Aller au contenu
SonnyGol

Ariel Arnaldo Ortega


Messages recommandés

arg.jpg

Nom : Ortega
Prénom : Ariel Arnaldo
Surnom : El Burrito (le petit Âne) // Orteguita
Date de Naissance : 4 Mars 1974
Lieu de Naissance : Libertador General San Martin, Jujuy (Argentina)
Nationalité : Argentin
Taille : 1m70
Position : Milieu Offensif, Attaquant/Ailier
Pied Fort : Droit
Club Actuel : Club Atletico River Plate

Parcours :
1991-1997 : CA River Plate (Argentine)
1997-1998 : Valencia CF (Espagne)
1998-1999 : Sampdoria (Italie)
1999-2000 : Parma AC (Italie)
2000-2002 : CA River Plate (Argentine)
2002-2003 : Fenerbahçe (Turquie)
2004-2006 : Newell's Old Boys (Argentine)
2006-???? : CA River Plate (Argentine)

Equipe Nationale :
1ere Selection Internationale : 15/12/1993, Argentine-Allemagne 2-1, Miami (USA)
Bilan : 85 sélections, 17 buts


<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Le lancement : Club Atletico River Plate</span>

Copia_de_Ortega2.JPG

Une feinte de corps par ici, un dribble par là, un autre plus loin, freiner le ballon, une course le long de la ligne de touche, une passe décisive pour qu'un coéquipier célèbre son but ou une phase magique pour qu'il célèbre le sien...Comment faire pour le marquer ? Chaque défenseur à son marcage s'est cassé la tête sur cette question. Et la réponse n'a pas été trouvée, c'est clair ! Ils le taclent, ils le taclent plus encore, mais peu importe il continue d'y aller : il se relève, il resserre les cordelettes de son short et repart pour sa marche inarretable. On le prend à plusieurs, on lui réduit les espaces, on tente d'anticiper ses mouvements, mais rien y fait : l'habileté est plus rapide que la force brute et Ariel continue son petit chemin. Les défenses l'attendent en zone, le prennent en individuelle, s'y mettent à plusieurs...Impossible d'inhiber ce talent. Toujours ce "jujeño" déséquilibrera les adversaires. Toujours triomphera son charme captif vêtu d'une tenue de footballeur. Toujours destabilisera cet amoureux inconditionnel du ballon rond. Toujours gagnera el Burrito. Toujours...

Ariel_Ortega_15.JPG

Ortega apparaît pour la première fois en Primera en 1991, plus exactement le 14 décembre, sous les ordres del Kaiser Daniel Passarella qui jouera un grand rôle pour lui. C'était lors d'un match contre Platense, qu'il commença à regarder à partir du banc de touche et auquel il devint un protagoniste lorsqu'il entra dans les 5 dernières minutes. Quelques dribbles ont servi à amener une sentence, qui plus tard, assez vite, aura confirmation : ce joueur n'est pas un joueur de plus dans l'effectif, ce n'est pas un joueur parmi tant d'autres.

Il est arrivé chez les seniors de River pour donner au supporter ce que le supporter vient chercher au stade chaque dimanche : la joie. Personne ne peut arracher un sourire au fier habitant de la tribune comme Ariel. Personne d'autres que lui ne peut faire éprouver du plaisir jusqu'à l'extase à celui qui se tasse dans la popular ou bien celui qui ne peut rester assis parceque ses actions le font bondir comme s'il y avait des ressorts sur son siège.

5 minutes ont suffit, dans ce match contre Platense, pour ouvrir peu à peu la porte de la joie...

