un an plus tard. Enchainement assez spécial dirons nous mais c'est Liverpool après tout et comme dirait @Dandelion "c'est le football il faut savoir l'accepter".. Une première finale de Cup perdue en 1914 puis deux titres de champion en 1922 et 1923 avec une certaine stabilité en première division ponctuée par un nouveau titre bien des années plus tard en 1947. Pas de quoi pavoiser comme le ferait enerz pour si peu d'autant plus qu'en 1952 le club sombre de nouveau en deuxième et semble dans une impasse. Depuis sa création se sont succésés au poste d'entraîneur Tom Watson (1896-1915), David Ashworth (1920-1923), Matt McQueen (1923-1928), George Patterson (1928-1936), George Kay (1936-1951), Don Welsh (1951-1956), Phil Taylor (1956-1959). Des noms peu glorieux jusque là... L'un des plus grands joueurs de Liverpool, Billy Liddell, évolua au club de 1938 à 1961. Pas le palmarès le plus prestigieux mais une fidelité absolue et fait partie du Scottish Hall of Fame depuis 2008. Son influence et sa popularité a fait que le club a acquis le surnom de "Liddellpool" durant une période. Une plaque posthume a été posée en 2004 à Anfield et une sixième place dans un sondage des fans de Liverpool, menée en 2006 sous le titre "100 joueurs qui ont secoué le kop". Roger Hunt, l'homme aux 245 buts pour 404 avec les reds arriva en 1958 En 1959, Liverpool est redevenu un club ordinaire de Deuxième Division, mais Bill Shankly décèle en lui un vrai potentiel, y renifle une terre de promesses et découvre vite la ferveur incomparable de son public. Thompson, toujours : « Les Beatles n'allaient pas tarder à conquérir le monde, la musique avait envahi les rues, le port et les docks étaient prospères, et cette ville, dure, ouvrière, à la mauvaise réputation, était devenue soudainement un endroit qui dégageait une énergie et une créativité incroyables. La révolution était en route...» Pour créer le monstre qu'il a déjà en tête, construire ce bloc indestructible, et lui dessiner un avenir qu'il veut européen, Shankly bouscule les habitudes. Il commence par faire ravaler Melwood, le centre d'entraînement tombé en lambeaux, et offrir à ses joueurs un outil de travail moderne. Il invente le concept d'«équipe derrière l'équipe» et s'appuie dorénavant sur un staff technique, sorte de garde rapprochée, avec lequel il échafaude ses stratégies dans la boot room. Il invente chaque jour des jeux différents et de nouveaux exercices, même s'il ne jure que par les 5-5. Il bannit les tableaux noirs, les schémas qu'on y dessine, et leur préfère le parler vrai et les causeries où l'adversaire est systématiquement dénigré ou balayé en quelques mots. Surtout, il inculque aux Reds un style résolument collectif et novateur en Angleterre, dont les trois fondamentaux sont: « Pass, move, receive the Bail ». Traduction donner, se déplacer, libérer l'espace, en créer un autre, donner en permanence du mouvement, offrir une nouvelle solution de passe et recevoir à nouveau la balle. Un an plus tard, Liverpool remonte, en 1964, il est champion, en 1965, il découvre la Coupe d'Europe et remporte sa première Cup. L'équipe joue tout en rouge, le Kop a adopté pour hymne You'll never walk alone, les adversaires tremblent en passant sous le panneau «This is Anfield» qui orne le bas des marches débouchant sur la pelouse.... Liverpool gagne son premier trophée européen en 1973 en Coupe de l'UEFA, et aussi le titre de champion d'Angleterre. La finale de la Coupe de l'UEFA commence très bien pour Liverpool qui gagne 3-0 à l'aller avec deux buts de Kevin Keegan un but de Larry Lloyd. Cependant, son adversaire, l'équipe allemande du Borussia Mönchengladbach, résiste au match retour que cette dernière gagne 2-0, mais au total, Liverpool l'emporte 3-2. Liverpool vainc de nouveau en Coupe d'Angleterre une année plus tard avec une écrasante victoire 3-0 en finale contre Newcastle United. Shankly abasourdi le monde de football peu après en annonçant sa retraite. Les joueurs du club et les supporters essaient de le persuader de continuer et une usine locale menace même de se mettre en grève. Shankly ignore ces réclamations et rejoint les supporters du club dans le Kop comme simple spectateur, tandis qu'il remet ses fonctions à Bob Paisley. Sur sa statue, à l'ombre du Kop d'Anfield, aucune date, pas la moindre trace de palmarès, juste ces quelques mots : « Bill Shankly. He made the people happy.» Si Shankly a rendu heureux le peuple de Liverpool et si, trente ans après sa mort, son mythe n'a pas pris une ride, c'est qu'il a changé à jamais la vie des Reds. Autrement dit, bouleversé leur destin, décuplé leur ambition, transformé leur mentalité, chamboulé leurs méthodes de travail et surtout métamorphosé leur rapport aux gens. C'est Bob Paisley son assistant qui lui succède en 1974 pour une flopée de titres avec Championnat d'Angleterre de football (1976 1977 1979 1980 1982 1983), Coupe de l'UEFA (1976), Coupe des Champions d'europe (1977 1978 1982) et une finale perdue, Coupe de la ligue (1981 1982 1983), et bizarre ment aucune Cup, Paisley ayant probablement voulu ne pas trop traumatiser Manchester United apparemment... Hughes, Callaghan, Clemence, Heighway, Smith, Case, le geant Gallois Toshack et Keegan sont déjà au club depuis Shankly. Viennent renforcer les rangs McDermott, Neal, Hansen, le super sub Fairclough bien connu par les Stephanois du forum Sebjix et cano, Kennedy pour la serie victorieuse en Europe. La megastar du moment Kevin Keegan futur ballon d'or cher à Darwa avec Hambourg est brillamment remplacée par Kenny Dalglish alors qu'une autre légende du club Graham Souness arrive la saison suivante celle de son compatriote Ecossais. L'année 1978-79 est une année de records pour le club, le club remporte le championnat avec 68 points avec seulement 16 buts concédés en 42 matchs alors que l'ovni Nottingham Forest du genie Brian Clough a prit le relais en europe avec une élimination au premier tour face à celui ci, la seule équipe que Paisley ne voulait pas rencontrer. La saison suivante se conclut par une autre victoire en championnat. La troisième et dernière victoire de Paisley en coupe européenne se passe en 1981, après une ultime victoire 1-0 sur le Real Madrid. Le marqueur inattendu du but victorieux est le défenseur Alan Kennedy. Le seul trophée anglais qui échappe encore est la coupe de la Ligue, gagnée cette saison-là. Bill Shankly s'éteint le 29 Septembre 1981. Sa statue est désormais devant le musee du club.... Un nouveau titre à Anfield en 1982 et 1983 pour Paisley avec l'arrivée entretemps de Ian Rush en 1980 un autre buteur Gallois. Bob Paisley cependant n'est plus tout jeune. Né en 1919 il a 64 ans en 1983 et décide de prendre sa retraite après avoir remporté gagné pendant sa période comme entraîneur du club un total de vingt-et-un trophées, comprenant trois coupes européennes, une coupe de l'UEFA, six championnats et trois Coupes de la Ligue consécutives. Un héritage difficile confié à Joe Fagan, héritage plutôt bien géré avec en deux ans une quatrième coupe de la Ligue consécutive et son troisième championnat successif ainsi qu'une nouvelle victoire en coupe européenne pour la quatrième fois en huit années. Le drame du Heysel avec une anecdotique défaite au vu des évenements de la soirée sonne la fin de cette période dorée avec un ban de cinq ans de toutes compétition Européenne pour les clubs Anglais. Fagan se retire après le drame du Heysel et laisse les reines du club à Dalglish à qui il donne le rôle d'entraîneur-joueur. Il fait une première saison comme entraîneur-joueur en 1985-1986, il est le premier entraîneur-joueur de l'histoire de Liverpool. Sa première saison est un succès. Le Liverpool FC remporte le championnat et la Coupe d'Angleterre devenant la troisième équipe à gagner la même année le championnat et la Coupe d'Angleterre au cours du vingtième siècle. Dalglish et Ian Rush font de Liverpool l'équipe la plus prolifique du championnat anglais. Ian Rush part à la Juventus pour revenir une année plus tard alors que John Barnes fait des malheurs aux défenses du royaume. Une nouvelle tragedie frappe de malheureux spectateurs, Hillsborough avec une centaine de morts et un millier de blessés. En 1991 Kenny Dalglish donne sa démission après avoir remporté trois championnats et deux cups. Graeme Souness puis Roy Evans lui succèdent avec à eux deux le maigre bilan d'une cup et d'une coupe de la ligue alors que Rush arrete sa carriere en 1996 et que les noms se nomment maintenant Robbie Fowler, Dominic Matteo, Steve McManaman, Jamie Redknapp, Nigel Clough, David James, Paul Stewart et pour ceux traumatisés par les experiences Andy caroll et autres N'gom et Voronin qu'auraient t'ils dit avec des vingtiemes couteaux comme Torben Piechnik, István Kozma, Neil Ruddock ou Don Hutchison? Bref une période que personellement je n'aimais pas du tout notamment Robbie Fowler qui n'était pas du tout un digne successeur à Keegan Dalglish et Rush malgré de nombreux buts. 1998 la France est championne du monde et Gerard Houiller quitte la DTN et prend les rênes de Liverpool comme manager général suivant l'exemple d'Arsene Wenger à Arsenal. Sous sa direction les Reds réalisent un incroyable grand chelem en 2001 en remportant cinq trophées dont une épique coupe UEFA contre Alavès avec un score fleuve de 4-3. Michael Owen formé au club obtient un ballon d'or avant de s'envoler plus tard en 2004 sans succes au Real Madrid avec Steve Mc Manaman. En froid avec les dirigeants et supporters, il est remplacé en 2004 par Rafa "Francois Hollande" Benitez après un bilan mitigé du à aucun titre de champion malgré deux coupes de la ligue, une Cup, une coupe UEFA et un community shield. Benitez. Encore un bilan mitigé avec d'un coté la victoire légendaire en Ligue des Champions à Istanbul puis une nouvelle finale perdue deux ans plus tard et de l'autre un faible bilan national avec des series de charter en Premier League et pour seul trophées une Cup et un Charity Shield. Question recrues du positif avec Torres, Mascherano, Xabi Alonso ou Kuyt et la prolongation de contrat de Gerrard et Carragher mais un grand nombres de tringles notoires comme Aquilani, Glen Johnson, Kyrgiakos, Baros, Benayoun, Antonio Nunez et autres Djimi Traoré idole de @Loverpool92.... Aucun titre de champions une fois encore avec une place de dauphin en 2009. Il est devenu le manager de Liverpool ayant disputé le plus de matchs européens sur le banc avec 66 matchs, dépassant ainsi Bill Shankly avant son départ en 2010 alors qu'entretemps en 2007, George N. Gillett Jr se porte acquéreur du club en compagnie du milliardaire Tom Hicks. Roy Hodgson le successeur de Benitez ne fait pas long feu alors que le Club est une nouvelle fois vendu au consortium américain New England Sports Ventures et King Kenny est de retour aux manettes avec une Britanisation de l'effectif dont il ne reste pas grand chose excepté Henderson et fort heureusement dirions nous car avec des cadors comme Andy Caroll (ne pas confondre avec Joe Caroll) ou des Stuart Downing la pente ne risquait pas d'etre remontée de sitot. C'est logiquement après une anecdotique League cup que Dalglish est débarqué au profit de celui qui restera une légende à jamais, Brendan Rogers. que @Rick considere tout simplement comme, je cite, "le Pat Riley du football". La premiere saison de Brendan est compliquée et voit les Reds terminer en septieme position. Mais lors de la saison 2013-2014, Liverpool crée la surprise et termine en seconde position à deux points du titre juste derrière Manchester City en pratiquant un football très offensif grâce aux attaquants Luis Suárez, Daniel Sturridge et Raheem Sterling. Une énorme déc eption tout de même avec la perte du titre dans des conditions ridicules lors des toutes dernieres journées. Ainsi Liverpool retrouve la Ligue des champions après quatre ans d'absence mais se sépare de Suarez en le vendant au FC Barcelone contre 85 millions d'euros. La saison 2014-2015 s'avère difficile pour les Reds à la suite du départ de leur meilleur buteur, Luis Suàrez. L'équipe termine la saison à la sixieme place. En Ligue des champions, Liverpool se classe troisieme de son groupe et est reversé en Ligue Europa. Le succès n'est toujours pas au rendez-vous et les Reds sont éliminés dès les seiziemes de finale par Besiktas. À la suite d'un début de saison 2015-2016 en dessous des attentes du club et d'un énième match nul, cette fois-ci face au Everton FC, les dirigeants décident de se séparer de Brendan pour le plus grand désespoir des membres du topic fans de ses fameux wingbacks au mois d'octobre et engagent l'Allemand Jürgen Klopp et son staff, libre après avoir quitté le Borussia Dortmund. Sept mois plus tard Klopp enmène Liverpool en finale de la Ligue Europa, la première finale Européenne depuis une dizaine d'années. Un parcours marqué par un match retour fantastique face à Dortmund avec une qualification pendant les arrêts de jeu grace à Lovren. La finale sera perdu face au spécialiste de la compétition le FC Seville de Unai Emery et du Phocéen Adil Rami. En fin de saison et après 2 finales perdues, les Reds terminent 8e de Premier League, hors de points qualifiant pour les coupes d’Europe. La saison suivante, la premiere de Klopp à Liverpool dans son integralité se traduit par une quatrieme place synonyme de qualification pour la ligue des champions. Une ligue des Champions qui sera une veritable réussite la saison suivante avec une nieme participation à la finale avec une defaite face au Real Madrid. Septembre 2018 l'optimisme est de mise avec la pole en premier league..... HALL OF FAME VIDEOS RETRO (fait par moi meme pas de virus Football greatest teams https://filejoker.net/ilpntmsxmlek Liverpool hall of fame https://filejoker.net/7e3hu30lhp8x Liverpool History Oldie https://filejoker.net/975covm6vlb3 When you walk through a storm Hold your head up high And don't be afraid of the dark At the end of the storm Is a golden sky And the sweet silver song of a lark Walk on through the wind Walk on through the rain Tho' your dreams be tossed and blown Walk on, walk on With hope in your heart And you'll never walk alone You'll never walk alone Petit cours de football à l'attention des stars de l'equipe des trois lions:
  2. twb22

