Aller au contenu
oldmuche

Vannes OC


Messages recommandés

Je précise, Vannes OC :bien:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Club :

VANNES OLYMPIQUE CLUB

Date de fondation : 1998.

Statut : association loi 1901.

Couleurs : blanc et noir.

Rechange : rouge et blanc.

Siège : 46, rue du Commerce, 56000 - VANNES

Stade : de la Rabine, place Théodore-Decker, 56000 VANNES

Capacité : 6500 places.

Budjet prévisionel : 1, 2 M Euros

Sponsors : Leclerc, Immo-Golfe, Crédit immobilier, Bretagne Atlantique, Orpi, Sovaco Fily.

Equipementier : Adidas

Dirigeants

Président : Michel Loisel 59 ans, chef d'entreprise.

Vice-présidents : Daniel Boraud, Yves Le Meur et Thierry Gabillet.

Staff technique

Entraîneur : Stéphane Le Mignan, 31ans. Entraîneur adjoint : Mickael Malle. Entraineur des gardiens : Christophe Revel.

Mouvements

Arrivées : Bamba (Tours), Coquerel (Tours), Le Roux (Guimgamp), Rjillo (Valenciennes), Potier (Sannois-Saint-Gratien).

Départs : Bécot (Elven), Guillaumin (Brive), Le Breton (Locminé), Le Mat et Moustapha( Vitré).

Effectif :

Gardiens

Le Mentec Jonathan, 23ans

Lucas Frédéric, 30 ans

Revel Cristophe, 26 ans

Défenseurs

Akoul Mouloud, 22ans

Bamba Daouda, 23 ans

Garin Fabrice, 29 ans

Gomba Jean-Sébatien, 25ans

Poder Ronan, 24 ans

Mileux

Auvray Stéphane, 23 ans

Guillouche Yoann, 29 ans

Guyader Edern, 26 ans

Le Roux Christophe, 36 ans

Potier Stéphane, 26 ans

Quéré Laurent, 26 ans

Attaquants

Coquerel Frédéric, 25 ans

Eveno Jean-Marie, 29 ans

Rjillo Cédric, 25 ans

Passé

Palmarès

Championat. Championnat de CFA, groupe D en 2005.

COUPE DE FRANCE.

Meilleur parcours, huitième-finalite en 2001.

Saison dernière

Championnat. 1er du groupe D de CFa (100 pts, 9n, 6 d, 51 b.p. 26 b.c.).

Meilleur buteur : Eveno (21).

COUPE DE FRANCE. Eliminé en 16 es de finale par Auxerre (0-2).

Premier match le 6 - 8 - 2005 Contre Louhans-Cuiseaux à Vannes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Football : Une première cauchemardesque pour Vannes

Le baptême vannetais en National s'est fait dans la douleur. Crispés par l'enjeu et menés trop rapidement pour se libérer, Les Morbihannais ont, tout au long de la partie, confondu vitesse et précipitation, perdant beaucoup trop de ballons. « J'espère qu'on va vite apprendre, car là on a fait preuve de beaucoup trop de naïveté, déplorait l'entraîneur Stéphane Le Mignan.

Et en effet, dans une disposition ambitieuse, avec cinq joueurs à vocation offensive, les Vannetais ont été pris à leur propre jeu. Car, en face, les joueurs de Louhans-Cuiseaux ont joué le contre à merveille, en profitant, il est vrai, des largesses de l'arrière-garde vannetaise.

Piégés comme des débutants, les défenseurs du Voc offraient deux buts à Louhans-Cuiseaux. Mangara, devant un Bamba bien passif, après que Licata ait habilement embarqué Sorin sur le côté droit, ouvrait le score (12'). Puis Bamba, dont ce n'était décidément pas la soirée, cafouillait un ballon et laissait Chaveriat glisser le ballon entre les jambes de Revel (36'). 2-0 à la mi-temps, c'était bien mal embarqué pour des Vannetais qui avaient pourtant monopolisé le ballon, mais de façon totalement stérile.

Mais le pire était encore à venir. Au retour des vestiaires, Licata s'immisçait avec une facilité déconcertante dans le bloc équipe blanc et noir et battait Revel (47'). « Une séquence de jeu terrible, admettait Le Mignan, où notre manque de rigueur saute aux yeux. »

Dos au mur, le Voc, renforcé par les entrées de Guyader et Quéré, retrouvait tout de même un peu de son allant. Eveno sur un penalty arraché par Coquerel, ramenait le score à 3 buts à 1 (60'). Quéré avait même l'occasion de réduire le score sur un centre de Sorin, mais son tir trouvait le poteau (67'). Une débauche d'efforts, en vain.

