Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'liga'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Football Français
    • Ligue 1 Conforama
    • Domino’s Ligue 2
    • National
  • Football Étranger
    • Premier League
    • LaLiga Santander
    • Serie A TIM
    • Liga NOS
    • Bundesliga
    • Spor Toto Süper Lig
    • Jupiler Pro League
    • Eredivisie
    • Autres Championnats
  • Tournois Internationaux 2019
    • CAN Egypt 2019
    • Copa América 2019
    • Women World Cup France 2019
    • U20 World Cup Poland 2019
  • Soccer's games and sports
    • Soccer's Pronos
    • Comunio
    • Mon Petit Gazon
    • Fantasy Football
    • Fantasy Basketball
    • Fantasy Rivals (Cyclisme)
  • Tournois Européens & Internationaux
    • Ligue des Champions
    • Europa League
    • Euro 2020
    • Coupe du Monde 2018
    • Autres Tournois Internationaux
  • Football Généraliste
    • Le Monde du Football
    • Équipes Nationales
    • Joueur de Football
    • Football Féminin
    • Médias Football
  • La Médiathèque de Soccer's
  • Jeux Vidéo Football
  • Tout le reste
  • More with Soccer's Community

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Site Internet


Facebook


Twitter


Skype


Lieu


Loisirs


My Team


Gardien


Défenseur(s)


Milieu(x) Défensif(s)


Milieux Latéraux


Milieu(x) Offensif(s)


Attaquant(s)