    Manchester City

    Manchester City a vu le jour au début de la saison 1894-1895, bien qu’il ne s’agisse pas des réelles origine du club, tout ayant reellement commencé dix ans plus tôt.... 1865, banlieue ouvrière de Gorton... A quelques kilomètres du centre industriel de Manchester, l'église St Mark's fut construite sur la rue Clowes à West Gorton. L’église était un point essentiel pour la communauté de Manchester et son premier révérend était un homme du nom d’Arthur Connell. Le révérend avait une jeune fille, connue seulement sous le nom de Mlle G. Connell, qui eut en 1879 une idée qui influencerait la vie de millions de personnes au cours des 100 prochaines années. Son idée était de fournir une sorte de divertissement pour la moitié masculine de la paroisse. Elle suggéra un club d'hommes, un club qui «s'occupera de leur bien-être». De manière assez surprenante cette idée n’a pas été bien accueillie par ceux ci dont la principale activité sociale semblait être jusqu’alors se battre avec les quartiers voisins à la moindre provocation. Deux ans auparavant Mlle Connell avait déjà mis en place un lieu de rencontre pour les femmes qui s’avérait désormais très populaire et n’a pas laissé ce manque d’intérêt initial la décourager. Elle recruta les services de deux gardiens de St Mark, MM. Beastow et Goodyeare, pour l’aider dans sa tâche et Beastow suggéra d'abord l’idée de former une équipe de cricket, une idée que les hommes appréciaient immédiatement. La populaire de cette initiative était telle qu'une équipe de football allait étre fondée l'année suivante. Celle ci allait devenir plus tard Manchester City. Le 13 novembre 1880, l'équipe organisa son premier match contre l'église baptiste de Macclesfield. St Mark's et perdit 2-1 face à ses visiteurs du Cheshire. De nombreux historiens ont tenté, malheureusement sans preuves concluantes, de localiser exactement le premier terrain du club. Les rapports contemporains et les cartes de l’époque indiquent l’endroit le plus susceptible d’être cette "tribune" en imaginant que ca l'y ressemble une zone de terrain accidentée située du côté de l’Union Iron Works sur Thomas Street voisine. Parallèlement à Clowes Street, Thomas Street était le seul terrain disponible dans la région et comme les usines de fer employaient également Messieurs Beastow et Goodyeare, cela semble être une hypothèse juste. On croit que le club a disputé un total de sept matches en 1880-1881, le dernier étant contre une équipe de Stalybridge. Au le début de la saison 1881-1882, le club est passé à un niveau bien supérieur lorsqu’il a disputé ses matches à domicile au Kirkmanshulme Cricket Club. Ce nouveau terrain était situé sur Redgate Lane à Gorton, non loin des jardins zoologiques. Le club s’organise désormais de manière plus professionnelle et commence à attirer des joueurs extérieurs à la paroisse et l'église changea son nom en West Gorton au lieu de St Mark's. Une foule de 3 000 personnes aurait observé le premier match du nouveau club, une défaite malheureuse 3-0 contre Newton Heath, équipe qui a ensuite évolué pour devenir Manchester United. West Gorton a remporté le match retour plus tard cette année par une marge de 2-1. Ce fut la toute première confrontation entre les deux futurs rivaux Mancuniens. West Gortont devait de nouveau déménager à la fin de la saison 1881-1882. En voyant l’état lamentable dans lequel se trouvait leur terrain, les joueurs de cricket n’avaient d’autre choix que de demander aux footballeurs de trouver de nouveaux locaux. Restant à Gorton, ils s'installèrent sur un terrain à côté de Hyde Road près de Queen's Road. Le terrain était officiellement connu sous le nom de Clemington Park bien que plus connu localement sous le nom de «Donkey Common». Les rapports indiquent une série de quatre victoires successives et une foule de mille personnes qui aurait assisté à un match en particulier dont on ne sait pas quel était l'adversaire bien que des rapports nous amène à penser qu'il s'agirait en fait d'une équipe au nom douteux d'Enerz United. Si les choses fonctionnaient sur le terrain, elles marchaient beaucoup moins en dehors. En été 1884, deux West Gortonians, Walter Chew et Edward Kitchen, en eurent assez. Ils quitterent le club et formerent une nouvelle équipe le Gorton AFC. On ne sait pas ce qui est arrivé à Gorton Athletic. Une fois de plus, un nouveau terrain a été recherché et ils s'installèrent finalement à Pink Bank Lane pas très loin d'une ancienne maison du club de cricket de Kirkmanshulme. Le terrain a été repéré par un jeune avant-gardiste de Gorton, Lawrence Furniss, un homme destiné à être une figure majeure de l’histoire du club et arriere grand pere d'Exocitizen. Lorsque Manchester City remporta le championnat de division one en 1937 et qui en devint président. Comme pour les fois précédentes, le séjour à Pink Bank Lane serait de courte durée et ne durerait que la saison 1884-85, bien que ce soit une saison importante pour le club. Ils postulèrent et furent été acceptés par la Manchester & District FA reçurent un don d'un député local qui a remboursé 50% des coûts de fonctionnement pour l'année. Le gardien de l’église de St Mark, William Beastow, était également de retour à bord après une petite abbsence avec le directeur principal James Moores. Le premier kit apparaît également cette saison, Beastow lui-même faisant don de chemises noires avec une grande croix blanche. Un nouveau déménagement dans un emplacement appartenant au propriétaire du Bull's Head Hotel sur Reddish Lane suivit le début de la saison 1885-86. Le club était facturé 6 £ par an de loyer (le prix d'un paquet de clopes en 2018) et était autorisé à utiliser le pub comme vestiaire, ceci à grand risque vu les bouteilles alcoolisées trainant derriere le comptoir. Gorton commençait à grandir tres serieusement maintenant et une bonne base solide pour leurs matches à domicile était en place. avec une victoire dans la Coupe de Manchester à la clé. Fin 1886-87, le propriétaire du pub a révisé les loyers et Gorton n’a pas pu ou n'a pas voulu payer et pour la sixième fois en sept ans, le club chercha un nouveau terrain.... La question de savoir où jouer ensuite a été une fois de plus résolue par un joueur, cette fois par le capitaine de Gorton, un Écossais du nom de K. McKenzie qui travaillait à la boiserie de Bennett au large de Hyde Road. Pour se rendre au travail et en revenir chaque jour il traversait des terrains vagues près de chez lui Bennett Street et ceux ci appartenaient à la compagnie de chemin de fer de Manchester Sheffield et Lincolnshire, bordés d'un côté par des arches de chemin de fer et de l'autre par Iron Works de Galloway. Dire que c'était inapproprié pour le football était un euphémisme. Le sol était un terrain vague parsemé d'énormes flaques d'eau. En dépit d'être horrifié par ce qu'ils ont vu pour la première fois, le comité a approuvé l'idée de McKenzie quand ils réalisèrent le potentiel du terrain. Cela a donné au club une opportunité pour une base permanente à long terme et a également eu la possibilité de créer des tribunes pour le public de Manchester toujours amoureux du football. Des négociations ont eu lieu entre le club et la compagnie de chemin de fer et une somme de 10 livres sterling fut convenue pour une période de location de sept mois pour le terrain. Il y eut un vaste programme de nettoyage et, fin août 1887, un terrain était prêt pour accueillir le club. De toute évidence ce n'était pas la plus grande surface de jeu jamais vue mais au moins c'était chez soi.... Une fois le nouveau terrain trouvé, de nouvelles discussions ont été engagées concernant un nouveau nom pour le club. Cela était dû au fait que, même si le nouveau terrain se trouvait à moins d'un demi-mile de sa maison d'origine à l'église St Mark de Gorton, il était techniquement situé à Ardwick et ne pouvait donc plus utiliser Gorton. Au cours de l'été 1887, Ardwick AFC a vu le jour, officiellement déclarant son adresse comme Bennett Street à Hyde Road. Son siège se trouvait à l'hôtel Hyde Road, à proximité, qui fournissait également des vestiaires les jours de match. Il était maintenant temps d'attirer l'attention des entreprises et de l'industrie locales. Le plus grand bienfaiteur à l'époque était Stephen Chesters-Thompson, membre d'une famille locale de brasseurs. À l’époque, Chesters ale était servi dans l’hôtel Hyde Road et plus tard exclusivement dans des bars situés dans le sol. L'investissement de £ 400 de Chesters-Thompson serait une bonne affaire pour les deux parties. La société Galloway's Iron Works située à proximité fournissa le fer et l'acier nécessaires à la construction sur le terrain ainsi que des emplois pour certains des joueurs. Tout était prêt pour le début de la saison 1887-1888, mais les premiers adversaires d'Ardwick, Salford