Aller au contenu

Messages recommandés

J’y vais qu’une semaine à Istanbul en Septembre; alors que d’habitude je fais Adana-Sivas-Istanbul.. et Fethiye une fois sur deux. 

 

Aller/retour 100€ pour 9 jours.. Je suis dégoûté, merci ma copine :ranting:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/08/2018 à 8:19 PM, Sevoth-Tart a dit :

Oui je comprends si t'as des obligations. Septembre c'est top la Turquie, il fait toujours très chaud mais moins que juillet-août (quoique desfois c'est pas loin), les prix comme t'as dit, moins de monde, mon anniversaire :cheers2:c'est dommage de pas commencer début octobre.

ouais j'avoue, si j'avais signé pour début octobre même :ninja:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, CimbomOldBoys a dit :

L´euro est a 6,6 actuellement en Turquie. Şu sıkıntıları CHP veya herhangi bir parti döneminde olsaydı milletin tepkisi ne olurdu diye düşünmemek elde değil..

:biglaugh::biglaugh::biglaugh:le pays coule mais mashAllah Erdogan tient tête aux européens et il fait des ponts :wub:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 06/08/2018 à 7:01 PM, CimbomOldBoys a dit :

L´euro est a 6,6 actuellement en Turquie. Şu sıkıntıları CHP veya herhangi bir parti döneminde olsaydı milletin tepkisi ne olurdu diye düşünmemek elde değil..

Fait comme moi, profite, ca me fait plaisir de bozdurmak 100 euros et recevoir un kilos de billet

a l’epoque de ecevit on etait sous embargo mais si l’economie allait mal c’etait a cause des ´´ cEhAPE ZihNiyeti ´´ 

Aujourd’hui bien au contraire on importe pratiquement tout meme le saman

mais si la devise baisse c’est un jeux des ´´ DIS GUGLER ´´

Ce peuple est destiné à rester comme cela malheureusement.

Le 07/08/2018 à 2:12 PM, Nonda20 a dit :

:biglaugh::biglaugh::biglaugh:le pays coule mais mashAllah Erdogan tient tête aux européens et il fait des ponts :wub:

Oui justement des ponts qui s’ecroulent a la moindre averse #ORDU

 

ce qui est le plus drole ce sont c’est smicard qui mange pratiquement plus de viande (65 tl / kg) mais qui disent ´´ sukur edin ´´ pendant que DUNYA LIDERI REIS VANMINUTMAN SULTAN AVRUPAYI KISKANDIRAN ADAM remplis ces paradis fiscaux malte etc..

bande de mouton pas finit

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, tugay22 a dit :

ce qui est le plus drole ce sont c’est smicard qui mange pratiquement plus de viande (65 tl / kg) mais qui disent ´´ sukur edin ´´ pendant que DUNYA LIDERI REIS VANMINUTMAN SULTAN AVRUPAYI KISKANDIRAN ADAM remplis ces paradis fiscaux malte etc..

bande de mouton pas finit

mais tellement :biglaugh::biglaugh:c'est incroyable, comment peut il faire 50% au élection

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sérieusement c’est chaud la l’euro à l’heure Actuel est a 6,80 je vous parle meme pas du sterling qui chatouille les 8..

l’economie du pays est en train de couler mais ce peuple ´´ gazla gidiyo ´´

vous savez ce qu’il a dit le samouraï       ´´ onlarin dolari varsa bizim allahimiz var ´´

😂😂😂😂😂 quelqu’un peut lui rappeler les doll’s cacher dans les boites a chaussures 😂😂😂

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, tugay22 a dit :

vous savez ce qu’il a dit le samouraï       ´´ onlarin dolari varsa bizim allahimiz var ´´

😂😂😂😂😂 quelqu’un peut lui rappeler les doll’s cacher dans les boites a chaussures 😂😂😂

 

Je viens de voir :biglaugh::biglaugh::biglaugh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le + drole c'est les personnes qui adorent Erdogan et qui vivent en Europe avec leur déclaration "ah mais c'est trop bien on peut aller en Turquie et dépenser notre argent" sans comprendre pourquoi le lira chute autant et ce que ça représente...

mais il a passé les 7 :biglaugh:dommage j'ai pas 20-30k€ de coté, je me serai pris un yazlik à Bodrum directement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon après le prix augmente en conséquence. Le loyer pour un appartement à Bakırköy et Ataşehir est à 2000 TL maintenant.