En bon marionnettiste, Diego Garzitto, l'entraîneur bressan, a su tirer les ficelles d'un succès amplement mérité et de bon augure : « Tactiquement, on a été bien en place. Pourtant, on ne savait pas trop où on allait, avec une équipe jeune et renouvelée. On a attendu les Vannetais et après, on a quelques joueurs qui vont très vite, et savent mettre les ballons au fond. » On pense forcément à Licata, n°10 virevoltant et principal artisan de la victoire des siens. Face à tels joueurs, une chose est sûre : le dur apprentissage du Voc en National ne fait que commencer.

Antoine BESNARD

avec Vincent MIGNOT.

VANNES OC - LOUHANS CUISEAUX : 1-3 (0-2).

Arbitre : M. Guillard. 1800 spectateurs environ.

BUTS. Vannes : Eveno (60'sp). Louhans-Cuiseaux : Mangara (12'), Chaveriat (36'), Licata (47').

AVERTISSEMENT. Louhans-Cuiseaux : Prasitharat (37').

VANNES OC : Revel - Sorin, Akloul, Bamba (Guyader 57'), Poder - Garin - Potier, Le Roux - Coquerel, Potier (Forest 76'), Besnard (Quéré 63') - Eveno.

LOUHANS-CUISEAUX : Coffy - Gharibian, Bessat, Frossard, Bazin - Cherfa, Romao, Licata (Genot 74'), Prasitharat (Brenner 45') - Chaveriat, Mangara (Diallo, 66').

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Football : Des Vannetais valeureux malgré la défaite

Cliquez pour agrandir la photo

Les Vannetais se sont réveillés trop tard avec le but d'Eveno. Les hommes de Christophe Leroux ont néanmoins montré un bien meilleur visage que face à Louhans-Cuiseaux. Gwenaël Mahé

NATIONAL. Le Vannes OC a concédé son second revers en autant de rencontres en s'inclinant à Sannois Saint-Gratien, vendredi soir. Malgré la défaite, les Morbihannais ont montré un visage plus séduisant que contre Louhans-Cuiseaux.Sannois Saint-Gratien3Alo'o Efoulou (16'), Aristouy (41', 59')Vannes OC1 Eveno (83')

Le résultat est rigoureusement identique (défaite 3-1). Le déroulement de la rencontre comparable puisque le Voc s'est encore retrouvé mené 3-0 en début de seconde période avant de sauver l'honneur. Si les effets sont les mêmes, pas question cependant de comparer les deux premières sorties du promu vannetais en National.

Autant la bande à Stéphane Le Mignan est complètement passée au travers lors de l'ouverture du championnat face à Louhans-Cuiseaux, autant elle a fait mieux que de se défendre, vendredi, à Sannois, chez un des candidats à la montée. « Le scénario a été identique, mais on a été beaucoup plus consistant dans le jeu que la semaine dernière, explique Christophe Le Roux. Contrairement au match contre Louhans-Cuiseaux, il y a du positif à retirer de notre déplacement. On est toujours en phase d'apprentissage, mais je crois qu'on est en train de prendre la mesure de ce championnat. Beaucoup de joueurs découvrent le National, et il nous reste juste à régler quelques petits détails qui nous empêchent d'avoir des résultats. À l'issue de la rencontre, j'ai discuté avec quelques joueurs de Sannois, et ils m'ont tous dit qu'on avait une équipe de qualité, qui produisait un bon football. »

Malheureusement pour le Voc, cela n'a pas suffi pour que les Morbihannais parviennent à créer un petit exploit. « On s'est procuré autant d'occasions que Sannois. Mais, à l'arrivée, ils marquent trois buts, et nous un seul, poursuit Christophe Le Roux. Il faut qu'on gagne en efficacité, aussi bien sur le plan défensif que sur le plan offensif. On a pris six buts en deux rencontres, c'est beaucoup trop. »

