Jump to content

D.A.M 10

Membres
  • Content Count

    1,958
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutre

About D.A.M 10

  • Rank
    Ligue 1

Informations

Team

  • My favourite team
    France - Bastia
  • Goalkeeper
    fillol
  • Defender(s)
    zanetti passarella ruggeri sorin
  • Defensive(s) Midfielder(s)
    simeone redondo
  • Offensive(s) Midfielder(s)
    maradona di stefano
  • Forward(s)
    messi batistuta
  1. C’était une sorte de match de la dernière chance pour le Racing, poursuivant de Boca Juniors au classement, qui se déplaçait à la Bombonera pour essayer de se rapprocher et croire encore au titre, à quatre journées de la fin. Dominés, les hommes de Diego Simeone n’ont pu faire mieux qu’un 0-0, les laissant à huit points du leader. Julio Falcioni, le coach de Boca, sait que c’est quasiment fait. « On aurait dû gagner. Je suis content parce qu’on a été supérieur à tous nos concurrents, comme Vélez ou l’Atlético Rafaela. L’engagement des joueurs me laisse confiant. Maintenant, il nous reste un dernier petit effort à faire », s’est-il soulagé.
  2. Une qualification… mais des incidents ! C’est dans une ambiance hostile que le SC Bastia a obtenu sa qualification pour le 8eme tour de la Coupe de France, en effet, après le 4eme but Bastiais l’arbitre a été contraint d’arrêter le jeu, suite à des jets de fumigènes des supporters locaux, pendant 15 minutes. Comme si cela ne suffisait pas, le bus de la « diaspora turchina » a été attaqué à coups de pierres à la fin de la rencontre.
  3. La Seyne 0-8 Bastia : Le Sporting qualifié ! Le Sporting Club de Bastia est qualifié pour le prochain tour de la Coupe de France, grâce à sa belle victoire 8 à 0, face à la Seyne sur Mer. A noter que le match a été arrêté durant une quinzaine de minutes suite à des jets de fumigènes venant des tribunes de la Seyne… Les buteurs : 6′ et 11′ Maoulida 36′ Angoula 39′ 73′ 88′ Suarez 57′ Moizini 70′ Sans
  4. Messi préfère jouer avec Tevez en attaque Le buteur Lionel Messi se montre beaucoup plus efficace avec le maillot de l'Argentine lorsqu'il évolue aux côtés de Carlos Tevez en attaque. On critique beaucoup l'Argentin Lionel Messi pour ses prestations moyennes en équipe nationale. Toutefois, le journal Clarin vient d'indiquer que le double Ballon d'Or marque souvent en matches éliminatoires lorsqu'il est associé à Carlos Tevez à la pointe de l'attaque de l'Albicéleste. En effet, Lionel Messi a débuté sous l'ère José Pekerman en sélection nationale où il a disputé 3 rencontres (0 buts). Avec le coach Alfio Basile à la tête de l'Albicéleste, Lionel Messi s'est montré très efficace car il a marqué 3 buts en 10 rencontres. Une belle performance toujours réalisée en compagnie de Carlos Tevez et Juan Roman Riquelme. On remarque que Lionel Messi n'a marqué qu'un seul but en 8 matches lorsque Diego Maradona a dirigé la sélection nationale. Mais cette réalisation face au Venezuela a été marqué lorsque Carlos Tevez était à ses côtés en attaque. Un seul but cette saison face au Chili Pour le moment, Alejandro Sabella a décidé de miser sur un trio offensif composé de Angel Di Maria, Gonzalo Higuain et du double Ballon d'Or. Un choix qui a permis à Lionel Messi de marquer un but en 3 rencontres. Face à la Bolivie, l'association avec Javier Pastore et Gonzalo Higuain n'a pas été très efficace. Reste maintenant à savoir si le joueur du FC Barcelone va se montrer plus inspiré contre la Colombie en étant associé à Gonzalo Higuain et Pablo Guiñazú...
  5. Tevez trop cher pour Boca Toujours pas revenu en odeur de sainteté à Manchester City, Carlos Tevez continue de voir son nom lié à des formations des quatre coins du globe en vue d'un départ au mercato. Visiblement, l'Argentin ne retrouvera pas son ancien club de Boca Juniors, comme l'a indiqué le président Jorge Amor Ameal sur Skysports. "Carlos est toujours quelqu'un d'important ici. Mais d'un point de vue économique c'est impossible. Je lui ai parlé et je l'ai assuré de tout notre soutien", a déclaré le dirigeant de Buenos Aires.