*flashback*

Libertador General San Martin, quartier de Ledesma, Jujuy, situé à plus de 1.600 km de Buenos Aires...Le 4 Mars 1974, la famille Ortega, formée déjà de José Antonio et de Mirta ainsi que de leurs filles Mónica et Analía, accueille en son sein le petit dernier. Ils l'appellent Ariel Arnaldo. L'histoire du meilleur joueur argentin des années 1990 débute.
"Mon vieux travaillait al Ingenio Ledesma et grâce à son travail il a réussit à noud donner de quoi manger à tous, nous faire étudier mes soeurs et moi. Nous n'avions rien en trop, on vivait avec le minimum, mais nous avons jamais souffert de la faim." Une enfance sans luxes mais avec dignité, toujours avec la tête levée. Il fréquentait l'Ecole Colonel Manuel Dorrego n°112, mais "je n'aimais pas étudier, en vérité, c'était un désastre complet". Il rigole lorsqu'il se remémore ses souvenirs de salles de classe et de livres. Il arriva à sa première année du secondaire mais son truc à lui, c'était le ballon, toujours le ballon. Il revenait du collège, déposait son cartable dans un coin et jouait aux abords du petit terrain du Belgrano, juste en face de la maison familiale. Et il n'arrêtait pas jusqu'à la tombée de la nuit. Il y apprendra à frapper la balle, dribbler et fêter ses premiers buts. A 13 ans, il jouait au Club Atletico Ledesma. On l'entrevoit dans des luttes, des disputes et très souvent dans de durs tournois de quartier souvent contre des adversaires beaucoup plus vieux que lui. Il se rendit plus fort pour résister aux tacles et plus habiles effacer les adversaires du mieux possible.Deux ans plus tard, il était déjà en Première Division. De son père il hérita le surnom, lui qui était surnommé Burro dans les années 70 lorsqu'il jouait à Ledesma car il taclait très fort et tirer tout les coups francs exceptés aux abords de la surface adverse.
Dans le champ de mire d'Orteguita se profila très rapidement Nuñez. Et bien entendu, River. C'était déjà un supporter de la banda et bien qu'il n'en soit pas un fanatique, il écoutait tous leur matchs à la radio. Lorsque Roberto Gonzalo (ex joueur de Gimnasia y Esgrima La Plata entre autres) reconverti en Directeur Technique demandé à José Antonio qu'il puisse emmener son fils faire des essais à River, ses yeux de gamins se sont illuminés. Le rêve allait devenir réalité courant décembre 1990, lorsqu'il passa les tests sous le regard de Delem, responsable des jeunes et anciens grand joueur brésilien de River. Le résultat est positif. "Reviens en Février". Ortega est riverplatense.
Avec une poignée de matchs en 6e division et encore moins avec la réserve, Passarella l'appelle pour s'entraîner avec l'équipe première. Et un an exactement après son test de selection, il débutait chez les grands. Ariel ne pouvait le croire, il partageait l'affiche avec les joueurs qu'il suivait il y a peu à la radio. Le rêve de sa vie est accompli : jouer en équipe première de River.

*/flashback*

Son ascension est vertigineuse. Très vite il gagna une place de titulaire dans l'équipe de Passarella. Il fête son premier titre lors de l'Apertura 1991 (puis ensuite les Apertura 1993, 1994, 1996 et la Copa Libertadores 1996). El Burrito est devenu un des emblèmes du club. Il ignore les critiques de ses détracteurs (comment un tel joueur peut-il être critiqué...), on dit qu'il fait toujours un dribble de trop, que ce qu'il sait faire de mieux est d'envoyer des ballons n'importe où, qu'il ne sait pas marquer...Et il les rejette grâce à des buts, rabaissant chacun de arguments inconsistants grâce à son football incomparable, à ses courses fantastiques, à ses actions de meneur avec copyright Ortega (celles qu'on ne voit pas dans des manuels), à ses buts spectaculaires...Il reçoit sans pleurer les coups de ceux qui viennent sur la pelouse pour le "chasser" et leur répond par un autre dribble, un autre petit pont, un autre sombrero. Jouer au football le divertit et il divertit par la même occasion les siens et les étrangers, paradoxalement au fur et à mesure que ses adversaires en souffrent.

Le Vendredi 29 Février 1997, avec la bande rouge sur le coeur, se sépara de ses amis, du Monumental. Les millions du football espagnol l'ont amené à Valencia. Durant ses premières années à River, il jouera 132 matchs et marquera 30 buts.

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Tour d'Europe : Valencia CF, UC Sampdoria, Parma AC</span>

Ariel quitte le pays et River pour la première fois de sa carrière. Direction l'Espagne. Là-bas, il vécu 1 saison et demi moyenne. 32 pour 9 buts. Cependant il marca face au Barça un des plus beaux buts de l'année 1997 laissant donc son emprunte à tout jamais dans la Liga :ured_bandana: . En 1998, le courant ne passe décidément plus entre lui et Claudio Ranieri l'entraîneur de l'époque. Le petit argentin est donc transféré en Italie, à la Sampdoria de Gênes pour 12M? environ.

ortega1.jpg

Tout ne se passe pas comme prévu et son séjour est un échec malgré ses 8 buts en 27 apparitions. Il est donc cédé au Parma AC la saison suivante. C'est l'année de la consécration pour le club qui remporte l'UEFA mais Ortega n'a participé qu'au début de saison jouant 18 matchs pour 3 buts. Dans sa tête, il n'y a jamais eu énormément de place pour ces autres clubs...Toujours son pays et River...

