avram grant

Membres.
  • Compteur de contenus

    1545
  • Inscription

  • Dernière visite


1 abonné

À propos de avram grant

  • Rang

Équipe

  • Mon Équipe Angleterre - Chelsea
  • Mon Équipe Type win or loose always Chelsea

Réseaux Sociaux

Informations

  • Sexe Male
  • Lieu paris

Visiteurs récents du profil

2489 visualisations du profil
  1. Chelsea FC

    et de Ramires , la demi contre le barca c 'est juste une passe décisif et un but sur nos 3 buts ... sans compter son match de porc au retour
  2. Chelsea FC

    bon la bonne nouvelle , pas de cahill
  3. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

  4. LCD Soundsystem

    Surtout reconnu en tant que producteur mais aussi fondateur du label Death From Above (The Rapture, Black Dice), James Murphy consacre ses expérimentations funky/rock/dance ou encore disco/punk en prenant LCD Soundsystem comme laboratoire. LCD Soundsystem 2005 C'est quoi le son des années 2000 ? Demandons à James Murphy. Directeur de label hype (DFA), producteur génial inspiré par Gang of four et les new-yorkais branchés du début des 80's (Liquid liquid, ESG...), il a sauvé de la noyade Radio 4 (qui sont redevenus médiocres après leur travail avec Murphy), et les Rapture, honteusement sous-estimés.LCD Soundsystem a commis le single de la décennie en 2002, avec "Losing My Edge". Un manifeste disco-punk, garage-funk hilarant, moderne et malicieux qui fera encore danser dans 30 ans.Ont suivi quelques maxis formidables et on s'est mis à attendre l'album.Cela a mis 3 ans, soit beaucoup trop longtemps dans ce domaine. Murphy a eu le temps de se faire piller par tout le monde, et même de devenir quasiment ringard pour certains. On appelle ça le backlash.Heureusement, ceux qui ont pu voir le groupe en concert savent qu'il ne s'agit pas que d'une hype sans lendemain, l'énergie et la puissance déployée sur scène ne trompent pas quant à la sincérité de ces gens là. Et les guiboles en redemandent.L'album se divise en deux disques :- D'un côté une compilations des maxis sortis depuis 2002 : des classiques. Des bijoux. - De l'autre un album 100% inédit. Excitant, il ravira les ex-fans des eighties et ceux qui aiment le punk qui groove. Le tout avec un son gros comme ça. Le chant voyou de Murphy rappellera un peu Mark E Smith de The Fall. Mais une question me vient à l'esprit, Mark E Smith sait t-il danser ? Sound Of Silver 2007 Sound Of Silver est le second album de LCD Soundsystem du génial James Murphy. On lui doit, par le biais de son label DFA Records le retour du disco en tant que style de musique écoutable. En effet, que ce soit dans ses DJ-sets ou dans ses différentes productions, il a permis au rock le plus hype de se déhancher sur le dance floor. Ainsi, on lui doit le son des groupes punk-funk The Rapture et Radio 4. Cette ouverture d'esprit va se retrouver sur son projet musical LCD Soundsystem. D'ailleurs, sur son premier single "Losing My Edge", si les paroles sont anti-hype, elles n'en sont pas moins un name-dropping révélateur: James Murphy y cite Daft Punk, Can, la Techno de Detroit, Joy Division, Eric B & Rakim, Ibiza 1988, ...Ce mélange d'énergie punk, de sensualité disco, de mélancolie new wave, de minimalisme electro s'entend tout au long de son premier album sorti en 2005.Sound Of Silver sorti en 2007 affine le style LCD Soundsystem. L'album commence par "Get Innocuous" au style très Talking Heads qui permet d'entrer de plain pied dans l'atmosphère du groupe par cette lente mais certaine montée en puissance.Suivent "Time To Get Away" et "North-American Scum", titres plus classiques de disco-punk mais très accrocheurs.Et arrivent un magnifique tryptique qui constitue le coeur de l'album. D'abord "Someone Great" : une ballade électro que n'aurait pas reniée Brian Eno où se mêlent notes de glockenspiel et synthétiseurs. Puis, "All My Friends" : ça commence par des accords de piano, puis se collent dessus guitares, basse et batterie et la voix mélancolique de James Murphy. On croirait entendre New Order en 1983. Magique! Un titre pour lequel