  6. L'ancien buteur argentin s'est déclaré impatient à l'idée d'occuper des fonctions proches du terrain en équipe nationale, ou en club. Après Diego Maradona, une autre ancienne star pourrait occuper un rôle majeur au sein de la sélection argentine. En effet, Gabriel Batistuta s'est livré sur ses ambitions personnelles, et semble vouloir reprendre du service. Champion avec Boca Juniors ... en Polo C'est un nouveau trophée qui vient de tomber dans l'escarcelle de Gabriel Batistuta. Rien à voir avec le football, mais l'ancien attaquant, aujourd'hui âgé de 42 ans, vient de remporter un important tournoi national de Polo. Licencié dans cette section sportive de Boca Juniors, il a donc connu un nouveau succès, mais à cheval. Sous la casaque de son club, il s'est illustré en étant élu meilleur joueur du tournoi. Retour au football, avec l'équipe nationale Gabriel Batistuta semble visiblement lassé de jouer les consultants pour la télévision. L'ancien buteur de la Fiorentina s'est livré à des confessions après ce succès inattendu. Journaliste télé, puis jockey à ses heures perdus, il ne cache pas son envie de prendre du grade. C'est en effet un poste en équipe nationale d'Argentine qu'il souhaiterait obtenir: "J'aimerais m'occuper de l'équipe d'Argentine, je pense être prêt à prendre un rôle au premier plan. Je pense qu'il y a beaucoup de travail à faire et je pourrais apporter mon expérience", a-t-il déclaré en Argentine. Nul doute que le recordman de buts en sélection (56) saura amener quelque chose de positif si on fait appel à lui. Pour commencer, il est également prêt à proposer ses services à son club, Boca Juniors: "Pour les mêmes raisons, je suis prêt à offrir mon expérience pour m'occuper de Boca. C'est vraiment l'équipe argentine de mon cœur".
  7. La sélection argentine, Roberto Ayala la connaît bien. Avec trois coupes du monde et 115 matchs disputés entre 1994 et 2007, l’ancien roc du FC Valence, retraité depuis deux ans, a assez d’expérience internationale pour juger les prestations actuelles de l’Albiceleste. Touché par le nul contre la Bolivie (1-1) vendredi soir, il s’inquiète du manque de réaction des joueurs argentins. « Ce qui m’inquiète, c’est de ne pas voir de rébellion. Il y a des moments où tu ne peux pas te permettre de perdre des points à domicile. Je ne sais pas ce qu’il se serait passé si l’Argentine n’avait pas égalisé immédiatement. Je ne vois personne prendre les choses en main si Messi n’est pas dans un bon jour. Quelqu’un qui dise ‘les gars, on ne peut plus se permettre de perdre’. Le match de vendredi, il fallait le gagner. Je parle de rébellion, parce que je n’ai vu personne s’énerver », a-t-il déclaré.
  8. Quand on est au plus mal, on se contente de peu. Alejandro Sabella, qui a repris la sélection argentine après le couac de la Copa America à domicile, rêverait presque du poste de Laurent Blanc. Car il ne s’en sort décidément pas avec son Argentine, pleine de superstars offensives, mais incapable de battre la Bolivie à Buenos Aires hier soir, après s’être déjà inclinée au Venezuela il y a un mois. A tel point qu’il se réjouit de l’absence de Falcao mardi prochain, pour le déplacement de l’Albiceleste en Colombie. « Excusez-moi, mais en tant que supporter de la sélection, et entraîneur de celle-ci, du fait qu’elle ne soit pas trop grave, la blessure de Falcao est bienvenue, parce qu’on ne l’aura pas en face. Pour nous, c’est un soulagement qu’il ne joue pas », a-t-il reconnu. Les deux hommes se connaissent bien, puisqu’ils avaient travaillé ensemble à River Plate, avant que le Colombien rejoigne l’Europe. Au vu des prestations de Messi and co, même pas sûr que son absence suffise. pauvre argentine souffrir a ce point en eliminatoire et ce malgré l'absence du bresil aprés une defaite historique , un nouveau revers avec ce match nul face a surement une des equipes les plus faibles quand elle evolue a l'exterieur l'albiceleste est au plus mal , aprés tant d'années de disette l'avenir parait toujours aussi sombre , le sentiment d'un enorme gachis .