Found 4 results

  1. L'ombre. Et la folie. Deux constantes pour un seul club : le Club Atlético Madrid, fondé le 26 mars 1903 par des dissidents du « maître de la ville », le Real Madrid. Ces dissidents, étudiants inspirés par le club basque de l'Athletic Bilbao, dont ils reprennent les couleurs le rouge et le blanc et même le nom Athletic Madrid, veulent un football inventif qui soit aussi école de vie. Pourtant, rien n'y fait. Le nouveau venu est condamné très vite à évoluer dans l'ombre du géant. Pendant la guerre civile qui va écarteler le pays, il est même contraint de s'associer en 1939 avec le club de l'armée de l'air espagnole, Aviaciôn Nacional Madrid, pour survivre. Heureusement, l'équipe est entraînée par un ancien gardien de but phénoménal, Ricardo Zamora, et remporte le titre national en 1940 et 1941. Cette année là le club est renommé Atlético Aviación puis Club Atlético de Madrid en 1946. Une autre ancienne star, Helenio Herrera, emmène le club vers deux nouveaux titres en 1950 et 1951. Pourtant, le régime du général Franco déteste cette équipe soutenue par les ouvriers de la ville, lui préférant son royal voisin au maillot blanc immaculé, le Real Madrid. En Espagne, aucun club n'aura autant vécu dans l'ombre d'un rival que l'Atlético vis-à-vis du Real. Même quand les rouge et blanc remportent leur première Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, en 1962, contre les Italiens de la Fiorentina, ils ne parviennent pas à gommer la formidable série réussie entre 1956 et 1960 par le Real en Coupe d'Europe des clubs champions. Rien toutefois ne semble pouvoir donner de la grâce, du prestige, de l'allégresse à ce club réputé pour le soutien que lui prodiguent les classes populaires. Quand il quitte le vieux stade Metropolitano pour rejoindre, dans le quartier de Manzanares, le stade Vicente Calderôn dont le nom constitue un hommage à un ancien président particulièrement actif et ses 62 000 places, l'Atlético fait encore figure de parent pauvre, le Real disposant, lui, du stade Santiago Bernabeu, avec ses 106 500 places. Alors, quand, au cours des années 1970, un homme d'affaires s'empare de la présidence de l'Atlético Madrid, le public espère des jours meilleurs. Des jours où l'Atlético dominera enfin, et régulièrement, l'ennemi héréditaire qu'est le Real. Cet homme s'appelle Jésus Gil y Gil. D'emblée, il convoque la presse espagnole et déclare : « Dans moins de dix ans, l'Atlético Madrid sera devenu le meilleur club du pays. ». À cette époque, seul l'Atlético offrait un sérieux défi à Real, remportant les titres de la Liga en 1966, 1970, 1973 et 1977 et finissant deuxième en 1961, 1963 et 1965. Le club remporta de nouveau la Copa del Rey à trois reprises. 1965, 1972 et 1976. En 1965, après avoir terminé deuxième du classement de la Liga après une lutte acharnée pour le titre, l’Atlético est devenue la première équipe à battre Real au Bernabéu en huit ans. Parmi les joueurs importants de cette époque, citons le vétéran Adelardo et les buteurs réguliers Luis Aragonés, Javier Irureta et José Eulogio Gárate, ce dernier remportant le Pichichi à trois reprises en 1969, 1970 et 1971. Dans les années 1970, l'Atlético a également recruté plusieurs Rubén Ayala, Panadero Díaz et Ramón "Cacho" Heredia ainsi que l’entraîneur Juan Carlos Lorenzo. Lorenzo croyait en la discipline, la prudence et la perturbation du jeu des adversaires, et bien que controversé, ses méthodes se sont avérées fructueuses. Après avoir remporté la Liga en 1973, le club a atteint la finale de la Coupe d'Europe en 1974 éliminant Galatasaray, le Dinamo Bucureşt, l'étoile rouge de Belgrade et le Celtic. Dans la finale au stade Heysel face à une équipe du Bayern Munich composée de Franz Beckenbauer, Sepp Maier, Paul Breitner, Uli Hoeneß et Gerd Müller, l'Atlético s'est surpassé. Aragonés a marqué ce qui ressemblait au but vainqueur mais à la dernière minute du match, le défenseur du Bayern Georg Schwarzenbeck a égalisé. Dans le match de soutien (pas de penalties à l'époque) deux jours plus tard, le Bayern s’est imposé 4-0 avec deux buts chacun de Hoeneß et Müller. Peu après la défaite en Coupe d’Europe, l’Atlético a nommé son vétéran joueur Luis Aragonés comme entraîneur. Celui ci a été nommé à quatre reprises, de 1974 à 1980, de 1982 à 1987, de 1991 à 1993 et enfin de 2002 à 2003. Son premier succès est venu rapidement avec une victoire en Coupe Intercontinentale en remplacement du Bayern face à Independiente. Aragonés a ensuite conduit le club à de nouveaux succès à la Copa del Rey en 1976 et à La Liga en 1977. Lors de son second passage en 1985 en tant qu'entraineur, il a mené le club à la deuxième place en Liga avec l'apport de Hugo Sánchez auteur de 19 buts et Pichichi. Sánchez a également marqué deux fois dans la finale de la Coupe alors que l'Atlético a battu l'Athletic Bilbao 2–1. Sánchez n'est cependant resté au club que pour une saison avant son transfert au Real. Malgré le départ de son buteur Mexicain, Aragonés a mené le club à la victoire en Supercopa de España en 1985 et les a ensuite conduits à la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1986, perdue face au Dynamo de Kiev II faudra attendre vingt ans pour que le club remporte à nouveau un titre de champion d'Espagne et fasse même mieux, puisqu'en 1996 il réussit le doublé championnat-coupe emmené par des joueurs comme Toni, Roberto Solozábal, Delfí Geli, Juan Vizcaíno, José Luis Caminero, Diego Simeone, Milinko Pantić, Luboslav Penev, Santi Denia, José Francisco Molina et l'idole Kiko. Pourtant, et même si l'Atlético Madrid présente le troisième budget du pays 631 millions de francs pour la saison 1999-2000, derrière ceux du Real Madrid et du FC Barcelone, ce doublé n'est qu'une illusion. La saison suivante, 1996-1997, a vu le club prendre part à la Ligue des champions pour la première fois avec des attentes et des ambitions élevées. Ils ont finalement été éliminés par l'Ajax en quarts de finale. Avant la saison 1997-1998, des dépenses importantes ont lieu signatures de Christian Vieri Pichichi en 1998 et Juninho. Bien qu’Antić ait survécu à trois saisons consécutives avec Gil, il est remplacé au cours de l’été 1998 par Arrigo Sacchi qui t lui-même ne reste que moins de six mois. Antić est ensuite revenu brièvement au début de 1999 avant d'être remplacé par Claudio Ranieri à la fin de la saison. La saison 1999-2000 a été désastreuse pour l'Atlético. Jésus Gil y Gil homme politique est maire de la station balnéaire très mondaine de Marbella, a usé vingt-neuf entraineurs en vingt-quatre années de présidence...Il a cru que le club lui appartenait. La justice espagnole l'a rattrapé le destituant pour appropriation illégale du club à son profit personnel, faux en documents et d'autres délits encore. Une estimation fait état d'une fraude totale de 360 millions de francs. Au début de janvier 2000, sur les murs du stade Vicente-Calderôn, des slogans apparaissent : « Président, nous lutterons avec toi », « Avec Gil, pour toujours ». L'administrateur nommé par le gouvernement, José Manuel Rubí, dirigeait les opérations quotidiennes de l'Atlético. Avec la destitution du président du club, Jesús Gil, et de son conseil d'administration, le club n'a pas les resultas escomptés. Ranieri a donné sa démission avec le club 17ème sur 20 et se dirigeant vers la relégation. Antić, de