0110_ortega_468_cedoc.jpg_393685219.jpg

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Retour aux Sources : River</span>

RIVER_BOCA_ORTEGA_TRAVERSO_375.jpg

Mardi 8 Août 2000...River a fait le premier pas pour rapatrier à l'un de ses enfants prodiges. Le jeudi 17, le président David Pintazo publie l'annonce officielle, la plus attendue : l'accord avec Ortega a été concrétisé et son retour est programmé. Le dimanche 17, dans une soirée froide et pluvieuse, Ortega remis les pieds sur la pelouse du Monumental avec son maillot adoré sur lui, l'émotion collective fut secouée. "Orteeeeeeega, Orteeeeeeeega" revenait dans les travées du stade pour animer l'ambiance. Et Ariel, avec ses nouveaux associés Aimar, Saviola et Angel remercia tout cet amour par un festival de dribble et de technique. Les défenseurs de l'adversaire du soir, Rosario Central, n'ont jamais su comment l'arrêter. River gagna 4-1 et el Burrito a été impliqué dans les 4 buts et fut l'homme du match parmi une équipe de grands joueurs. Même le soleil s'est joint à la fête lorsqu'Ortega, dans le rond central, contrôla magistralement du cou-de-pied gauche un long dégagement de Roberto Bonano. Tout un symbole, el jujeño, avec son football, illuminait le terrain.
La suite n'est que du plaisir pour Ariel qui a retrouvé son chez lui et qui forme avec Aimar-Saviola-Angel le quatuor terrible, des Trois Mousquetaires, l'arrivée d'Ariel tel un D'Artagnan a changé le nom en Les 4 Fantastiques. Les défenses adverses en ont souffert beaucoup jusqu'à ce que peu à peu le quatuor s'effrite avec les transferts, dont celui d'Ortega vers la Turquie. Ce deuxième passage a été gratifié de 55 apparitions del Burrito pour 24 buts.

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Une Nouvelle Expérience : Fenerbahçe</span>

316432.jpeg

Nouvelle expérience ? Oui l'expérience tragique du "je-ne-peux-plus-pratiquer-mon-métier". Ariel débute et marque 4 buts en 12 matchs. Puis survint l'évènement qui basculera son passage en Turquie. Ayant du mal à s'adapter et surtout ressentant un cruel mal du pays et de River, il quitte la Turquie sans prévenir du jour au lendemain et s'installe en Argentine, son contrat avec le Fener courrant encore. Le club turc saisit la FIFA qui rend son jugement : Ariel Ortega n'a plus le droit de joueur au football professionnel pendant 1 an et demi ! Dur à avaler pour celui qui déclarait y a quelques mois "Le football, c'est ma vie, si on m'enlève ça, je ne suis plus rien." Il tente le maximum pour changer la sanction, demandant même la possibilité de jouer gratuitement pour River. La FIFA ne changera pas de décision et Ariel doit donc sombrer calmement...

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Rejouer au foot ? Newell's Old Boys</span>

foto_ovacion_m_67160.jpg

La suspension touche à sa fin et Ariel pourra enfin "revivre". La résurrection, c'est un de ses anciens entraîneur à River qui lui apporte. El tolo Gallega l'appelle et lui demande d'intégrer l'équipe qu'il entraîne actuellement, los leprosos de Newell's Old Boys. Là-bas, il jouera 26 matchs, marcant 5 buts mais délivrant un très grand nombre de caviars pour ses partenaires dont Fernando Belluschi. Cette équipe s'éleva jusqu'au titre de champion. Ariel revit et fait revivre sous la houlette d'Amerigo Gallego l'équipe de Rosario. A la moitié de l'année 2006, River est à la lutte pour recruter Fernando Belluschi avec Boca Juniors. River rêve de ce gros coup et tente par la même occasion le pack Belluschi-Ortega. Faire revenir el idolo à River a finalement pu être réalisé mais son arrivée a suscité des interrogations : Est-ce une bonne chose de faire venir un homme à problème ? Pour River, la question ne s'est pas posée, surtout pour Passarella qui est un peu comme le second père d'Ariel.