  9. Argentine: Pastore encore écarté Javier Pastore continue à être oublié par le sélectionneur argentin puisqu'il va démarrer le prochain match face à la Bolivie sur le banc des remplaçants. Messi jouera une nouvelle fois sans Pastore Avec la blessure du madrilène Angel Di Maria et le dernier match catastrophique de la sélection argentine au Vénézuela, on pensait que l'heure de la star du PSG était enfin arrivée. D'ailleurs, Pastore affichait sa confiance aux journalistes argentins à son arrivée hier matin à Buenos Aires. Mais le sélectionneur national, Alejandro Sabella, n'a toujours pas confiance en la nouvelle star de la ligue 1. Malgré sa volonté de jouer en 4-3-3, Sabella ne pense pas incorporer Pastore dans le 11 de départ face à la Bolivie, vendredi soir au Estadio Monumental de River Plate. Au milieu de terrain, c'est Gago et Sosa qui épauleront Mascherano. En attaque, Sergio Aguero remplacera Di Maria et évoluera au côté de Lionel Messi et de Gonzalo Higuain. A défaut de voir qui va bien pouvoir animer le jeu au milieu, il est à redouter que Lionel Messi soit encore obligé de venir chercher les ballons loin du but adverse... La composition de l'équipe d'Argentine devrait être la suivante: Romero- Zabaleta Demichelis Burdisso Rodriguez- Mascherano Gago Sosa- Aguero Higuain Messi. On observe que la défense alignée est plutôt vieillissante avec plusieurs joueurs ayant dépassé la trentaine. L'Argentine n'a pas le droit à l'erreur car une contre-performance face aux modestes boliviens (qui avaient d'ailleurs tenu en échec l'albiceleste lors de la dernière copa america) mettrait les argentins dans une situation délicate dans la course à la qualification pour la coupe du monde 2014.
  10. Pastore a la solution pour Messi Brillant avec le FC Barcelone, l'attaquant Lionel Messi (24 ans, 63 sélections et 18 buts) a davantage de difficultés à s'exprimer sous le maillot argentin. Alors que l'ancien sélectionneur de l'Albiceleste Sergio Batista estimait qu'il fallait "construire une équipe autour de Messi", son compatriote Javier Pastore (22 ans, 13 élections et 1 but) estime au contraire que le double Ballon d'Or se fondrait mieux dans un collectif déjà huilé. "Faux, il ne faut pas monter une équipe qui joue exclusivement pour Messi. Il faut évoluer en équipe, faire parler le collectif, notamment dans notre propre moitié de terrain. Le jour où nous parviendrons à faire cela, on fera mal. A ce moment-là, je crois que Messi se sentira plus à l'aise et pourra être aussi fort qu'au Barça", a-t-il indiqué dans les colonnes du quotidien argentin Olé.
  11. Riquelme milite pour Tévez L’un s’amuse au pays, entre deux blessures, se promenant en tête du championnat avec Boca Juniors. L’autre cherche une issue de secours pour sa carrière. Carlos Tévez, suspendu par Manchester City, n’a pas vu les terrains depuis un mois et demi. Mancini s’est dit prêt à le réintégrer au groupe à condition que le joueur lui présente ses excuses. Chose que Tévez ne semble pas disposé à faire. Evoqué du côté de Milan, un retour en Argentine a aussi été envisagé. Une solution qui plairait beaucoup à Juan Roman Riquelme. « J’ai parlé avec Carlitos de sa situation, et je lui ai dit que s’ils ne le prenaient pas en compte, qu’ils viennent jouer ici. Moi je crois que nous qui sommes supporters de Boca devrions mettre de l’argent pour le faire venir. Ou que le club fasse un effort pour faire revenir Carlitos à Boca », a-t-il milité. Un retour de Boca en Libertadores avec Riquelme en 10 et Tévez en attaque, ça aurait de la gueule.