AFC ne purent se rendre à Manchester pour le match. La semaine suivante, Hooley Hill, qui se trouvait près de Denton battit Ardwick 4-2. Le club était désormais en mesure de payer son tout premier professionnel, l’honneur revenant à Jack Hodgetts qui fut payé cinq shillings par semaine. Malgré tout ça Ardwick termina la saison en affichant un déficit de 13 £ mais en dépit de ces problèmes et avec l’enthousiasme de Lawrence Furniss, maintenant secrétaire, le club allait dans la bonne direction. La saison suivante, de 1888 à 1889, une tribune ,grâce à l'aide financière de Chesters-Thompson, capable de contenir un millier de spectateurs et de générer un bénéfice annuel de près de 40 £ fut construite.... Un an plus tard le club décida de renforcer son équipe et Furniss se rendit en Écosse pour signer au moins cinq joueurs, dont le gardien de but Douglas de Dundee. Sur le chemin du retour, il a effectué un detour par Bolton pour recruter l'international anglais Davie Weir. La même année, le club a également dépensé plus de 600 livres sterling en améliorations du terrain et a persuadé Chesters-Thompson de permettre un accès supplémentaire par une voie latérale du pub. Une foule estimée à 5 000 personnes a assisté à un match contre Blackburn et même si Ardwick a perdu 5-1 il était évident que c’était un club qui allait se faire une place. L'étape suivante consistait à postuler à la récente Ligue de football et rejoindre les «grands garçons». En octobre 1891, Ardwick entra pour la première fois en FA Cup où ses adversaires étaient Liverpool Stanley. Davie Weir a inscrit un triplé alors qu'Ardwick s'est imposé facilement 12-0. À ce jour, il s’agit toujours du score record du club en FA Cup. Pour une raison inconnue le club n’a plus participé à la FA Cup cette année-là. Les matchs de la ligue cette saison furent au sein de la Football Alliance, championnat mis en place en 1889 sur les cendres de la Football Combination et aujourd'hui disparue. La Football Alliance ressemblait presque à la division deux, et l'opposition était composée par Sheffield Wednesday, Nottingham Forest et Small Heath, une équipe qui deviendrait plus tard Birmingham City. Ardwick a terminé septième sur douze à la fin de la saison mais a remporté la Coupe de Manchester en battant Bolton Wanderers 4-1 en finale. Ardwick, maintenant vêtu de ses chemises «Cambridge Blue» habituelles, batta Bootle 7-0 lors du premier match le 3 septembre 1892, un match joué dans la météo typique bien pourrie de Manchester avec de fortes pluies tombant presque toute la journée qui bien plus tard dissuadèrent un fêtard comme Ronaldinho de rejoindre l'autre club de la ville. La saison était bien entamée entamé mais une mauvaise forme après Noël fit que l'équipe ne termina qu'à la cinquième place. S'ils avaient terminé parmi les trois premiers, ils auraient eu l'occasion de participer aux test matchs de fin de saison, les précurseurs des barrages d'aujourd'hui. Dans l'ensemble, bien que la première saison ait été bonne dans la nouvelle ligue avec la présence régulière de 3500 spectateurs et confirma le fait qu'Ardwick était de loin le meilleur club de Manchester.... Billy Meredith le Welsh Wizard La saison suivante le cub remplaça Furniss par Joshua Parlby qui avait l'experience nécessaire pour concrétiser l'ambition de faire évoluer le club considérablement dont la ville toute entiere serait fiere et en lui donnant même le nom de Manchester City. Le 4 avril 1894, le Manchester City Football Club fût accepté comme membre du FA du Lancashire et une douzaine de jours plus tard devint une société enregistrée. Au dire de tous, la présentation de Parlby à la Ligue était une merveille. Il a réussi à persuader les autorités d’accepter un club qui n’avait ni argent ni joueurs mais qui possédait un terrain. Les Mancuniens reconnaissants parleraient de ce discours pendant des mois après... City termina sa première année à la huitième place, à 17 points du champion Bury. Au début de la saison eut lieu l'une des plus importantes signatures de l'histoire du club, Billy Meredith, le «Welsh Wizard», un Gallois de Chirk passé par Northwich Victoria (clubs super inconnus que seul un fan du onze de Sa Majesté comme Bluesisthecolor peut connaître) . Une moyenne de 470 spectateurs à Hyde Road est atteinte lors les matchs à domicile en 1896-1897 et Billy Gillespie est arrivé de Lincoln City, formant un duo offensif redoutable avec Meredith pendant huit ans. La saison 1898-99 vit l'apparition de la promotion automatique pour la première fois et City remporta le championnat de la division deux par six points d'avance contre ses rivaux les plus proches, Glossop North End. C'était le premier trophée du club. Manchester City découvrira donc la premiere division pour la première fois à l'aube du vingtieme sciecle. Au départ on se demandait si Hyde Road était capable ou non de tenir des foules plus importantes et on s’est tourné pendant un certain temps vers le terrain de Bellevue beaucoup plus grand. Une fois de plus, avec l’aide de Chesters-Thompson, des améliorations ont été apportées y compris la construction d’une nouvelle tribune et tout etait prêt pour la visite du comté de Derby le 9 septembre 1899, premier match de Manchester City dans l'elite. Une foule de 22 000 personnes était à Hyde Road pour le match face à Derby, finalistes de la Cup l’année précédente, avec deux buts de Meredith et un chacun pour Ross et Williams qui ont assuré une victoire 4-0. L'équipe ce jour là était composée de C. Williams, Read, Jones, Moffatt, Smith, B, Holmes, Meredith, Ross, Gillespie, F. Williams et Dougal. City termina la saison à la septième place avec une moyenne de 15 510 spectateurs à Hyde Road, la première fois que le club affichait une moyenne à deux chiffres. Pour l'anecdote lors de la défaite 3-1 à Sunderland en avril le but de City a été marqué par le gardien de but Charlie Williams lorsque son coup de pied de degagement fût propulsé par le vent dans les filet adverses. 1904 Malgré deux années de maintient dans la division 1, City perdit la moitié de ses 34 matches de championnat au cours de la saison 1901-02 et a fût relégué. Avec un nouveau manager, Tom Maley, ce fût un retour immediat en division d'elite. la saison 1903-04 était de loin la meilleure du club à cet instant. Pour leur retour en division one ils faillirent l'emporter avec seulement trois points de retard sur Sheffield Wednesday. Maley, soucieux d’améliorer les choses obtint les services de Herbert "Mighty Atom" Burgess, un joueur qui allait devenir le plus petit des défenseurs à avoir joué pour l'Angleterre. Mais c'est dans la FA Cup également connue alors sous le nom de «Little Tin Idol» que les Bleus ont remporté leur plus grand succès avec une victoire. Le doublé a été manqué mais la saison avait été bien au-delà des rêves les plus fous. Le club avait parcouru un long chemin dans un laps de temps relativement court et en 1905 commençait à avoir un impact considérable sur le football anglais. Il y a à peine 10 ans que le nom d'Ardwick a changé, mais depuis le début du siècle, City est devenue l'une des premières villes du pays. Cependant, la montée du club n’a pas été bien accueillie. La vieille garde de la FA se méfiait d'un nouveau professionnalisme qui commencait à pointer et City en était à l’avant-garde en intronisant cette nouvelle donne au football. Le monde du football a été choqué le 5 août quand il apprit que le capitaine Billy Meredith serait suspendu avec effet immédiat pour avoir tenté de corrompre un joueur adverse. Son intention était d'influencer le résultat du fameux match d'Aston Villa. Si City et Meredith semblaient avoir été durement traités aux yeux de la plupart des personnes neutres, la FA n’avait toujours pas terminé sa vendetta contre le club Hyde Road. Ils ont nommé un auditeur chargé de réexaminer les livres du club au cours des dernières années et Il a été statué que City était coupable de trop payer ses joueurs pendant des années avec des bonus supplémentaires illégaux. Tom Maley, le manager, fût suspendu du football à vie et City reçut une amende de 250 £. Dix-sept joueurs ont été condamnés à une amende et suspendus jusqu'en janvier 1907, alors que City a été forcée de vendre ses joueurs lors d'une vente aux enchères à l'hôtel Queen's à Manchester. Le manager de Manchester United Ernest Mangnall signa Billy Meredith pour seulement 500 £. Mangnall engagea également trois autres piliers de l'équipe de City, Herbert Burgess, Sandy Turnbull et Jimmy Bannister. Ceux ci devinrent le noyau du rival qui remporta le championnat la saison 1907–08. Peut on imaginer que ce soit le début de la haine entre les deux clubs? Le 21 août 1912 ce même Ernest Mangnalll quitte Manchester United pour City. Sans Ernest Mangnall Manchester United devra attendre 41 ans