Après les deux claques reçues contre Louhans-Cuiseaux et à Sannois Saint-Gratien, les Vannetais n'ont pas l'intention de tendre, une nouvelle fois, la joue. Dès mardi, face à Bayonne, Christophe Le Roux espère que le Voc parviendra enfin à débloquer son compteur. « Nous devons gagner contre Bayonne afin d'éviter de douter. Ceci dit, il ne faut pas perdre de vue qu'on est promu, et que ce n'est pas parce qu'on a perdu nos deux premiers matches qu'il faut tout remettre en cause. Le championnat de National n'a rien à voir avec celui que j'ai connu à mes débuts, à Lorient et à Guingamp. Il y a de la qualité, avec dans chaque équipe, beaucoup de joueurs ayant évolué dans des clubs pros. On sait très bien que ce sera une saison difficile, mais on va se battre pour obtenir le maintien. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Football : Vannes débloque son compteur

National : Vannes - Bayonne (0-0)

Après deux défaites, les Vannetais ont marqué, hier soir face à Bayonne leur premier point en National. Plus agressifs, les joueurs de Stéphane Le Mignan ont montré un visage plus séduisant, face à une équipe d'un niveau similaire. De bon augure pour la suite du championnat.

À défaut d'avoir produit un jeu léché et parfait, hier soir, les Vannetais ont fait preuve d'une hargne et d'une combativité qu'ils n'avaient pas montré face à Louhans-Cuiseaux. L'arrière garde morbihannaise semblait néanmoins quelque peu hésitante et toujours un peu friable, à l'image d'un cafouillage qui profitait à Vareilles. Mais l'attaquant bayonnais mettait le ballon juste au-dessus du but de Revel (3'). Le score aurait pu être ouvert de part et d'autre, les deux équipes se neutralisant. Coquerel manquait les deux plus franches occasions vannetaises : deux fois bien servi par Eveno, il buttait sur le portier basque dans un permier temps (8') et voyait son tir rater le cadre dans un second temps (51'). Sorin, de la tête, frôlait le montant du portier basque (25') et Eveno tentait de lober Ruffier qu'il voyait avancé (42'), en vain. Quant aux Basques, le coup de boule de de Sartolou, à la reprise d'un corner de Chakir effleurait la transversale.

Le score restait figé mais les Bayonnais faisaient parler leur puissance athlétique et leur expérience était mise à profit, notamment par Diagouraga et Chakir dans l'entrejeu, afin de gêner les blancs et noirs. La fin du match était échevelée. Da Rocha, bien lancé par Vaz, manquait d'ouvrir le score, mais Revel s'interposait (79'). A 5 minutes de la fin du match Akloul sauvait sur sa ligne une tentative de Lalanne. Puis Diagouraga trouvait la transversale sur un coup franc à l'entrée de la surface de (86'). Côté vannetais, Gomba, d'une tête lobée, forçait Ruffier à s'employer (88') et Akloul, dans la même minute, manquait de faire basculer la rencontre. Le point que voulait tant Le Mignan est enfin là.

VANNES - BAYONNE : 0-0.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un bon point pour vannes

Cannes - Vannes : 1-1. Après Bayonne, Vannes a engrangé son deuxième point à Cannes, après un match sérieux et courageux.

« On va essayer de confirmer notre prestation encourageante de mardi (0-0 face à Bayonne) et surtout parvenir enfin à se libérer », lançait l'entraîneur breton avant le coup d'envoi. Un message reçu cinq sur cinq par ses joueurs qui abordaient la rencontre avec une belle assurance. Pour preuve cette première tentative de Eveno, dont la reprise de volée aurait terminé sa course dans le filet cannois, sans une belle intervention main gauche de Padovani (26e ). De son côté Revel devait également sortir le grand jeu pour dégager des deux poings une frappe puissante de Kadir (35e ). Une parité dans les occasions qui allaient très vite tourner à lpiavantage des Bretons. Les joueurs de Vannois étaient déjà prêts à lever les bras au ciel quand Eveno, bien servi par Garin, se présentait seul devant Padovani. Mais l'attaquant breton croisait un peu trop son tir (36e ). Deux minutes plus tard, Eveno servait un caviar à Domarcolino devant la ligne cannoise, mais sa frappe partait plein ciel (38e ). Deux occasions manquées que les Bretons payaient cash quand Kadir héritait d'un ballon mal renvoyé pour le placer dans la lucarne de Revel qui tentait bien l'impossible pour sauver sa cage mais sans succès (1-0, 38e ). Loin de se décourager, Vannes repartait de l'avant. Une tête de Garin terminait sa course dans les bras du portier azuréen (40e ) et la récompense arrivait juste avant la mi-temps après un dernier corner concédé par la défense cannoise. Frappé par Eveno, le ballon tardait à être dégagé, Domarcolino manquait sa frappe, mais Bamba était idéalement placé pour pousser le ballon derrière la ligne blanche (45e ). Sur leur lancée offensive, les hommes de Le Mignan se montraient encore les plus dangereux, notamment sur une belle tête de Garin claquée au-dessus de sa transversale par Padovani (53e ) puis encore plus franchement quand après un beau contrôle orienté suivi d'une frappe en pivot de Eveno, le poteau gauche suppléait le gardien cannois (55e ). Les Cannois enfilaient alors le bleu de chauffe, provoquant de nombreuses fautes bretonnes jusqupià l'expulsion de Bamba (72e ). Partis à l'assaut des buts adverses, ils se heurtaient souvent à une défense bien regroupée devant Revel. Les Bretons commençaient à croire au partage des points bien mérité et ils auraient même pu prendre un peu plus si Padovani npiavait pas joué les pompiers de service sur une dernière frappe de Gomba (90+2).