retour pour son troisième relais, n’a pas réussi à empêcher l’inévitable. Malgré la finale de la Copa del Rey, l'Atlético a été relégué malgré un effectif composé de nombreux internationaux ou futurs internationaux Molina, Celso Ayala, Gamarra, Bejbl, Ruben Baraja, Juan Carlos Valerón, Pablo García, Solari, ou encore Jimmy Floyd Hasselbaink, pourtant deuxième meilleur buteur de la Liga... Le club passera deux ans en Segunda Division, qu'ils remporteront en 2001-2002, emmenés par la jeune génération incarnée par Fernando Torres. C'est à nouveau Luis Aragonés, à son quatrième et dernier passage en tant qu'entraineur de l'Atlético, qui les a ramenés à la Primera División... En 2006, l'Atlético signe Costinha, Maniche, Simao, José Antonio Reyes ainsi que l'attaquant argentin Sergio Agüero. En juillet 2007, Fernando Torres a quitté le club pour Liverpool pour 26,5 millions de livres sterling, tandis que Luis García prenait la direction opposée. La saison 2007-2008 s'est avérée la saison la plus réussie pour le club au cours de la dernière décennie. L’équipe a atteint les huitièmes de finale de la Coupe UEFA et a terminé la saison de la Liga en quatrième position, se qualifiant pour la Ligue des champions pour la première fois depuis la saison 1996-1997. Diego Forlán a été couronné avec le trophée Pichichi et a également remporté le Soulier d'Or européen après avoir marqué 32 buts pour l'Atlético cette saison. L'Atlético a vu ce succès national comme une opportunité de renforcer son équipe pour la prochaine saison de la Champions League et remplacent le gardien vétéran Leo Franco par David de Gea. Le 3 février 2009, Javier Aguirre a été démis de ses fonctions de manager après un début de saison difficile, sans victoire en six matches, remplacé par Abel Resino. En dépit des pressions des grands clubs pour vendre les joueurs vedettes Agüero et Forlán, Atlético est resté déterminé à garder ses armes offensives. La saison 2009-2011 de l'Atlético a toutefois mal débuté avec de nombreuses défaites et buts encaissés. Le 21 octobre, l'Atlético a été martelé 4-0 par le club anglais de Chelsea en phase de groupes de la Ligue des champions. Cette défaite sonne le glas d'Abel Resino. Après avoir échoué à signer Michael Laudrup, l'Atlético Madrid a déclaré officiellement que le nouveau manager pour le reste de la saison serait Quique Sánchez Flores. Avec l'arrivée de celuici en octobre 2009, l'Atlético a réussi à remporter l'Europa League,en battant les équipes anglaises de Liverpool en demi-finale et finalement Fulham en finale à la HSH Nordbank Arena à Hambourg le 12 mai 2010 avec deux buts de Diego Forlán.C'était la première fois depuis la Coupe des vainqueurs de coupe 1961-62 que l'Atlético remporte un titre européen. Ils ont également gagné la Super Coupe contre l'Inter. L'Atlético a connu une saison 2010-11 relativement décevante, terminant seulement septième de la Ligue et éliminé en quarts de finale de la Copa del Rey et en phase de groupes de la Ligue Europa. Cela a finalement conduit au départ du manager Sánchez Flores avant la fin de la saison, qui a été remplacé par l’ancien manager de Sevilla Gregorio Manzano, et qui a décroché la dernière place de l’Atlético en Europa League. Manzano lui-même a été remplacé par Diego Simeone en décembre 2011 après de mauvaises prestations en Liga. Avec l'arrivée de Simeone l'Atlético prend une autre dimension. Deuxième victoire en Europa League en trois ans depuis sa création le 9 mai 2012. La saison 2012-2013 a vu le club terminer avec trois trophées en un peu plus d'un an. Le 17 mai 2014, un match nul 1–1 au Camp Nou contre Barcelone a permis à l'Atlético de remporter le titre de la Liga, sa première depuis 1996, et le premier titre depuis 2003 2004 non remporté par Barcelone ou le Real Madrid. Une semaine plus tard, l'Atlético affrontait le Real Madrid lors de sa première finale en Ligue des champions depuis 1974, et la première entre deux équipes de la même ville. Le Real de Jein23 a finalement gagné 4-1. Cette période est marquée par l’explosion de certains joueurs tels que Diego Costa ou Koke, pendant que certains cadres sont au sommet de leur art tels que Gabi, Filipe Luis, Diego Godin, Juanfran, Arda Turan, João Miranda, ou Thibaut Courtois. Malgré le départ de certains de ses meilleurs joueurs (Diego Costa, Thibaut Courtois et Filipe Luis vers Chelsea, Toby Alderweireld vers Southampton...), le club parvient en revanche à conserver la majorité de ses meilleurs joueurs convoités tels que Juanfran, Tiago, ou son grand espoir Koke. Ensuite, l'Atlético réalise un mercato ambitieux, symbole de ses ambitions nouvelles. C'est ainsi qu'en remplacement de son meilleur buteur Diego Costa, le club parvient à faire signer l'international croate Mario Mandžukić en provenance du Bayern Munich. Puis dans la continuité du succès de Thibaut Courtois dans les buts, le club réalise un autre gros coup en signant le grand espoir slovène Jan Oblak en provenance du Benfica Lisbonne. Le club réalise l'un des plus gros coups du mercato estival en signant Antoine Griezmann, international français en provenance de la Real Sociedad. Deuxième finale de ligue des Champions en 2015-2016, à nouveau face à l'ennnemi, et nouvelle cruelle defaite aux tirs au but après un match nul 1 à 1. En 2018, ils ont remporté leur troisième coupe de l'UEFA en battant Marseille 3-0. Ils ont également remporté la Super Coupe de l'UEFA après avoir battu le Real 4-2 la même année.... Annoncé sur le départ avant le Mondial avec son fameux nanar "#SEqueda", le Français a finalement décidé de rester à l'Atlético, un choix salué par son entraîneur Simeone: "Je pense que le club a franchi un cap en parvenant à convaincre Griezmann de rester peu importe la saison qu’il réalisera. Car ça démontre que les joueurs n’ont plus envie de quitter le club. Ça vaut pour l’entraîneur, pour Diego Costa qui voulait y revenir, d’autres joueurs qui souhaitent rejoindre le club… C’est un symbole de la progression du club : on travaille la main dans la main avec des gars qui veulent continuer à écrire l’Histoire. Avant, les favoris étaient toujours des clubs comme le Real Madrid, le Barça, le Bayern Munich, etc. On veut intégrer cette liste. Le club grandit et rend tout cela possible. La présence d’Antoine et le retour de Costa représentent un joli coup pour l’équipe et le club pour notre statut en Europe..." Championnat d'Espagne 1940, 1941, 1950, 1951, 1966, 1970, 1973, 1977, 1996 et 2014 Vice-champion 1944, 1958, 1961, 1963, 1965, 1974, 1985 et 1991 et 2018 Troisième 1942, 1945, 1947, 1948, 1962, 1971, 1976, 1979, 1981, 1983, 1988, 1992, 2013, 2015, 2016, 2017 Ligue des champions de l'UEFA Finaliste 1974, 2014 et 2016 Ligue Europa 2010, 2012 et 2018 Supercoupe de l'UEFA 2010, 2012 et 2018 Coupe intercontinentale 1974 Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1962 Finaliste 1963 et 1986 Coupe d'Espagne 1960, 1961, 1965, 1972, 1976, 1985, 1991, 1992, 1996 et 2013 Finaliste 1921, 1926, 1956, 1964, 1975, 1987, 1999, 2000 et 2010 Supercoupe d'Espagne 1985 et 2014 Finaliste 1991, 1992, 1996 et 2013 Coupe Mohammed-V 1965, 1970, 1980 Coupe Ibérica de fútbol 1991 Copa de Campeones 1940 Coupe Eva Duarte 1951 Finaliste 1950 Coupe Presidente FEF 1947 Leyendas Adelardo Rodríguez 1959–1976 551 apparitions 113 buts Equipes 1960 - 1980 Equipes 2018
  2. twb22