pour remporter de nouveau le championnat anglais. Mangnall remporte avec son nouveau club le championnat du Lancashire pendant l’interruption des compétitions due à la première Guerre mondiale, puis conduit son équipe à la 2e place en championnat en 1921. Sous l'œil vigilant de Mangnall, qui avait supervisé le déménagement de Manchester United à Old Trafford quelque 14 ans auparavant, les travaux de construction d'un nouveau stade commencerent le 24 avril 1923. Situé près de la rue Lloyd, dans une rue relativement petite connue sous le nom de Maine Road, le nouveau terrain serait idéalement situé à proximité des principales artères de la ville au sud ainsi que du réseau de tramway. Il en a coûté au club 5 500 £ pour le terrain qui a récemment été une décharge, tout en fournissant la matière première pour la fabrication de briques. Le plus grand architecte de Manchester, Charles Swain, est appointé et le contrat de construction a été remporté par Sir R. McAlpine & Sons. L’un des premiers travaux consistait à couvrir l’ensemble de l’aire de jeu proposée avec des cendres surmontées de 3 000 tonnes de terre provenant de la route Wilbraham voisine. La surface de jeu en elle-même était une pelouse de Poynton âgée de 100 ans et de deux pouces d'épaisseur. Le plan initial consistait à construire le terrain en deux étapes. La première étape consistait à construire une tribune couverte (la tribune principale) pouvant accueillir 15 000 personnes, avec d'énormes bancs pouvant accueillir quelque 55 000 personnes des trois autres côtés. La deuxième phase, qui n’a jamais été achevée, devait s’étendre et couvrir les trois autres côtés, portant la capacité à 120 000. L'énorme tribune, haute de 110 marches à certains endroits, était accessible par six tunnels , un dans chaque coin et deux dans le «côté populaire», connu sous le nom de Kippax. Les deux derniers étaient encore utilisés jusqu'à la fin de la saison 1993-1994, lorsque la tribune Kippax fut démolie. Ces tunnels faisaient partie des instructions données par le club à l’architecte à des fins d’évacuation. Une véritable armée d'ouvriers ne prend que quatre mois pour terminer le stade entier; il était prêt à temps pour le match d'ouverture de la saison 1923-24, le 25 août. Le club avait pris un peu de Hyde Road avec les poteaux de but et certains tourniquets, et on croit que certains des vieux stands ont été vendus à la ville d’Halifax, bien qu’il n’y ait pas de preuves solides pour le confirmer. Le nouveau terrain était à la fois plus large de cinq mètres et plus long que son prédécesseur Hyde Road. Le coût total de l'ensemble du projet a été légèrement supérieur à 100 000 £. En termes d'aujourd'hui, les chiffres sont étonnants. L'ancien terrain a été réaménagé par la société de tramway et, plus tard, il a servi de dépôt de marchandises et pour la formation des chauffeurs de bus. Dix ans après sa démolition, toutes les traces du terrain de football avaient disparu de Hyde Road.... L’équipe des années 1930 était composée de noms célèbres tels que Matt Busby qui allait plus tard entrainer Manchester United, Frank Swift avec les mains de douze pouces et toujours considéré comme l’un des meilleurs gardiens de tous les temps, l’attaquant insaisissable Fred Tilson et son influent capitaine Sam Cowan qui a présenté Tilson au Roi lors d'une finale tel quel: «Tilson, votre Majesté. Il joue aujourd'hui avec deux jambes cassées ». City acquit une réputation de spécialiste de la Cup ces dernières années et lors de la finale 1934 Cowan est devenu le premier et le seul joueur de Manchester City à représenter le club lors de trois finales. En tant que capitaine de l'équipe Cowan était le principal responsable des tactiques de match . C'était typique pour un capitaine de son époque car les directeurs de cette période étaient principalement des administrateurs qui s'occupaient peu de l'entraînement et de la tactique. City a finalement remporté son premier titre de première division en 1937 après avoir été deux fois dauphin en 1903–04 et en 1920–21 trois fois troisième en 1904–05, 1907–08 et 1929–30. City a remporté le titre en marquant plus de 100 buts et invaincue depuis 22 matches en championnat. Lorsque le jeu a reprit après la guerre, Sam Cowan est devenu manager de Manchester City en novembre 1946, succédant à Wilf Wild qui a assumé pendant ces quatre ans un rôle purement administratif. Cowan était connu pour ses capacités à motivation en tant que joueur et faisait partie d’une nouvelle génération de managers qui prenait la responsabilité de s'occuper de la tactique et de la sélection de léquipe. En dépit d'un titre de Division Deux à sa première saison alors que City était depuis descendu, Cowan a démissionné en juin 1947. Le club suscita la controverse en 1949 en engageant le gardien allemand Bert Trautmann en remplacement de l'international anglais Frank Swift qui avait pris sa retraite. Bert Trautmann a grandi dans l’Allemagne hitlérienne et a combattu pour les nazis contre l’Angleterre. La guerre terminée, il a choisi de rester vivre chez l’ennemi, d’y pratiquer le sport national et d’en devenir l’une des plus grandes vedettes. L’accueil est pour le moins glacial. Les supporters de City font part de leur mécontentement de voir un "ennemi" dans leur équipe. Le club reçoit de nombreuses lettres d’indignation et des menaces de boycott. Dans les tribunes fleurissent des banderoles qui réclament le départ de "l’Allemand". Quelques années plus tard, Bert Trautmann est devenu un pilier de City. Il va atteindre la gloire en 1956. Un an après leur finale de FA Cup perdue face à Newcastle, les Citizens se qualifient à nouveau pour Wembley et affrontent Birmingham City le 5 mai. Tout se passe idéalement ou presque. Il reste un quart d’heure à jouer et City mène 2-1. L’équipe de Birmingham tente le tout pour le tout mais Trautmann fait bonne garde. En plongeant dans les pieds de l’attaquant Peter Murphy, le gardien allemand ressent une douleur au cou, mais comme aucun remplacement n’est alors possible, il garde sa place. City l’emporte 3-1 et Trautmann gagne sa place dans l’histoire. Mais Trautmann a toujours mal au cou, au point de devoir pencher la tête sur le coté pour soulager la douleur. Même le prince Philip, venu saluer le héros du jour, exprime son inquiétude quand à son état de santé. L’examen qui suivra livrera son verdict: Trautmann a joué un quart d’heure avec une fracture des vertèbres cervicales! Trautmann garda toujours son amour pour City et l'Angleterre en 2010: «Je regarde tous les matchs de City à la télévision, ils sont toujours mon club. J'aime l’Angleterre aussi et je crie toujours pour eux même s’ils jouent contre l'Allemagne ». Il est décedé en juillet 2013.... Bert Trautmann et Don Revie 1956 Dans les années 1950, inspiré par un système tactique connu sous le nom de Plan Revie, City atteint le finales de la Cup pour la deuxième fois de son histoire. Le Revie Plan était un système tactique de football associatif utilisé dans les années 1950. Le système a été nommé en l'honneur du joueur de Manchester City, Don Revie, qui y a joué le rôle le plus important et entraina plus tard le grand Leeds et la selection des trois Lionnes. En 1953, le football anglais était sous le charme de l’équipe hongroise qui dècalqua l’Angleterre 6–3 a Wembley. Le plan Revie était une variante de la tactique utilisée par les Hongrois consistant à attaquer en se concentrant au centre du terrain pour recevoir le ballon entraînant le demi-centre adverse hors de sa position. Le système fut mis en place pour la première fois par l’équipe de réserve de Manchester City, qui utilisa le système invaincu pour les 26 derniers matchs de la saison 1953-1954. Au début de la saison 1954-1955, le manager de City Les McDowall avait convoqué son équipe deux semaines avant l’entraînement pour tester la nouvelle tactique. Manchester City a perdu son premier match en utilisant ce système 5–0 mais au fur et à mesure que les joueurs se sont habitués il a commencé à bien marcher. En utilisant celui ci, Manchester City a atteint la finale de la Cup en 1955, perdue 3-1 contre Newcastle United. L'année suivante, City a de nouveau atteint la finale face à Birmingham City qui est l’une des finales les plus célèbres de tous les temps, celle où Bert Trautmann, continue de jouer après s’être cassé le cou comme cité précedemment, Manchester City l'emportant 3-1. Le 15 mars 1960 Les McDowall obtient finalement les services d'un attaquant qu'il suit depuis des mois. Il s'appelle Denis Law avec un transfert de 55 000 £. Mais en juin il quitte Maine Road pour le Torino pour110 000 £, avant de rentrer un an plus tard à Manchester pour passer les meilleures années de sa carrière à . Old Trafford pour United sous les ordres de Matt Busby. La saison 1964-65 fut marquée par une