CANNES - VANNES : 1-1 (1-1).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un nul au goût de défaite pour Vannes

National. Vannes - Cherbourg : 1-1. Rejoignant la pause sur le score d'1 à 0 en leur faveur et en supériorité numérique, les Vannetais n'ont pas fait fructifier leur avantage, concédant le nul face à des Cherbourgeois beaucoup plus costauds mentalement.

Une fois de plus Vannes a été victime de sa propre défense. « On essaie de comprendre, mais on a été avant tout défaillant dans la zone défensive » explique, amer, l'entraîneur vannetais, Stéphane Le Mignan. Pourtant, bien que malmenés dans le jeu, tout avait souri aux Vannetais. Do Marcolino reprenait victorieusement, de la tête un centre de Le Roux (26'), puis aidés par les Cherbourgeois, les Morbihannais se voyaient offrir une seconde période en supériorité numérique, suite à un second carton jaune récolté par Gambillon (44'). « Même si on a eu un scénario qui était favorable, on n'a pas su en profiter. On a fait une partie qui n'était pas bonne dans l'ensemble » souligne Stéphane Le Mignan

Dans ce contexte-là, difficile de voir la victoire échappée aux hommes de Stéphane Le Mignan. Mais le Vannes OC, pris à la gorge par Cherbourg, se voyait rejoindre au score à l'heure de jeu par Miranda, qui bonifiait un centre de Haguy (59'). Pour une fois réalistes, mais trop justes dans tous les secteurs du jeu, et notamment en défense, les Vannetais n'ont pas été capables de conserver leur avantage, ce qui a eu le don d'agacer Stéphane Le Mignan : « c'est inadmissible de ne pas réussir à conserver ce qu'on avait acquis à la mi-temps. Il y a des joueurs qui pensent défendre d'une certaine manière, et ça passait peut-être en CFA, mais en National ça n'est pas suffisant. »

La victoire fuit donc les Vannetais, qui restent sur trois matches nuls consécutifs. « C'est peut-être un moindre mal parce qu'on a fait une prestation qui ne méritait pas tellement mieux. Et ça aurait pu être pire » concède Stéphane Le Mignan. Des propos confirmés par l'entraîneur normand, Hervé Renard : « Je ne crois pas que l'on soit très heureux non plus, car à 10 contre 11 on a failli gagner le match. On va chercher un point avec les tripes et au mental, ça fait du bien. On a trouvé des ressources, et ça peut-être un déclic. » L'avenir des Vannetais passe désormais par une remise en cause de chacun.

VANNES - CHERBOURG : 1-1 (1-0).

Arbitre : M. Grelier. 1800 spectateurs environ.

BUTS. Vannes : Do Marcolino (26'). Cherbourg : Miranda (59').

AVERTISSEMENT. Cherbourg : Gambillon (36').

EXPULSIONS. Cherbourg : Gambillon (44'), N'Diaye (92').

VANNES : Revel - Sorin, Akloul, Garin, Poder - Gomba (Quéré, 78'), Le Roux, Potier, Guyader (F. Besnard, 83') - Eveno, Do Marcolino (Forest, 77').