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Ultime Come Back ? River, Jamais 2 sans 3</span>

dtapa2.jpg

Son arrivée à River était très attendue mais c'est sur le banc qu'il commence, observant le duo Farías-Higuaín face à Lanús. Il fera quand même son entrée, Passarella souhaitant le préserver. Deux matchs plus tard, il ouvrait son compteur but face à Racing de la tête (rare :ninja: ). Malheureusement la défaite est là. Deux matchs après il remet ça sur penalty contre Arsenal de Sarandi. On croit à une bonne saison del Burrito. Malheureusement, il commence à arriver en retard à des entraînements et à en sécher. Passarella est intransigeant, il se retrouve écarté du groupe et s'entraîne avec la réserve ou bien à l'écart. Son cas s'aggrave et un jour il admet à Passarella son problème : l'alcool. Dans cette discussion aux allures de discussion Père-Fils, el Kaiser fera en sorte qu'Ariel s'en remette suite à des traitements de spécialistes. Il revient lors du match contre San Lorenzo...Et réalise un but magnifique digne des Ortega des grands soirs, malheureusement c'est la rechute...

f007gh02.jpg

captura.jpg

Durant les fêtes de Noël, tandis que d'autres étaient en famille, lui s'est reculé avec un préparateur du club et s'est entraîné sans relâche pour retrouver son niveau et revenir dans le 11 type de River, car le foot est sa vie ! A la reprise, il réalise les meilleurs résultats au test de Cooper à l'entraînement et réalise un très grand match de préparation contre Racing, marquant un but au passage.

ortega.jpg

Seulement, le lendemain, c'est la rechute, il passe dans des bars et après avoir retoucher à l'alcool, il a fallu revoir des spécialistes et suivre un traitement plus approfondi. Ariel n'a toujours pas fait son retour mais Daniel Passarella lui fait grande confiance et l'a inscrit quand même sur les listes des joueurs qualifiés pour la Libertadores 2007.

<span style='font-size:21pt;line-height:100%'>Et l'Albiceleste dans tout ça ?</span>

2886705178.jpg

On se souviendra d'Ariel qu'il a pris la succession de Diego Maradona lors de la Coupe du Monde 1994, partageant même sa chambre avec lui. A à peine 20 ans, le monde découvrait sa technique balle au pied. Seulement en 1998 il alterna le bon et le moins bon. Le meilleur, c'est ce doublé face à la Jamaïque avec en prime une balle piquée secret de fabrique Ortega. Le pire, c'est le coup de tête donné à van der Sar en Quart de Finale contre les Pays-Bas. On joue la fin du match et suite à une provocation de l'hollandais qui reprochait à Ortega d'avoir simuler pour obtenir un penalty, c'est le pétage de plomb. Dans la foulée, Bergkamp assassinera l'Argentine d'un superbe but. 2002 n'est qu'anecdotique tant le navire argentin fut à la dérive.

f006fh02.jpg

Modifié par SonnyGol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une légende argentine :hi:

Et un trés bel acteur de la coupe du monde 98...en coéquipié avec Batigoal Crespo Veron :wub: , ca,c'etait du football :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il aurait du avoir une carriere à la hauteut de son talent, c'est vraiment dommage pour lui et le football . Ortega et Batistuta c'était un sacré duo, ils ont explosés à eux tout seul la Jamaique :wub:

Modifié par Bart

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai qu'il n'a pas eu ce qu'il méritait et ce qu'on attendait de lui mais bon :(

Des responsables de River se réunissent aujourd'hui pour décider si oui ou non Ortega est apte à se réentraîner ou pas lundi :thumbsup:

En espérant qu'il ne rechute pas :ohmy:

Un top 10 de ses buts : http://www.youtube.com/watch?v=_q8LMPWOl38

Roi de la balle piquée marque déposée :lol:

But pas mal avec Newell's contre Olimpo :

But contre le Barça (Barça qui menait 3-0 et se retrouve à perdre 3-4 :lol: ) :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ortega, j'en ai été fan à la CDM94, dans ma mémoire il a fait de bons prestations et il était annoncé comme le successeur de Diego, donc pour moi ça devait etre un tout bon. Malheuresement ça a été impossible de le suivre pendant ses heures de gloire à River :thumbdown:

Ce que j'ai pu voir apres de lui en "direct", c'etait les coupes du monde 98 et 2002 et quelques matchs de la Samp, et son niveau technique m'a toujours convaincu.

Surement que si j'avais pu le voir plus fréquemment, son nom serait en tete de liste de mes joueurs préférés, j'aurait a coup sur été un grand fan. C'est un regret de n'avoir pas pu beaucoup le voir.