    Six Dreams

    Trois joueurs, deux entraîneurs et un président de club se sont prêtés au jeu de ce projet : Samir Niguez de l'Atletico Madrid, Inaki Williams de l'Athletic Bilbao, Andres Guardado de Real Betis, Amaia Gorostiza le président de SD Eibar, Eduardo Berizzo le coach du Séville FC ainsi que Quiqué Carcel, le directeur sportif de Gérone FC. Andrés arrive pour aider l'ancien grand club du Betis. Saúl s'apprête à percer à l'Atlético. L'Argentin Berizzo apporte sa touche humaine à Séville. La vitesse d'Iñaki profite au club basque de Bilbao. Quique, le directeur sportif, est témoin du triomphe de la nouvelle venue, Gérone. À Eibar, petit club ayant battu des géants, la présidente garde son calme face aux premières déconvenues... Avec Quique Carcel, Amaia Gorostiza, Lionel, Cristiano et Fernando Produit par @Marvolo du Betis Seville
  3. Goal messi vs best Goalkeepers in the world https://www.youtube.com/watch?v=IAM_aIcr9ns
  4. bonjour a tous, je cherche désespérément le match Sévilla vs villareal mais c'est impossible de le trouver je n'y arrive pas. Est ce que quelqu'un connait un lien pour le replay SVP ..? Merci beaucoup
×
×
  • Create New...