CHERBOURG : Deneuve - Perrigault, Castets, N'Diaye, Boche - Gambillon, Tanguy, Binet (Lopez Peralta, 52'), Haguy - Miranda (Ouattara, 68'), Moukouri (Hérauville, 83').

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un premier succès bon pour le moral

Vannes OC - Nîmes : 2-1.

Les Vannetais ont copieusement dominé la première période. Il a pourtant fallu attendre les arrêts de jeu pour les voir remporter leur première victoire.

Le Vannes OC tient enfin son premier succès. Un succès d'autant plus savoureux qu'il a été arraché dans les ultimes secondes contre Nîmes, l'une des grosses cylindrées de ce championnat. « Gagner dans ces circonstances, c'est toujours bon pour le moral, concédait ainsi Stéphane Le Mignan dans les vestiaires. C'est un soulagement. Car en fin de rencontre, sur deux-trois situations, notamment sur coups de pied arrêtés, je pensais que si le match devait basculer, ce serait plutôt en faveur de l'adversaire. »

Cette victoire « heureuse » n'est cependant pas imméritée. La dernière demi-heure a beau avoir été crispante pour les Vannetais, leur entraîneur avouait « qu'il y aurait eu beaucoup de déception si on avait concédé un nouveau nul ». Ses joueurs auraient pu, en effet, plier le match avant la pause. Même s'il ne faut pas oublier que les Nîmois ont rapidement été réduits à dix, le Voc a offert un véritable festival offensif au cours de la première période grâce à son triptyque d'attaquants Rjillo-Forest-Eveno. Forest relégué sur le banc depuis le début de la saison, Rjillo n'ayant pas encore disputé un match et Eveno touché à la cheville, cette configuration inédite était d'ailleurs une surprise. « On avait bien observé Nîmes, on savait que sur les côtés, ils n'étaient pas forcément très à l'aise, expliquait en fait Le Mignan. Il fallait donc mettre de la percussion. On a pris le risque de les aligner tous les trois même si on savait que physiquement, ils risquaient d'être un peu courts. »

Le chantier de la défense

En misant tout sur la première mi-temps, le technicien vannetais n'a pas été loin de réussir son pari. « Il aurait fallu qu'on mène 2-0 pour être plus tranquille. On a eu les opportunités, mais on n'a pas marqué. Au lieu de cela, on a laissé beaucoup de gomme. À l'avenir, il faudra être plus efficace pour éviter d'avoir à défendre juste un but. » Car le manque de réussite puis la baisse de régime des attaquants après la pause n'ont pas été sans conséquence pour la défense. Vendredi soir, les Vannetais ont été beaucoup avertis. Garin sera ainsi suspendu pour le match à Pau, tandis que Poder, Bamba, Akloul et Poder sont eux sous la menace d'une suspension au prochain avertissement. « On a un effectif réduit, on est dans le bas de tableau, on est donc un peu limite dans nos interventions. Ceci explique pourquoi on prend pas mal de cartons », termine Le Mignan qui attend avec impatience l'arrivée d'un nouveau défenseur.

Gérard GOURMELON.

VANNES - NIMES : 2-1 (1-0).

Arbitre : M. Grelot. 2 050 spectateurs.

BUTS. Vannes : Forest (20'), Le Roux (90'+3). Nîmes : Chavas (58').

AVERTISSEMENTS. Vannes : Garin (24'), Eveno (71'), Bamba (77'), Gomba (89'). Nîmes : Beyrac (9').

EXPULSIONS. Nîmes : Faivre (14'), Petitjean (90+3').

VANNES : Revel - Sorin, Garin, Bamba, Poder - Potier, Le Roux, Besnard (Guyader 74') - Rjillo (Gomba 64'), Forest, Eveno. Entr. : S. Le Mignan.

NÎMES : Duchesne - Liron (Benhamou 46'), Kandé, Dussart, Rabuel - Canalès, Beyrac (Oliveras 64'), Faivre, Petitjean - Siankam (Chavas 16'), Di Tommaso. Entr. : R. Brouard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Football : Les Vannetais signent l'exploit

National : Toulon - Vannes (1-2)

Ils l'ont fait ! En marquant en première période, puis en contrôlant avec courage en seconde, les Vannetais ont infligé au Sporting Toulon sa première défaite à domicile depuis près de trois ans et se replacent au classement du National