  12. Frédéric Hantz l'avait annoncé. Ce voyage en Mayenne serait tout sauf une sinécure. « Laval sera un adversaire d'un autre calibre qu'Arles-Avignon. Mais mon inquiétude vient plutôt de mon équipe. Je crains qu'inconsciemment, après ces dernières semaines de tensions, le groupe ne se relâche et ne décompresse trop sur le terrain »,avait-il prévenu. Au final, le coach aura eu, une nouvelle fois, le nez creux. Trop nonchalants, pas assez incisifs et surtout en manque d'inspiration offensive, les Bastiais n'ont pas su élever leur niveau de jeu. Car c'est bien la petite étincelle, le petit supplément d'âme qui fait basculer la balance du bon côté qui leur a fait défaut, samedi soir. Si Frédéric Hantz parlait, lui, de « déception », le mot qui conviendrait le plus serait, sans aucun doute, frustration ! Une fois de plus, une fois de trop serait-on presque tenté de dire, les Bastiais ont laissé filer une rencontre largement à leur portée. « Dans le contenu il y a de très bonnes choses, c'est certain, mais le constat est toujours le même avec ce manque d'efficacité offensive, pestait Hantz. Et c'est là que se posent certaines limites par rapport à ce que l'on peut demander à nos joueurs. Le résumé de notre situation sur certains matchs est souvent le même et cela doit passer par une prise de conscience de la part des joueurs dans leur préparation de match et durant le match. On manque d'exigence mentale offensive pour finir nos actions. On reproduit trop souvent ce genre de rencontres. Laval s'impose car nous les avons laissés espérer en ne concrétisant pas nos temps forts. On a pris une leçon d'engagement et de pugnacité de la part des Lavallois. Alors certes, nous sommes pugnaces dans le jeu, mais offensivement il nous manque vraiment cet engagement et cela devient très agaçant ».Une analyse sans concession et pourtant tellement révélatrice. Oui, le Sporting pratique sûrement l'un des jeux les plus léchés de Ligue 2, oui le Sporting fait bien tourner, oui le Sporting prive ses adversaires de ballon, mais au final cela ne s'avère pas toujours suffisant. Face au Havre, Troyes, Reims et Laval, les partenaires de Yannick Cahuzac ont sûrement eu le ballon dans leurs pieds 70 % du temps. Pourtant le résultat de ces matchs est sans appel : quatre défaites aux scénarios identiques. Des Bastiais dominateurs mais incapables de faire trembler les filets. En clair, quand le Sporting ne marque pas, il perd ! Et ce n'est pas faute d'avoir dominé. Etre tout simplement efficace ! Mais alors d'où vient le mal ? Frédéric Hantz a, en partie, une réponse : « Hormis quelques joueurs, nous avons une équipe qui découvre la Ligue 2 et forcément il n'y a pas cette expérience qui permet d'enchaîner plusieurs matchs de haut niveau en étant à 100 % mentalement et physiquement. Pour moi, l'expérience ne se partage pas, elle se vit. Ce groupe est en train de vivre une expérience qui le forgera pour la suite. Et il faut que cette défaite nous soit très utile pour les matchs à venir ». Une chose est sûre, si les Bastiais veulent s'imposer comme des outsiders dans ce championnat, ils devront faire preuve de plus d'efficacité. Et peu importe de repartir en Corse avec les louanges des entraîneurs adverses qui voient tous en cette équipe bastiaise la plus complète et la plus joueuse du championnat. Les compliments ne font pas les victoires. Oublier, donc, les gris-gris et aller à l'essentiel. En clair, arrêter de tricoter, de faire admirer les facilités techniques des uns ou des autres. Être tout simplement efficace ! D'ailleurs les statistiques parlent. Avec seulement deux buts en neuf matchs sous le maillot bleu, Toifilou Maoulida n'a pas encore le rendement escompté à la pointe de l'attaque. Mais il n'est pas le seul à blâmer car sans ballons exploitables, l'ancien Lensois ne peut pas faire de miracle. Avec seulement deux passes décisives, Diallo et Khazri sont les meilleurs passeurs bastiais cette saison. Trop peu pour espérer faire la différence. Car quand on parle d'efficacité, on ne parle pas que du buteur. En football, la dernière passe est toute aussi importante qu'une frappe victorieuse. Une somme de petits détails qui, mis bout à bout, expliquent pourquoi le Sporting, si attrayant dans son jeu, pointe à cinq longueurs des leaders et n'arrivent pas à prendre son envol. Pourtant il a tout de même la deuxième attaque et s'est déjà retrouvé