Le match contre la Juve, à chaque fois qu'il recevait un ballon il éliminait un joueur, techniquement c'est un phénomène. (Ce match la, c'était Del Piero contre Ortega, la perle européenne contre la perle sudaméricaine, avantage DP)

Cette saison, à son retour, je vais tout faire pour ne rien manquer, meme si ces meilleures années sot clairement derriere lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe joueur. :thumbsup:

Un vrai technicien de poche qui est le roi de la balle piquée pour lober le goal. Comme tidileboss je regrette de l'avoir tres peu vu jouer du fait qu'il ait surtout jouer en Amsud.

Un des joueurs argentins les plus talentueux des années 90 si ce n'est le plus et quelle équipe que cette équipe de 98 avec un trio offensif Ortega, C.Lopez, Batigol + Veron, Simeone au milieu.

Merci pour la biographie (qui m'as fait decouvrir plein de choses). :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

jadore ce joueur...sa c'est un combattant !!! le tit genie du dribble...

franchement, Messi peut allez se raccrocher :hi:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un grand gachis, c'est vraiment le genre de joueur qui souffre du fait que les équipes jouent de moins en moins avec un vrai N°10, surtout en europe.

ça grande époque restera pour toujours l'années 1996 et la fameuse Libertadores :wub: avec la grande équipe de River.

Il fait partie des symbole de River comme Gallardo.

Un come back gagnant avec Newells, mais voila son addiction a l'alcool la quand meme grandement coulé.

Son dernier coup d'eclat etait quand meme émouvant. (Magnifique but !)

Faudrait informé maintenant Aimar de revenir a River histoire que l'histoire ce repète. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si un jour (genre dans 6 ou 7 ans) on arrive à faire revenir le trio Aimar-Angel-Saviola :zbffraid: Mais ça ne se fera pas je pense :lol:

Ortega c'est le dernier idolo du club en ce moment (Zapata n'a pas de magie dans les pieds malgré que ce soit un très bon joueur), Gallardo parti, c'était lui l'emblème...Et bon malgré tout le respect que j'ai pour Marco Ruben, sérieux je ne pense pas qu'il soit digne de porter la camiseta 10 :happy: Ca me fait mal au coeur un peu, le maillot des Gallardo, Aimar, Ortega, Alonso, D'Alessandro...Et c'est un avant-centre qu'il l'a...

Enfin Ortega, c'est un peu de sa faute, il n'aurait pas replongé... :doh:

Pourtant il avait tout pour réussir cette saison :rude:

D'ailleurs je ne sais pas trop d'où lui vient cette addiction à l'alcool mais ça ne m'étonnerait pas que ce soit durant sa longue suspension :wacko:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce soir ce sera le retour tant attendu, un retour qui se sera en effet fait attendre, ce retour est celui d'un des plus grands joueurs de la décennie 90 :P

Ce joueur c'est Ariel (évidemment on est dans son topic !) et il fait parti du groupe qui se déplace en Equateur à plus de 2800m d'altitude ( :wacko: ) pour affronter Liga DU Quito en Copa Libertadores (3e journée)

f016ch04.jpg

Il devrait entrer dans la dernière demi-heure pour faire ainsi son retour après plus de 2 mois d'absence (début janvier) :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non :ninja:

Passarella nous a bien feinté et moi je passe pour un con maintenant :D

Il s'est échauffé mais n'est finalement pas rentré, pourtant il avait l'envie de toucher le ballon, sûrement pour le match contre Quilmes dimanche (j'espère :wub: )

f009dh02.jpg

En tout cas sur la photo il a l'air bien :thumbsup:

Modifié par SonnyGol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il a jouer?

Voilà, el Burrito a joué hier.................et il a marqué :D

Bon c'est pas le plus beau but de sa carrière (de la main :ninja: ) mais ultra important car c'est le but du 1-0 à la 92e minute :lol:

river.jpg

Enfin main involontaire (quoique ça fait polémique :ninja: ), centre de Diego Galván, tête del Burrito qui est dévié par son avant-bras, but :wub:

Pour son retour il a été noté 8 par Olé (max : 10) et homme du match :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'voulais voir le match hier en streaming, mais ça passait pas :thumbdown:

Content qu'il ait marqué le but de la victoire :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nul doute que celui la finira dans les tribunes du Monumental avec les Borrachos del tablon ! :hehe: :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

jajajaja ou alors il viendra planter un poignard dans les espoirs de titres de Boca :hehe:

GRANDE BURRITO :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×