tous les Interpol, Killers et Editors du monde vendraient leur mère pour l'écrire. Enfin, "Us V. Them": longue orgie festive disco-punk remplie de cloches typiques de LCD Soundsystem.Les deux titres qui suivent "Watch The Tapes" et "Sound Of Silver", classiques de minimalisme et de rigidité entre techno et post-punk, se révèlent forcément décevant après ce qu'on vient d'entendre."Sound Of Silver" se termine par la déchirante ballade "New York I Love You But You Are Bringing Me Down", hymne glam dédié à New York.Car, new yorkaise la musique de LCD Soundsystem l'est : elle recouvre tous les styles qui sont sortis de cette ville : le rock décadent du Velvet Underground, le proto punk de Suicide, la disco des adeptes du Studio 54, la no wave de Liquid Liquid, ... This Is Happening 2010 Que ce fut long, ces trois années d'attente, depuis le sublime Sound Of Silver. Il y a bien eu quelques remixes intéressants, un "Big Ideas" plutôt sympa et un "Bye Bye Bayou" suicidaire. Mais là, ça y est quoi! C'est le nouvel album, le dernier selon Murphy...A la première écoute intégrale du machin, une chose frappe : James Murphy chante enfin réellement, décomplexé, sur de lui même. Bien sûr, il faut voir dans ses falsetti sur la corde raide une bonne dose d'humour et de second degré. Rien de nouveau chez le bonhomme...On soupçonnait le James d'être un indécrottable geek, fan absolu de musique, génial copieur pour les uns, honteux voleurs pour les autres. La deuxième écoute, plus attentive, vient appuyer encore plus fort là où ça faisait déjà très mal. Je ne sais pas s'il faut voir dans ce jusqu'au-boutisme un ultime clin d'oeil du new-yorkais à tous ceux qui le taxent d'opportuniste, ou plus simplement, la dernière offrande d'un humble amateur de musique, fou d'amour et totalement dévoué à son art.Du coup, tous ceux qui ont adoré les deux premiers efforts du groupe peuvent sauter les yeux fermés sur celui-ci, les autres ont tout intérêt à passer leur chemin.Sous forte influence Bowie/Eno 77-83, les chansons sont quasiment toutes excellentes. Gageons que les peine à jouir trouveront encore des ressemblances, taxeront ce bon vieux Murphy de pâle copieur... Ils auront raison, il ne s'en cache même pas. Il faut seulement voir dans ces chansons très référencées le savoir-faire d'un artisan passionné, d'un érudit qui rend hommage aux glorieux anciens. Il suffit juste d'écouter ces chansons pour ce qu'elles sont : des petits plaisirs coupables qui se prennent pour des chefs d'oeuvre.Un rapide tour du proprio s'impose : le single "Drunk Girls", sous perfusion "White Light/White Heat", fait son boulot, sans plus. Tout le monde aime "Heroes" de Bowie ? Bien sûr, James Murphy aussi. "All I Want" peut en attester, et de très belle manière. Ne vous inquiétez pas, Iggy est dans le coin aussi! Un nouveau "Nightclubbing" pour le millénaire ? "Somebody's Calling Me" pour tout le monde. Un "Pow Pow" plus classique, où le grand rouquin retente son phrasé à la "Losing My Edge". "One Touch" est très branchée Eno, qui s'en plaindra? "I Can Change" déborde de synthés vintage et le chant est plus que jamais assumé. Magnifique. "Home" vient conclure sublimement un album où les chansons dépassent presque toutes les six minutes. Mais avant ça, LCD Soundsystem nous met la baffe intégrale. Murphy nous sort, en ouverture s'il vous plait, le track killer qui met toute la concurrence à genou. "Dance Yrself Clean", grandiose, magistrale, est une énorme claque. Les huit autres chansons auraient pu n'être que d'immondes choses, l'album m'eut paru génial. Ces neuf minutes sont du niveau des illustres "Losing My Edge", "Beat Connection" et autres "All My Friends". C'est dire...Vous l'aurez compris, ce nouveau chapitre LCD n'apporte pas la révolution, tout ce que vous adoriez avant est là à nouveau. Mais quel bonheur !!! Ce disque tourne en boucle dans ma caisse depuis des semaines. Je ne m'en lasse pas. Et tant pis si c'est la dernière fois... American Dream 2017 près avoir tiré sa révérence en fanfare en février 2011 avec un concert d'adieu au