Merci cumhurbaşkanım :casquette: avant mes parents ne touchaient que 1600 sur mois des locataires, + 800 désormais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ptdr mon oncle qui s’ach Une villa a mersin pour 40 000 euros 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

je sais ps ce qui ce passe aujourdhui la mais l’euro a toucher les 7,80 tout a l’heure, le kuyumcu qui me refuse mes euros car c’est trop instable 😂😂😂😂😂😂😂😂 c’est quoi ce pays 😂

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

«Chaque Turc, à son niveau, souffre des malheurs de la livre»

La chute de la livre alimente l’inflation, qui bat des records. Les sanctions et les appels au boycott de produits américains ne font pourtant pas l’unanimité. Reportage

 

Son rasoir coupe-chou à la main, Hasan Karaman se concentre. Il s’agit de ne pas balafrer le client. Mais Hasan est tendu quand on lui parle de taux de change et de pouvoir d’achat, donc de son tiroir-caisse. Presque mécaniquement, le barbier jette un œil à la télévision installée au-dessus du miroir et dont il a coupé le son.

Monnaie et taxes

En ce mois d’août chaud et humide dans la mégapole stambouliote, les bandeaux sur l’écran suffisent à deviner ce qui préoccupe les Turcs. Il y est question de «döviz», de «lira» et de «Trump». Autrement dit, de la crise diplomatique entre Ankara et Washington, déclencheur d’une chute brutale de la monnaie turque, la livre, et de ce qui ressemble à une guerre commerciale.

 

Furieux que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, refuse de faire libérer un pasteur américain jugé pour «terrorisme» et «espionnage», son homologue Donald Trump dégaine depuis quinze jours contre cet allié de l’OTAN une série de sanctions, auxquelles les autorités turques répondent coup pour coup. Après avoir appelé au boycott des appareils électroniques américains, Recep Tayyip Erdogan a relevé mercredi les tarifs douaniers de plusieurs produits en provenance des Etats-Unis: les véhicules de tourisme (+120%), certaines boissons alcoolisées (+140%), le tabac (+60%) ou encore le riz et les cosmétiques.

Des avis partagés

«Je comprends la logique politique [des contre-représailles], mais ce n’est pas en ajoutant des taxes sur les produits importés qu’on fera baisser le coût de la vie en Turquie», fait remarquer Hasan en époussetant le cou de son client rasé de frais. Les appels au boycott, qui flattent un sentiment antiaméricain tenace dans la société turque, prennent des proportions étranges chez certains collègues de Hasan. Sur les réseaux sociaux, des photos se propagent montrant la devanture de salons de barbier et ce message en majuscules: «Ici, nous ne faisons pas la coupe américaine» (une coupe où seule la moitié inférieure de la chevelure est rasée).

 

«Bien sûr qu’il faut riposter, c’est le seul langage que ce gros dur de Trump comprenne!» s’emporte Idris, le client de Hasan, épicier de son état. «Cette histoire va nous coûter cher, nous importons énormément des Etats-Unis [12 milliards de dollars en 2017, au 4e rang des importateurs], tempère le barbier. Soyons réalistes: les Etats-Unis sont une superpuissance, ce n’est pas dans notre intérêt de nous obstiner de cette façon. Je suis favorable à un compromis.»