Pas évident de jouer à Bon rencontre, sous les invectives et les sifflets du fervent public varois. D'entrée, les joueurs vannetais, un peu décontenancés par cet accueil passablement hostile, laissaient partir Lemoigne au but (2'). Son centre, trop haut, ne trouvait pas preneur. Difficile entrée en matière, et pourtant... Sur la première offensive des joueurs de Stéphane Le Mignan, Rjillo trouvait Forest à la limite du hors-jeu. La remise de la tête de l'avant-centre parvenait à Sorin, qui avait suivi l'action et trompait habilement Pansier (0-1, 8'). Dans la foulée de l'ouverture du score, Besnard, Rjillo et Eveno donnaient encore le tournis à la défense toulonnaise, en difficulté face au jeu de mouvement morbihannais (11', 17'). Sans réussite toutefois...

Dommage que la défense vannetaise n'affiche pas encore la même maîtrise que son avant-garde. Après quelques minutes de pression toulonnaise dans les trente mètres, elle montrait d'inquiétants signes d'effritement, sous les coups de boutoir d'un excellent Lemoigne. Et cédait dans la foulée : Fall s'infiltrait et centrait pied gauche sur Bilici, qui ne ratait pas l'aubaine (1-1, 21'). Galvanisé par son public, Toulon faisait payer au Voc son ouverture du score rapide.

Mais il ne perdait pas pour autant son allant offensif. Eveno, en chasseur de buts, traînait aux abords de la surface et anticipait parfaitement la passe en retrait de Zemzeni. Un petit dribble et le tour était joué : le buteur breton doublait la mise et mettait son équipe sur la voie de l'exploit (1-2, 23').

Il s'agissait maintenant de tenir. Stéphane Le Mignan prenait une nette option défensive en sortant Potier, à deux doigts du carton rouge après une énième faute sur Lemoigne, et Rjilllo, pour lancer Guillouche et Gomba. Et cela fonctionnait plutôt bien, face à des Toulonnais brouillons. La seconde période perdait du coup en intérêt. Et les Vannetais, contrairement à leurs précédentes sorties, parvenaient à tenir jusqu'au bout pour signer d'une victoire leur prestation la plus convaincante depuis le début de saison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Vannetais bousculent la hiérarchie

Vannes - Angers : 1-0.

Après avoir subi, avec un certain talent, le jeu bien huilé du Sco, Vannes a profité de sa supériorité numérique, et d'un petit supplément d'âme, pour donner le coup de grâce aux professionnels angevins.

Au bout d'un marathon de huit matches en un peu plus d'un mois, le National prend un tour de plus en plus inattendu. Beaucoup annonçaient un championnat à deux vitesses, avec six modestes promus d'un côté et à peu près autant de candidats à l'accession en Ligue 2 de l'autre. Mais le terrain offre en ce moment une réalité beaucoup plus contrastée. La victoire de Vannes face à Angers en est l'illustration. Et si l'entraîneur du Sco, Stéphane Paille, n'a voulu y voir qu'« un petit match de National, où les défenses ont pris le dessus », l'opposition de style, et son indécision, a tout de même valu aux spectateurs présents, Angevins inclus, quelques jolis frissons.

Le plus renversant, côté vannetais, restera bien sûr celui provoqué par le but de Fabrice Do Marcolino. Contraint de rentrer au Gabon, suite à des deuils familiaux, et absent lors des deux récentes victoires vannetaises, l'avant-centre a débuté sur le banc, avant de remplir à merveille son rôle de joker dans les vingt dernières minutes : « Je rate pourtant une grosse occasion (un face à face manqué avec Cappone, excellent sur ce coup, à la 85e minute, NDLR). Vu le temps qu'il restait, je me suis dit que j'avais raté le coche. Dieu merci, sur le corner qui suit, une autre opportunité s'est présentée, et cette fois, je ne l'ai pas manquée. »

Au grand soulagement de Stéphane Le Mignan, qui reconnaissait après coup avoir eu des doutes sur la capacité de ses joueurs à faire la décision : « Dans l'ensemble, les Angevins ont eu une meilleure maîtrise. Et le 0-0, avant l'expulsion de Cygan, n'aurait pas été un mauvais résultat pour nous. »