à neuf reprises sur le podium en quatorze journées. Plutôt pas mal pour un promu, non ? Et c'est bien là tout le paradoxe. Comment peut-on se poser autant de questions après une simple défaite et si tôt dans la saison ? Comment peut-on rager de ne pas voir un promu s'imposer chez un habitué de la Ligue 2 ? Il faut être réaliste et rendre à César ce qui appartient à César. Ce que réalise le groupe de Frédéric Hantz depuis 18 mois est tout simplement exceptionnel. Au bord du gouffre et relégué administrativement en CFA en juin 2010, le SCB est aujourd'hui sur le podium de la Ligue 2 et fait vibrer tout un peuple. Totalement impensable, il y a en encore quelques mois. Alors, la véritable question est de savoir si, au final, nous ne serions pas devenus trop gourmands avec le Sporting ? Sûrement, oui ! Mais quand on voit le niveau de cette Ligue 2 et le potentiel bastiais, il y a de quoi être gourmand. Le SCB a les moyens de mieux faire. Aux joueurs d'en prendre désormais conscience
  13. Sabella étoffe son groupe Le sélectionneur de l'Argentine, Alejandro Sabella, a décidé de convoquer quatre joueurs supplémentaires pour les deux matches de qualification pour le mondial 2014 face à la Bolivie et à la Colombie les 11 et 15 novembre prochains. Ce sont quatre "locaux" qui ont été sollicités après la 14e journée du Championnat d'Argentine, le groupe ciel et blanc passant de 21 à 25 joueurs sélectionnés. Il s'agit du défenseur Clemente Rodriguez et du gardien Agustin Orion de Boca Juniors ainsi que du milieu de terrain Rodrigo Brana et du défenseur Leandro Desabato d'Estudiantes la Plata. Le groupe de l'Argentine Gardiens : Sergio Romero (Sampdoria Gênes/ITA), Mariano Andujar (Catane/ITA), Agustin Orion (Boca Juniors) Défenseurs: Martin Demichelis (Malaga/ESP), Nicolas Burdisso (AS Rome/ITA), Federico Fernandez (Naples/ITA), Luciano Monzon (OGC Nice/FRA), Pablo Zabaleta (Manchester City/ANG), Marcos Rojo (Spartak Moscou/RUS), Leandro Desabato (Estudiantes de La Plata), Clemente Rodriguez (Boca Juniors). Milieux : Javier Mascherano (FC Barcelone/ESP), Ever Banega (Valence CF/ESP), Fernando Gago (AS Rome/ITA), Javier Pastore (Paris SG/FRA), Nicolas Gaitan (Benfica Lisbonne/POR), José Sosa (Metallist Kharkiv/UKR), Pablo Guinazu (Internacional/BRE), Rodrigo Brana (Estudiantes) Attaquants: Lionel Messi (FC Barcelone/ESP), Angel Di Maria (Real Madrid/ESP), Gonzalo Higuain (Real Madrid/ESP), Ezequiel Lavezzi (Naples/ITA), German Denis (Atalanta Bergame/ITA), Sergio Agüero (Manchester City/ANG)
  14. De retour sur le podium après son succès sur Arles-Avignon, Bastia espère enchainer ce samedi au stade Francis le Basser, où il sera opposé à une formation lavalloise réputée pour sa générosité. L’occasion de franchir une nouvelle marche ? A l’issue de l’entrainement de jeudi matin, Frédéric Hantz a convoqué un groupe de seize éléments pour effectuer le déplacement à Laval. Gêné par une sciatique, Dumè Agostini a été laissé au repos et sera remplacé par Thomas Vincensini. En défense, Amiran Sanaia effectue son retour au profit de Jacques-Désiré Périatambée. Le groupe retenu : 1. Magno Macedo Novaes 33. Thomas Vincensini 3. Amiran Sanaia 6. Gael Angoula 11. François Marque 20. Matthieu Sans 21. Féthi Harek 24. Jérémy Choplin 7. Ludovic Genest 10. Wahbi Khazri 13. Salim Moizini 18. Yannick Cahuzac 25. Jérôme Rothen 2. Sadio Dialo 8. Toifilou Maoulida 23. David Suarez Blessés 5. Pierre-François Sodini (orteil) 9. Yassin El-Azzouzi (mollet) 14. Matthieu Robail (pubis) 30. Dumè Agostini (dos) Suspendu 29. Gilles Cioni Non-retenus 4. Jacques-Désiré Périatambée 17. Florian Thauvin 19. Maka Mary 22. Sony Mustivar
  15. Bastia, meilleur élève de L2 Bien placé en cinquième position du classement du fair-play de Ligue 2, le Sporting fait figure de très bon élève… ou tout simplement de meilleur élève. Avec seulement 20 cartons jaunes récoltés en 13 rencontres de championnat, c’est effectivement l’équipe la moins avertie depuis le début du championnat, en dépit des trois cartons rouges infligés à Armand Cesari face à des formations généralement très agressives et mal-classées (3 cartons dont 1 rouge pour les manceaux, 4 cartons dont 1 rouge pour les monégasques, 7 cartons dont 2 rouges aux lensois). De quoi faire pâlir plus d’un observateur, lesquels seront tôt ou tard obligés de revoir leur copie sur l’équipe bastiaise (…).
×
×
  • Create New...