L'Europe et la Turquie

Le coiffeur turc raconte que la chute de la livre face au dollar et à l’euro a déjà des répercussions sur sa vie personnelle et professionnelle. Il avait prévu un voyage en Espagne à l’automne, il y a renoncé. Il ne commandera pas non plus la tondeuse à cheveux de marque allemande (Moser) dans laquelle il voulait investir pour son petit salon. «L’an dernier, il m’aurait fallu économiser une semaine pour amortir les 200 euros de cette tondeuse. Désormais, il me faudrait presque un mois, se plaint Hasan. Chaque Turc, à son niveau, souffre des malheurs de la livre.»

 

Le barbier a une théorie sur la façon de relever la tête: «Face aux attaques de l’Amérique, les pays européens devraient se montrer solidaires de la Turquie, soutient-il. Il n’y a que notre union qui puisse pousser Trump à cesser ses guerres commerciales.» Recep Tayyip Erdogan partage-t-il cette théorie? Le chef de l’Etat turc semble prompt ces jours-ci à montrer un meilleur visage aux partenaires européens. Deux soldats grecs ont été libérés mardi, puis le président d’Amnesty International en Turquie mercredi, après des mois de détention sans aucune avancée dans ces deux dossiers très suivis du côté de l’UE.

Des prix à la hausse

«Il faut vite que les choses se calment», espère Omer Yildiz, un fleuriste dont la boutique voisine avec le salon du barbier. Omer importe presque toutes ses fleurs des Pays-Bas. «J’ai une livraison par semaine. Et chaque semaine, la facture augmente de quelques dizaines de livres, donc je dois augmenter mes prix, explique-t-il. Mes clients qui ont les moyens continuent d’acheter des fleurs. Pour les autres, c’est un plaisir dont ils se passent.»

 

Il n’y a pas que les orchidées. L’indice des prix à la consommation a grimpé de 16% en juillet, un record depuis 2003. Chez tous les commerçants, les étiquettes gonflent d’une semaine à l’autre. «Les téléphones, l’essence, les médicaments, les produits d’entretien… Tout ce qui arrive de l’étranger est en train de devenir hors de prix. Même les couches pour bébé sont importées et de plus en plus chères. Nous avons dû restreindre nos dépenses», soupire Mehmet, un père de famille stambouliote.

Une Turquie «dépendante de l'étrange»

Mehmet travaille dans un magasin de téléphonie mobile. Il dit en vouloir au gouvernement et à tous ses prédécesseurs d’avoir «rendu la Turquie dépendante de l’étranger. Cela fait longtemps que nous aurions dû développer notre industrie.» Lorsqu’il a appelé au boycott des appareils électroniques américains, Recep Tayyip Erdogan a opposé l’iPhone d’Apple – qu’il utilise pourtant lui-même – aux téléphones Samsung. «Qu’est-ce que ça va changer? se demande Mehmet. Ce qu’on n’importe plus des Etats-Unis, on l’importera de Corée, de Chine, de Russie… Là où je suis d’accord avec le président, c’est qu’il faudrait privilégier les produits locaux quand ils existent. Vestel pour les télévisions, Arçelik pour l’électroménager…»

 

Chez le barbier Hasan, la discussion s’anime entre pro et anti-boycott. Ali, son employé, est surtout inquiet à l’idée que le prix de ses cigarettes américaines ne flambe pour de bon. Mais il prend la nouvelle avec philosophie. «Cette année, mon paquet de Marlboro est déjà passé de 11 à 13 livres [2 euros environ]. Cela pourrait être l’occasion d’arrêter de fumer», commente ce Turc payé au salaire minimum (1600 livres). Une idée qui ne déplairait pas au chef de l’Etat. Recep Tayyip Erdogan pratique depuis des années une politique de hausse des taxes pour détourner ses citoyens du tabac et de l’alcool.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il devrait favoriser le peuple à boire du Raki et de l'Efes en baissant leurs taxes, kim tutar seni baskanim. :cheers:

Les alcooliques sauveront ce pays. :cheers2:

Modifié par Lefter

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×

Information importante

En utilisant Soccer's, vous acceptez les Conditions d’utilisation.