médiocrité alarmante. Les fréquentations avaient baissé régulièrement et dès janvier 1965, les fans étaient au bout du rouleau. City a subi une défaite au troisieme tour de la Cup face à Shrewsbury Town club de Division trois et seulement 8 015 spectateurs étaient présents pour un match de championnat contre Swindon Town. Il s’agit de la plus faible affluence à un match de championnat à Maine Road. City a même réussi à perdre le match 2-1 avec un certain Mike Summerbee marquant pour les visiteurs. Une autre équipe de division inférieure, Mansfield Town élimina City de la Coupe de la Ligue 5-3. Le manager George Poyser recruta l’international irlandais Johnny Crossan et Mike Doyle pour essayer d’améliorer les choses mais tout cela n’a servi à rien. À la suite d'un match contre Swindon, des supporters en colère ont lancé des briques sur les vitres de la tribune principale pour montrer leur frustration. À Old Trafford, Matt Busby avait réussi à reconstruire son équipe après Munich et leur stade avait été rénové pour la prochaine Coupe du monde. Les fans de la ville avaient toutes les raisons d'être en colère. À Pâques, Poyser démissionna, laissant le club sans entraineur pour les derniers matchs de la saison. Plusieurs personnes dont l’entraîneur Johnny Hart ont assuré l'interim jusqu’à ce que le président Albert Alexander ait choisi le bon remplaçant. Les fans de la ville devraient attendre juillet pour l’annonce, mais l’attente en vaudrait certainement la peine. Joe Mercer et Malcolm Allison Joe Mercer fût l’homme choisi comme nouveau manager de l' équipe alors en difficulté en division deux. Très respecté dans le jeu, Mercer avait été un joueur à succès a Arsenal et Everton et avait joué plus de trente fois pour l’Angleterre. Il avait déjà dirigé Sheffield United et Aston Villa, remportant deux demi finales en FA Cup et devenant les premiers vainqueurs de la Coupe de la Ligue. Sa nomination à Maine Road a été perçue néanmoins par certains comme un pari. La première signature de Mercer était un jeune entraîneur extraverti, Malcolm Allison. Mercer l'avait vu mettre les joueurs à l'épreuve à Lilleshall et s'était rendu compte qu'il pouvait faire le même travail pour City. C'était le début d'un partenariat parfait, sur lequel Allison aurait dit plus tard: «Entre nous deux, nous n'avons jamais manqué un tour». La première chose qu'Allison a faite a été de se passer des services du meilleur buteur actuel du club, Derek Kevan. Cela a provoqué des froncements de sourcils parmi les supporters mais Allison était catégorique il ne voulait personne dans le club qui glande à l'entraînement et Mercer a fait appel à l’attaquant international écossais Ralph Brand des Rangers. Malheureusement celui ci n'a pu conserver cette forme avec City quitta le club deux ans plus tard. La deuxième signature fût par contre une vraie reussite avec Mike Summerbee qui signa contre un cheque de 35 000 £ pour Swindon. Summerbee a joué dans tous les matches de la league dans ce qui serait sa première des 10 saisons extraordinaires avec le club. En mars Mercer et Allison voulaient absolument deux joueurs, mais n’avaient que les moyens financiers pour un seul d'entre eux. Le choix était entre Wyn Davies de Bolton et Colin Bell de Bury. Finalement, ils ont opté pour le Bell 45 000 £. City avait acheté un joueur que beaucoup considèrent comme un des meilleurs joueurs de City de tous les temps. Bell a marqué à ses débuts dans une victoire 2-1 à Derby et lorsque les Blues se sont imposés 3-2 à Charlton dans l'avant-dernier match de la saison, le championnat de division deux était à eux. Le dernier match de la saison, mercredi 18 mai, était contre Southampton et bien que le match se soit terminé sans but, il a offert une soirée de célébration aux fans. Mercer et Allison avaient rétabli le club en D1 après une seule saison. Comme toutes les équipes promues, la principale priorité de la saison 1966-67 était le maintient et Mercer et Allison avaient le sentiment que l’équipe devait encore se renforcer, en particulier à droite. Après avoir évalué toutes les opportunités, City a choisi Tony Book, un jeune homme de 30 ans qui avait travaillé avec Allison à Bath. Comme pour Summerbee et Bell, cela s'est avéré être l'une des meilleures signatures de l'histoire du club.... City termina 15e pour son retour dans l'elite.Lorsque le champion en titre, le meilleur club Anglais de tous les temps, le futur multiple vainqueur de la coupe des champions Liverpool joua Maine Road, plus de 50 000 personnes ont vu Colin Bell et Jimmy Murray trouver les filets dans un match que les Blues ont remporté 2-1. City était à premiere vue au niveau mais les resultats furent en dent de scie pendant la majeure partie de la saison et Mercer et Allison cherchaient toujours à se renforcer avant d'attaquer la saison suivante. L'ailier Tony Coleman est arrivé Mercer et Allison réflechissaient encore à des moyens de s'améliorer. Johnny Crossan est parti au début de la saison 1967-68 avec Tony Book nommé au poste de capitaine, les jeunes Paul Hince et Stan Bowles s'affirmaient. Au 12e match Francis Lee fit ses débuts lors une victoire de 2-0 contre les Wolves après un record de 60 000 £ signé à Bolton. Décrit par Joe Mercer comme la pièce finale du puzzle, l'arrivée de Lee a coïncidé avec une série de 11 matchs sans défaite dont le tres connu match en décembre contre les Spurs surnommé « Ballet on Ice » dans un Maine Road completement enneigé. City termina 15e pour son retour dans l'elite.Lorsque le champion en titre, le meilleur club Anglais de tous les temps, le futur multiple vainqueur de la coupe des champions Liverpool joua Maine Road, plus de 50 000 personnes ont vu Colin Bell et Jimmy Murray trouver les filets dans un match que les Blues ont remporté 2-1. City était à premiere vue au niveau mais les resultats furent en dent de scie pendant la majeure partie de la saison et Mercer et Allison cherchaient toujours à se renforcer avant d'attaquer la saison suivante. L'ailier Tony Coleman est arrivé Mercer et Allison réflechissaient encore à des moyens de s'améliorer. Johnny Crossan est parti au début de la saison 1967-68 avec Tony Book nommé au poste de capitaine, les jeunes Paul Hince et Stan Bowles s'affirmaient. Au 12e match Francis Lee fit ses débuts lors une victoire de 2-0 contre les Wolves après un record de 60 000 £ signé à Bolton. Décrit par Joe Mercer comme la pièce finale du puzzle, l'arrivée de Lee a coïncidé avec une série de 11 matchs sans défaite dont le tres connu match en décembre contre les Spurs surnommé « Ballet on Ice » dans un Maine Road completement enneigé. Dans le dernier match, City était à égalité de points avec ses voisins United. Liverpool était à trois points de retard mais avait un match en moins et pourrait donc encore remporter le titre si City et United échouaient. City jouait le Newcastle United de DJ Krieger à St James Park, Enerz United à la maison contre Sunderland. Les bookmakers sous la houlete de l'oncle à Smith donnaient United favori dans ce duel à distance. Mike Summerbee a ouvert le score à 13 minutes, mais Newcastle a rapidement égalisé. Neil Young a fait 2-1, mais Newcastle égalisa de nouveau et le score était à la mi-temps de 2–2. Après le repos Neil Young (ne pas confondre avec le chanteur préféré de Nati') scora encore et Francis Lee marqua le quatrième but . City a tenu bon pour gagner 4–3 et être champion. Malcolm Allison, ravi, a déclaré que City serait "la première équipe à jouer sur Mars" et qu'ils "terrifieraient l'Europe", un enthousiasme digne d'une enflammade Marseillaise vu un mega charter au premier tour de la coupe des champions l'année suivante face à un Fenerbahce pas vraiment au sommet de l'Europe... Malcolm Allison 1969 City entama la saison 1968-69 par un 6-1 contre West Bromwich Albion 6-1 dans le Charity Shield . Malgré cette formidable performance ce fut un début de saison assez laborieux avec une seule victoire dans les neuf premiers matchs et le 8 septembre, les champions de Turquie Fenerbahce éliminent City au premier tour de la coupe des clubs champions. La saison a été un mélange de victoires convaincantes et de défaites peu glorieuses. Un classement final à la treizième aurait aurait pu etre synonyme de saison décevante sans la Cup où Joe Mercer à devenir le premier joueur à remporter la Coupe d'Angleterre en tant que joueur et manager. Joe Corrigan commenca comme gardien titulaire la saison 1969-1970 avec Ian Bowyer en tant que seul autre nouveau visage de l'équipe. Parallèlement aux deux compétitions de la coupe nationale, City eut à jouer la Coupe des vainqueurs de coupe européenne. Retenant la leçon de l'elimination par Fenerbahce 12 mois plus tôt, City commenca sa quête contre l'Athletico Bilbao et les Belges du SK Lierse avec un total de 8-0 sur les deux