Nous y voilà... Car évidemment, la sortie du patron de la défense angevine, au moment même où le Sco commençait à donner des signes d'essoufflement, a lourdement changé la donne de ce match, et provoqué l'amertume de Stéphane Paille : « On ne pouvait sans doute pas faire mieux. Mais la moindre des choses aurait été de se serrer les coudes pour ramener au moins un point, vu les circonstances défavorables. Sur le but vannetais, nous avons été laxistes. » Alors que dans le même temps, et dans un style parfois peu académique, les Vannetais tenaient bon et comblaient de joie leur entraîneur : « C'est bien de savoir qu'on peut gagner sans encaisser de but. C'est la preuve des progrès de notre organisation défensive, où tout le monde s'est mis au service du collectif. »

Une vertu qui est loin d'être étrangère au Sco, dont la belle machinerie devrait lui permettre de reprendre les devants lorsqu'elle parviendra à s'extraire de ses stéréotypes. En attendant, les Vannetais ont profité de l'aubaine et avancent sereinement sur la voie du maintien.

Vincent MIGNOT.

VANNES - ANGERS : 1-0 (0-0).

Arbitre : M. Viléo. 3 200 spectateurs.

BUT. Vannes : Do Marcolino (86').

AVERTISSEMENTS. Vannes : Besnard (66'), Sorin (93'). Angers : Théreau (45'), Clavier (58'), Stassin (66').

EXPULSION. Angers : Cygan (76').

VANNES : Revel - Sorin, Akloul, Garin (cap.), Poder (Guyader 29')- Rjillo (Gomba 86'), C. Le Roux, Potier, F. Besnard - Eveno, Forest (Do Marcolino 71'). Entr. : Stéphane Le Mignan.

ANGERS : Cappone - Weis (Clavier 24'), Cygan, Sonnerat - Kipré, Obbadi, Stassin (cap.), Djellabi - Vaugeois (Assous 78'), Rangdet (Inkango 62'), Théreau. Entr. : Stéphane Paille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et de 4 ! Les Vannetais confirment

Pau FC - Vannes 0-2. Vannes a démontré hier soir en Béarn que sa position au classement n'était pas usurpée. En effet, ils se sont imposés logiquement à pau empochant leur 4e succès.

La maitrise technique vannetaise sur la rencontre laisse augurer d'un avenir très prometteur. C'est une formation paloise relativement mal à l'aise, en retard sur son tableau de marche, que Vannes venait affronter hier soir en Béarn. Premier non relégable les hommes de Marc Lévy voulaient à tout prix se faire pardonner aux yeux de leurs supporters un début de saison plutôt médiocre. Un premier quart d'heure relativement calme. Un véritable round d'observation, puis Christophe Revel doit s'employer face à Darchy l'avant-centre palois. La réaction bretonne ne se fait pas attendre sur la contre-attaque qui suit la vitesse et les dribbles de Fabrice Do Marcolino désarçonne l'axe central palois, un peu novice sur le coup. Do Marcolino légèrement bousculé dans la surface tombe, et le pénalty est discutable. Jean-Marie Eveno en profite pour tromper imparablement le portier paloi et ouvrir le score. Décidément intenable Fabrice Do Marcolino profite d'une nouvelle hésitation de la défense paloise pour placer une tête qui vient flirter avec le cadre. En contre, Vannes s'avère beaucoup plus incisif à l'image de ce centre en retrait de Cédric Rgillo qui trouve Stéphane Potier dont la reprise de volée est détournée du bout du pied par le gardien palois. Au fil des minutes, inexorablement, Vannes prend l'ascendant grâce à une circulation de balle plus prompte, plus lèchée. Une tête de Darchy à l'ultime seconde de la première période fait passer le frisson dans les rangs bretons.

À la reprise, Christophe Le Roux distillait un coup de pied dont il a le secret qui obligeait le portier local à détourner in-extremis au-dessus de sa transversale. Plus techniques, le milieu de terrain Vanier dominait son homologue qui éprouvait de réelles difficultés à créer. Christophe Revel se mettait au diapason de ses coéquipiers en stoppant un coup-franc situé à l'entrée de la surface. Tout allait pour le mieux pour le 11 de Stéphane Lemignan. Poussé par leur public, les Palois s'enhardissaient certes quelque peu mais leurs velleïtés offensives étaient rapidement étouffées par la défense bretonne. Suite à une mauvaise relance béarnaise dans l'axe, Florent Besnard héritait du ballon, distillait un caviar pour J-M. Eveno qui voyait son tir repoussé une première fois par le gardien palois. Mais opportuniste à souhait, il le reprenait dans la foulée pour le glisser les buts vides. Entré en jeu, Thomas Forest était à deux doigts du 3-0. Une illustration du réalisme et de l'emprise bretonne hier soir à Pau.