Madison Square Garden, LCD Soundsystem, le groupe new yorkais qui a œuvré au rapprochement rock et dance dans les années 2000 avec des hits comme "Daft Punk is playing at my house", est de retour avec un nouvel album. S'il est inespéré, ce retour pourrait avoir un petit goût de trahison (arrières-pensées, effet marketing etc), auprès des fans de ce groupe new yorkais connu pour son intégrité, qui avait préféré s'auto-saborder en pleine gloire que de se répéter.James Murphy, qui s'est finalement résolu à reformer le groupe sur les conseils de David Bowie - il m'a demandé "Est ce que ça te met mal à l'aise ? Bien. Si tu n'es pas inconfortable tu ne fais rien"- se devait d'autant plus de ne pas décevoir. Et, on l'écrit avec soulagement, il ne déçoit pas. En 2017, LCD Soundsystem reste tout aussi pertinent, voire davantage, que le groupe adulé dès le premier album en 2005. Il a cependant changé. En prise avec la marche du monde et la mort en série d'une grosse poignée de héros dont David Bowie, Lou Reed, Alan Vega, Leonard Cohen, Lemmy et Prince. Une première chose frappe sur ce quatrième album : James Murphy a beaucoup évolué au micro. Il ne se contente plus de parler, de scander ou de brailler. Il chante désormais. Et avec une clarté qu'on ne l'imaginait pas vouloir ni pouvoir atteindre. Sur le refrain de "I Used To" par exemple, où il monte dans les aigus sans forcer, mais aussi sur le funèbre "How Do You Sleep ?" où il prend des accents à la Jim Morrison, ou encore sur le tournoyant "American Dream" où perce sa vulnérabilité comme jamais. Un second constat saute aux yeux dès que l'on se penche sur les paroles: ce disque est hanté par la mort et le temps qui file. La mort, l'âge, la finitude et l'impermanence sont évoqués d'une façon ou d'une autre dans quasiment chacun des dix titres. La mort des autres mais aussi la mort d'un monde et celle de James Murphy, 47 ans, qui se rapproche. En restant souvent elliptique, il est néanmoins comme toujours d'une précision remarquable dans ses textes, capturant comme personne de mini saynètes et, plus encore, des états d'esprit. James Murphy se montre surtout moins snob et arrogant qu'avant, moins ramenard dans ses paroles. Il a laissé de côté le sarcasme pour s'atteler courageusement à mettre ses tripes sur la table."American dream" ressemble à la gueule de bois d'un quadragénaire qui, sa jeunesse envolée, se réveille brutalement et se regarde dans le miroir avec l'envie de crever. Sur "Tonite", il annonce "la meilleure nouvelle de la semaine" : "nous allons tous finir de la même façon". Et de critiquer férocement le narcissisme général."Sur ton téléphone, des numéros de gens disparus que tu ne peux effacer, et des moments importants de ta vie que tu ne peux répéter", remarque-t-il sur "Emotional Haircut". Mais ce n'était pas forcément mieux avant : l'un des couplets de "Call The Police" raconte ses premières années "ennuyeuses" en tant que "punk malheureux", entre une mère handicapée et un père alcoolique. Il n'avait jamais été aussi personnel.
  5. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

  6. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

    Lez morceau de ride est juste incroyable
  7. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

  8. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

    groupe sous-estimé qui n as pas eu le succès qu il mérite
  9. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

  10. Chelsea FC

    oui je pense que des que le board aura un accord avec un entraîneur , Conte sera viré
  11. Vous Ecoutez Quoi En Ce Moment ?

    les arrangements de Vannier et Gainsbourg sur cet album c est juste époustouflant
  12. Chelsea FC

    Andre Villas-Boas sacked after losing to West Brom. Roberto Di Matteo sacked after losing to West Brom. Chelsea's next fixture?....West Brom.
  13. Chelsea FC

    l ideal Ancelotti en interim qui deviens directeur football ( et oui j ai toujours de la tendresse pour lui) et après Sarri
  14. Chelsea FC

    SARRI ...
  15. Chelsea FC

    HIDDINK est déjà a Londres ?