manches. En Coupe de la Ligue City a atteint la demi-finale pour affronter ses rivaux de United. Mike Summerbee Dans le match retour à Old Trafford envoya City à Wembley. Cette recente domination de City sur ses illustres voisins s'est également poursuivie en championnat avec City remportant les deux matchs, la victoire 4-0 à Maine Road étant citée dans les journaux de l'époque comme «le derby le plus unilatéral de l'histoire». De retour en Europe, City se rendit au Portugal pour les quarts de finale contre l'Académica Coimbra avec un match difficile sur un score de 0-0. Le match retour avec s’est avéré tout aussi difficile et il a fallu une frappe de Tony Towers dans les prolongations pour finalement obtenir la qualification. Avec toutes ces coupes à jouer il était inévitable que les Blues auraient du mal physiquement en championnat et finirent à la 10ème place, trois de mieux que l’année précédente. Le succès en finale de la Coupe de la Ligue à Wembley apporta un autre trophée et un autre saison du football européen garantie. Cependant, le parcours européen de cette année n'était pas encore terminé. Les adversaires de City en demi-finale étaient le club allemand FC Schalke 04. Lors du match aller en Allemagne City avait perdu 1-0. Malgré ce revers, ils sont restés confiants pour le retour à Maine Road deux semaines plus tard. Le gardien Joe Corrigan joua tout le match à domicile avec un nez cassé et les Blues ont offert une superbe démonstration de football offensif pour finalement gagner 5-1. Pour la finale contre les vainqueurs de la Coupe de Pologne Gornik Zabrze au Stade Prater à Vienne en Autriche, le match n’était pas exactement au centre de l’attention de la presse sportive alors que Chelsea et Leeds devaient rejouer la finale de la FA Cup la même nuit. Les Blues étaient confiants après leur carton contre Schalke en demi-finale et remporta la coupe deux buts à un devant seulement onze mille spectateurs. Quatre mille d’entre eux étaient des fans de City, trempés mais heureux, qui sont rapidement rentrés à Manchester pour fêter une nuit qu’ils n’oublieraient pas pour le restant de leurs jours. La victoire de City a marqué l’histoire en devenant la première équipe anglaise à remporter un trophée national et européen au cours de la même saison. City Gornik Zabrze En fin de compte, il s’agirait d’événements hors du terrain plutôt que de ceux sur le terrain qui ont fait la une des journaux pour la saison 1970-1971. En 1971, la nature du partenariat à la direction du club avait changé et le 24 novembre un nouveau consortium allait prendre le contrôle de City avec pour effet Mercer prenant le titre de manager général et Allison, responsable des médias, promu au poste de chef d'équipe. Au cours de la saison 1971 72, City était en tête du championnat avec 4 points d'avance à la mi-mars mais s’est effondré avec une série de résultats médiocres en fin de saison et une quatrième place à la clé que beaucoup attribuent à la signature du sympathique Rodney Marsh qui, malgré son talent etait considéré comme un élément perturbateur pour l’équilibre. de l'équipe. Allison avait refusé une offre de la Juventus à condition que Mercer s'écarte et le laisse devenir directeur à temps plein de Manchester City mais Mercer refusa fermement de se retirer. Leur relation se désintégra et Allison gagna finalement la lutte pour le pouvoir. Mercer fut écarté et quitta le club en juin 1972 pour rejoindre Coventry. Ne ressentant néanmoins aucune animosité envers Allison, Mercer avait l'impression que sa contribution au succes du club avait été injustement reconnue par le nouveau conseil d'administration, et son nouveau contrat avec une réduction de salaire le sentiment d'être indésirable. Pire encore, sa fierté était blessée. C'était la fin d'un grand partenariat managérial, un partenariat qui a été couronné de succès. Les fans de City se sont demandés pendant de longues années à ce qui se serait passé si tout avait été mieux traité. Rodney Marsh Malcolm Allison démissionna en milieu de la saison 1972 73 et l'homme d'affaires Peter Swales prit le contrôle du club qu'il garda jusqu'en 1993. Johnny Hart prit la suivi par le manager de Norwich City Ron Saunders qui mena le club en finale de la Coupe de la Ligue en 1974 perdue de peu. L’ancien capitaine du club Tony Book fut le suivant et rétablit une certaine stabilité à City. Book était un fidèle du club qui occupait toujours une variété de rôles au club avant et après son passage en tant que manager et, plus important encore, Book avait le respect de ses joueurs et sa nomination était un choix populaire . Le dernier match de la saison 1973 74 était contre Manchester United qui avait besoin de gagner pour éviter la relégation avec un City qui avait encore une chance mathématique de se reléguer lui aussi tout en n'ayant besoin que d'un match nul pour se maintenir. L'ancien joueur de United Denis Law marqua et donna à City une victoire 1-0 et confirma la relégation de ses rivaux. On se souvient du match pour la non-célébration de Denis Law qui a condamna son ancienne équipe au charter en direction de la deuxieme division alors que son coéquipier Mancunien à City Mike Doyle ne pouvait contenir sa joie de courir dans tous les sens, ravi d'envoyer enerz à l'aeroport. En 1973 City était une équipe en transition alors que les légendes Mike Summerbee et Francis Lee quittaient Manchester et que Denis Law se prenait sa retraite. Les années Tony Book furent satisfaisantes avec une Coupe de la Ligue en 1976 en battant Newcastle United 2–1 en finale et terminant deuxième du championnat en 1977, Liverpool ayant battu City pour le titre d'un seul point. Dans les années suivantes Book atteint les quarts de finale de la Coupe de la Ligue à deux reprises et les quarts de finale de la Coupe UEFA en 1979. Une longue période de déclin s'ensuivit et Malcolm Allison revint au club comme manager pour la seconde fois en 1979 mais gaspilla de grosses sommes d’argent pour des signatures infructueuses, L'une d'elle étant la signature de Steve Daley qui a battu le record de transfert britannique, tout en vendant des stars telles que Asa Hartford, Gary Owen et Peter Barnes qui fera le bonheur de Liverpool fin 80s . Allison ne fit pas long feu et une succession d'erreurs et managers (sept au total dans les 80s) mena City à la relégation en 1986... Bell, Summerbee; lee et Marsh City réapparut en premiere division en 1989 avec une honorable cinquième place en 1991 et 1992 sous la direction de Peter Reid mais ce n'était qu'un éphémère répit dans sa descente aux enfers. Après avoir été l'un des co-fondateur de la Premier League à sa création en 1992 et terminé neuvième à la première saison de celle ci, City finira par être relégué en 1996. City dû entretemps faire ses adieux à la tribune Kippax en 1994 qui a dû être démolie pour répondre aux exigences du rapport Taylor.Une tribune à trois niveaux a été construit à sa place, abritant près de 14000 spectateurs, et à son achèvement en octobre 1995 elle était l'une des plus hautes du pays. Ce n'était pas bon marché non plus avec un coût de 16 millions de livres sterling soit quatre fois le chiffre d'affaires du club. La refonte du Kippax était la deuxième phase d'un plan de développement en cinq parties qui coûterait 40 millions de livres sterling et porterait la capacité du stade à 45024. mais qui fut abandonné par la suite. Après deux saisons dans la Division One, l'ex seconde division, City est tombé au plus bas et deviendra le second vainqueur d'un trophée européen à être relégué au troisième rang de son pays après Magdeburg en Allemagne.Après cette relégation le club a connu de profonds bouleversements avec un nouveau président David Bernstein remplacant Francis Lee, alors passé dirigeant en lieu et place de Patrick Swales. Sous la direction de Joe Royle City fut immédiatement promu lors de la première année et une deuxième promotion successive permit à City de revenir en premier league mais cela s’est avéré un peu prématuré pour club en convalescence et en 2001 malgré les signatures de George Weah et de Paolo Wanchope City fut relégué une fois de plus. Kevin Keegan remplaca Royle en tant que manager et le club remporta le championnat de division one 2001-2002 en battant les records de club pour le nombre de points gagnés et les buts marqués en une saison. Le club ne sera plus jamais relégué et avec David Bernstein des bases financières solides sont posées pour l’avenir du Manchester City Football Club. La saison 2002-2003 était la dernière à Maine Road avec une victoire 3-1 contre le Manchester United mettant ainsi fin à 13 années sans victoire dans le derby et une qualification pour une compétition européenne pour la première fois en 25 ans. Un nouveau stade voit le jour dans la région d’Eastlands, le City of Manchester