Jacques Barouillet.

PAU - VANNES : 0-2 (0-1).

Arbitres M. Guillaro assisté de MM. Macoin et Bompart. 1 100 spectateurs.

BUTS : Eveno (18' sur pen, 76')

AVERTISSEMENTS. Pau : Vigier, Niang, Millereau. Vannes : Besnard et Akloud.

PAU FC : Griffoulière, Gardan, Niang (cap.), Bikoyï, Bernardé puis Costa (64'), N'Zif, Delaneuville, Mida puis Lacomm (18), Darchi puis Millereau (61'), Vigier, Labarbe. Ent. : Marc Levy.

VANNES : Revel, Sorin, Poder, Akloud, Le Roux (cap.), Eveno, Potier, Bamba, Demarcolino puis Forest (68'), Rjillo puis Gomba (70'), Besnard puis Guyader (81'). Ent. : Stéphane Lemignan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On n'arrête plus le promu vannetais

Vannes - Romorantin : 1-0. Malgré une première mi-temps ratée, les Vannetais ont ajouté une cinquième victoire consécutive à leur exceptionnelle moisson du moment.

39 minutes pour survivre à l'ennui. Ça aurait pu être le titre du dernier film d'action hollywoodien à la mode, ce fut plus simplement le défi offert aux spectateurs présents hier au Stade de la Rabine. 39 longues minutes, au cours desquelles les footballeurs vannetais bafouillèrent leur football, résumé à une succession d'approximations techniques.

En dehors d'une défense concentrée sur son sujet, seul Cédric Rjillo surnageait face à de pâles Romorantinais. Son ouverture inspirée trouvait Gomba à droite, qui débordait avec détermination. Le centre du latéral vannetais ratait de peu sa cible, la tête de Do Marcolino, mais parvenait à Eveno. Une hésitation coupable, entre tir et remise, faisait capoter la seule occasion vannetaise (16') avant... cette fameuse 39e minute. Car là, ce match timide sortait enfin de sa réserve. Le Roux, lancé par Do Marcolino, trouvait Eveno à gauche. Son centre, légèrement dévié, flirtait avec la transversale d'Ardeois (39'). Le goléador vannetais remettait ça à la 45e minute, mais Bamba ne trouvait pas le cadre.

Sont-ce les vertus du fameux recadrage à la mi-temps ? Toujours est-il qu'au retour des vestiaires, Le Voc se lançait enfin dans la bataille, multipliant les occasions grâce à Eveno (52', 58') ou Do Marcolino (54', 57')... mais laissant aussi des espaces derrière. Fabien en profitait pour s'affranchir du marquage de Garin et servir Perovic, esseulé au point de penalty. L'interception de Gomba était de bon aloi (65').

A deux doigts du hold-up parfait, les Romorantinais craquaient. Et Jean-Marie Eveno ne tardait pas à en profiter. Parfaitement placé, il reprenait au second poteau un long centre à ras de terre de Cédric Rjillo, qui venait de gagner définitivement ses galons d'homme du match (71'). L'expulsion de leur capitaine Xavier Dudois (84') achevait de terrasser les Romorantinais, les laissant à mille lieux de l'exceptionnelle réussite de Vannetais désormais bien installés dans le haut de tableau du National.

VANNES - ROMORANTIN : 1-0 (0-0).

Arbitre : M. Tavelet. 3 300 spectateurs.

BUT. Vannes : Eveno (71').

AVERTISSEMENTS. Romorantin : Dudoit (43'), Graechen (64'), Vilatte (68'). Vannes : Le Roux (41'), Garin (42').

EXPULSION. Romorantin : Dudoit (84', 2nd carton jaune).

VANNES : Revel - Gomba, Garin (cap.), Bamba, Poder - Rjillo (Auvray 88'), Potier, C. Le Roux, Besnard - Do Marcolino (Forest 85'), Eveno. Entraîneur : Stéphane Le Mignan.

ROMORANTIN : Ardeois - Ravaux, Baudoin, Durpes, Da Cunha - Graechen (Llorente 72'), Villatte (Saboureau 83'), Begovic, Dudoit (cap.) - Fabien, Perovic (Mocka 80'). Entraîneur : Ludovic Lidon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×