Stadium, pièce maîtresse des Jeux du Commonwealth de 2002. Sa capacité sera portée à 61000 places en 2015 et City s'y installera en aout 2003 après quatre vingt années à Maine Road... En juillet 2007 Manchester City est racheté par Thaksin Shinawatra via sa société UK Sports Investments pour une somme évaluée à 122 millions d'euros. Shinawatra avait déjà essayé d'acheter le Liverpool en 2004 sans succès et avoir longtemps résisté à ses offres les dirigeants City acceptèrent finalement de vendre à l'ancien Premier ministre thaïlandai dont 60 millions étaient consacrés au rachat de la dette du club. City devient ainsi le huitième club de la première division de football anglaise a être racheté par un investisseur étranger. Cette nouvelle transaction faisait suite aux nombreux rachats qui ont marqué le football professionnel britannique depuis l'arrivée fracassante du milliardaire russe Roman Abramovich à Chelsea en juillet 2003. Le club de Manchester United, le plus riche du monde, a ainsi été racheté par l'Américain Malcom Glazer pour plus d'un milliard d'euros, Liverpool est tombé dans les mains des investisseurs américains Tom Hicks et George Gillett alors qu'Aston Villa, West Ham et Portsmouth ont également été vendus à des investisseurs étrangers. L’ancien Premier ministre thaïlandais était un personnage controversé pour beaucoup en raison de sa politique dans son pays natal, et un coup d'État militaire en 2006 contraint Shinawatra à s'exiler à Londres alors que les nouveaux dirigeants thaïlandais portaient atteinte à un certain nombre d'accusations. Le gel de ses avoirs ne l’a pas empêché d’acheter City, n’ayant jamais réussi à prendre le contrôle de Liverpool et de Fulham. Shinawatra signa trois joueurs thaïlandais Suree Sukha, Kiatprawut Saiwaeo et Teerasil Dangda et il va sans dire qu'aucun d'entre eux n'a joué un match de compétition pour le club et ont tous été prêtés car aucun n’était qualifié pour un permis de travail en raison du statut de leur pays dans le football mondial et de toute façon ca devait être des tringles destinées à couper les citrons en équipe réserve. Eriksson Sven-Göran Eriksson fut nommé manager en juillet 2007 un an après avoir démissionné de son poste de sélectionneur de l’équipe d’Angleterre et devient ainsi le premier entraîneur étranger de City. Depuis son arrivée Sven Goran Eriksson avait fait d'une équipe moyenne un groupe qui pouvait prétendre jouer les premiers rôles cette saison en remontant l'équipe de toutes pièces. Pourtant rien ne lui avait été épargné depuis son arrivée sur le banc des Citizens. Dès le jour de sa nomination, les supporters locaux ont manifesté devant le siège du club pour faire connaître leur mécontentement sur la nomination de l'ancien sélectionneur des trois lionnes. Si son bilan à la tête du onze de Sa Majesté n'a pas été couronné par une victoire finale son bilan n'est pas des plus catastrophiques avec deux places en quart de finale de Coupe du Monde et une à l'Euro en comparaison de ses successeurs et prédécesseurs toujours charterisés prématurément. Il mit en place ses méthodes de travail qui lui avaient permis de remporter des titres avec ses anciens clubs et arrivé très tard pendant l'été il a du reconstruire une équipe à toute vitesse. Beaucoup de gens prévoyaient une saison galère pour le club Mancunien. La presse lui a reproché d'avoir recruté pas mal de ses joueurs sur DVD un peu comme le Stade Rennais mais c'etait oublier que pendant son année sabbatique il avait beaucoup voyagé et regardé beaucoup de matchs. Cinq mois plus tard les plus sceptiques se sont tus et sa qualité fût reconnue avec au bilan l'un des records du club à l'époque avec sept victoires en sept matches à domicile dès le début de saison. Eriksson s'etait définitivement mis les supporters locaux dans la poche en battant le rival local Manchester United mais la seconde partie de la saison ne s'avéra pas du même niveau et Shinawatra évinca Eriksson malgré les protestations des associations de supporters et de "Save our Sven (SOS)" slogan destiné à faire changer d'avis Shinawatra. La saison s'était terminée en désastre avec un coast to coast mémorable 8-1 face à Middlesbrough. Malgré ce dernier résultat pour le moins burlesque le club se qualifiait honorablement pour la Coupe UEFA mais Shinawatra, le propriétaire mena City vers la débâcle financière en même pas un an de temps. Le besoin désespéré de Shinawatra de vendre suscita l’intérêt d'un groupement d'investisseurs des Émirats Arabes Unis l'Abu Dhabi United Group qui mit sur le tapis 200 millions de livres sterling pour racheter City. Malgré tout le mandat de Shinawatra avait donné au club la base sur laquelle il pouvait s’appuyer faisant de City un club ambitieux qui lui permettra de progresser sur la scène mondiale. Avec sa fortune estimée à quinze milliards d'euros le président russe de Chelsea faisait figure de manant devant l'enveloppe amassée en quelques mois sur le marché de l'immobilier par le nouveau boss de Manchester City un certain Suleiman AI-Fahim. Le contenu de la tirelire du nouveau patron des Citizens frôlait les 600 milliards d'euros, certains parlant même de 700 milliards. Dans la nuit du 31 août au 1" septembre 2008, le divin mécène s'est porté acquéreur des Sky Blues pour une valeur estimée à 258 M€. Une paille pour cet homme d'affaires ambitieux : « L'objectif est de permettre à Manchester City de remporter la Champions League. Cela prendra peut-être dix ans, mais nous y arriverons ! », avait-t-il déclaré à son arrivée. Il avait également l'ambition de recrtuter des joueurs comme Lionel Messi, Sergio Ramos, Javier Mascherano, Philipp Lahm, Fabio Cannavaro et Kaka avec une offre de l'ordre de 120 150 millions qui fut finalement sera rejeté par Kaká, beaucoup trop attaché à l'AC Milan. Dans les heures qui ont suivi l'arrivée au club d'AI-Fahim, Robinho est arraché au Real Madrid au nez et à la barbe de Chelsea. Depuis, une ribambelle de stars n'a cessé de venir grossir la liste des recrues potentielles, Villa, Buffon, Henry, Kakà, Fabregas, van Nistelrooy, Messi, Torres, sans oublier Cristiano Ronaldo,tous annoncés à City par des tabloids à qui il n'en fallait pas tant. Du côté d'Old Trafford on apprécie moyennement à l'image d'Alex Ferguson ulcéré par le coup de force de ce voisin devenu encombrant. « C'est très bien d'avoir tout cet argent, lâche, amer, le technicien écossais des Red Devils, mais ils ne pourront pas acheter tout le monde. C'est absurde d'évoquer un possible recrutement de Cristiano Ronaldo. De toute façon, vous pouvez acheter onze Robinho, cela ne formera jamais une équipe ! » message pour le moins peu suivi par ses dépensiers successeurs à United... Manchester City etait devenu l'attraction de la Premier League au point de faire de l'ombre non seulement à United mais aussi à Chelsea, Arsenal et Liverpool. De plus, les Citizens, dont la manne financière provient du Moyen-Orient, paraissaient moins menacés par la crise économique mondiale qui a secoué les places fortes du foot anglais soutenues pour la plupart par des propriétaires britanniques ou américains ébranlés par le krach boursier. Sur le terrain l'équipe était dirigée par son nouveau manager Mark Hughes. Malgré toute cette agitation et un excellent début de saison l'équipe peine en championnat et Hugues paie les résultats décevants du club le 19 décembre 2009 en étant limogé de son poste et remplacé par Roberto Mancini... Mancini amène le club à son premier trophée depuis 35 ans avec la FA Cup 2011. Une année plus tard, les skyblues arrachent le titre de champion d'Angleterre dans les dernières secondes de jeu face à Queens Park Rangers grâce aux buts d'Edin Džeko et Sergio Aguero, Argentin et non pas Mexicolombien comme Mister.A. Le club ne quitte dès lors plus les hauts du classement et devient un régulier en Ligue des champions sans pour autant réussir à s'y imposer, son meilleur résultat étant une élimination en demi-finale face au Real Madrid de Jein en 2016. En 2014, City, cette fois sous les ordres de Manuel Pellegrini, réalise un doublé avec le championnat et la League Cup. Pep Guardiola devient entraîneur du club à l'été 2016, et brise un grand nombre de records du championnat durant sa deuxième saison en l'emportant avec 100 points de gagnés, 19 de plus que le second... Nous sommes en 2018 et City ambitionne toujours de gagner la Ligue des Champions après plusieurs échecs successif alors que la providence en ce mois de Septembre a placé le Sorcier Lyonnais Pep Genesio sur son chemin. Gageons que Guardiola apprendra beaucoup des leçons tactiques du Professeur Rhodannien... The 50 Greatest Players CHRONOLOGIE ORIGINES -> 2000 LA RIVALITE CITY / UNITED SIGNATURES MAJEURES 2010 -2018 (en cours par @ExoCitizen) READINGS RETRO ARCHIVES ANCIEN TOPIC
  3. twb22

    Paris Saint-Germain

    Faut quand même etre honnete sur un point, les Anglais vont perdre Utd en huitièmes ca en fait un de moins d'office
  4. twb22

    Angleterre

  5. twb22

    Paris Saint-Germain

    Pas nouveau ce système...
  6. twb22

    Modern Talking

    Lt Roja va se charger des commentaires…..
  7. Mouais comme si Sergio fumait des cigarettes au Menthol
  8. La série criminelle espagnole Comme de la poudre aux yeux (Cocaine Coast, Farina Snow on the Atlantic) vient d’arriver sur Netflix. Dans les années 80 en Galice, la région connait une crise économique sans précédent. Les pêcheurs ont du mal à se reconvertir et se retrouvent endettés. Pour survivre, la Galice devient peu à peu le lieu de la contrebande du tabac qui va approvisionner la société durant des années et faire la richesse des narco-trafiquants. Ces entrepreneurs dans l’illégalité vont entrer en contact avec les cartels colombiens et faire évoluer le trafic vers la cocaïne. Il engendre au fil des années de plus en plus d’argent qui passe de l’Espagne au reste de l’Europe en commençant par la Galice qui totalise 80% de la production… Javier Rey: Sito Miñanco Tristán Ulloa: Sargento Darío Castro. Personaje inspirado en @jein23 Antonio Durán “Morris”: Manuel Charlín Carlos Blanco: Laureano Oubiña Manuel Lourenzo: Vicente Otero Pérez "Terito" Xosé Antonio Touriñán: Francisco "Paquito" Charlín Pomares Isabel Naveira: Pilar Charlín Xulio Abonjo: Ramón "Moncho" Charlín Pomares Tamar Novas: Roque Eva Fernández: Esther Lago Fran Lareu: Olegario Falcón Piñeiro "Oli" Monti Castiñeiras: Luis Colón "Colombo". Personaje inspirado en @Asensio22 Alfonso Agra: Manuel Bustelo Carlos Sante: Modesto Loval Miquel Fernández: Juez Baltasar Garzón Jana Pérez: Camila Reyes. Personaje inspirado en Odalys Rivera Celso Bugallo: Padre de Sito Juan Pablo Shuk: José Nelson Matta Ballesteros Marta Larralde: Nieves Nancho Novo: Juez) Luisa Merelas: Amalia Pomares, mujer de Manuel Charlín
  9. twb22

    Narcos

    oui, consecutif ca se dit pour deux actions à la suite séquelle en Français mais pour une suite on ne dit pas séquelle qui veut plus dire consequence en Français pur d'où l'emploi de l'Anglais
  10. twb22

    Narcos

    Ca va ce n'est pas encore la saturation. Par contre sur Escobar OUI…. ce dernier film avec Javier Bardem n'apporte absolument rien "consecutif" on dit sequels
  11. Le sud est aussi un pote m'a raconté, avec les petites rivieres et leur "cabanes de pecheurs"
  12. twb22

    Narcos

    Quand un sujet marche bien c'est toujours pareil il y a des bébés qui arrivent Narcos Mexico n'est pas la suite mais un "à coté"
  13. twb22

    Narcos

    Et pour moi ca passe mal
  14. twb22

    Real Madrid

    Il vous faut Adrien
  15. twb22

    Supernatural

  16. twb22

    Making A Murderer

    Alors @Sevoth-Tart tu as regardé? @Rick tu suis toujours?
  17. twb22

    Bruno Genesio El Pep

    Avec une prolongation à la clé? "On discute tous les jours avec Bruno, poursuit Jean-Michel Aulas. Je trouve qu'il a depuis quelques temps beaucoup d'agents parmi les médias. Je suis très heureux parce que cela n'a pas toujours été le cas! C'est déjà une première victoire. Il fait un travail remarquable et c'était vraiment du bonheur quand on a écouté sa causerie. Le moment venu, on discutera avec Bruno."
  18. Né le 01/09/1966 à Lyon Pep Genesio entraîneur sulfureux et controversé de l'Olympique Lyonnais est né à Lyon, à "joué" à Lyon et entraine Lyon. Une fidélité et une maestria tactique à toute épreuve récompensée par son président Jean Michel Aulas qui lui garde une confiance de fer malgré la grogne des supporters du forum Lyonnais. Une énergie débordante qui le voit finir dans une embrouille de boite de nuit alors que le championnat commence mal avec une defaite à domicile. Dur donc de canaliser les frasques ce fin tacticien dont les formations surprennent tous les spécialistes du club Rhodannien qui réclament sa tête alors que le contrat de Pep mériterait d'être prolongé à vie tel un Wenger des années 2010. Meilleur ratio Lyonnais depuis longtemps et remplit son contrat chaque année derriere l'intouchable Psg et un Monaco qui d'exception. On peut pas faire mieux…. Analyse tactique du génie de Genesio
  19. twb22

    Rugby

  20. twb22

    Real Madrid

    Franchement cette année ca ne suffira peut etre pas. C'est quand meme tres poussif et Ronaldo n'est plus là
  21. twb22

    Liverpool FC

    Deja une bonne sodomie pour @eNerz dimanche, une double avec le Psg ses fesses supporteraient pas le choc
  22. twb22

    Ajax Amsterdam

    Hard la rivalité Ajax Bayern, tout du moins pour les clubs, les joueurs eux ca ne doit pas leur faire grand chose. Dans les 70 c'était terrible. Quand apres un 5-0 l'Ajax avait dit bof l'equipe reserve au retour ca ira à Munich les Allemands l'avait tres mal prit et des annees plus tard vers 79 pour un jubilé d'un joueur de l'Ajax ( je ne sais plus qui) ils avaient cartonné 7-1 ce qui est extrêmement NUL pour un match censé etre un hommage à un joueur de faire ca. Bref ca date pas vu
  23. twb22

    Arsenal FC

    Carl titulaire
  24. twb22

    Paris Saint-Germain

    Olympien Avec Lukaku c'est clair que pour qu'il reste un sandwich dispo porte de St Cloud ca va etre chaud va falloir manger avant de venir au parc
  25. twb22

    Manchester United

    pour les vacances d'hiver?
×