Jump to content

Gfs

Member
  • Content Count

    20,795
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Gfs last won the day on May 5 2016

Gfs had the most liked content!

About Gfs

  • Rank

    Coupe du Monde
  • Birthday 21/05/1992

Informations

Team

  • My Team :
    - -

Recent Profile Visitors

83,673 profile views
  1. L'honneur du football est préservé. Toutes les planètes étaient alignées pour que Paris gagnât enfin cette LDC : - Modification du format de la compétition, donc pas de possibilité de foirage au match retour ; - Championnat offert sur tapis vert ; - Arrêt prématuré de la Ligue 1, tandis que les autres championnats ont repris et ont pu se terminer à marche forcée, d'où une iniquité entre le PSG, normalement plus frais, et le Bayern, sachant qu'en plus les Allemands ont dû jouer le huitième retour ; - Parcours digne d'une coupe intertoto pour Paris, alors que par exemple Lyon qui n'a pas atteint la finale a selon moi dix fois plus de légitimité sur cette édition, d'autant plus qu'eux aussi ont dû jouer le huitième retour ; ... Pourtant, ce PSG perd et sans avoir démontré quoi que ce soit, sans même un sursaut en fin de match. Merci aux Munichois, et bon vent aux Qataris.
  2. Gfs

    FC Barcelone

    Salut à tous. Ça faisait (très) longtemps. Cependant, je n'ai pas résisté à l'envie de partager avec vous mon sentiment sur cette humiliation qui restera à jamais gravée dans le marbre. D'abord et avant tout, je me suis efforcé ces dernières années en voyant le navire prendre l'eau peu à peu de m'interroger sur "l'origine du mal". Comment un club qui était si haut a-t-il pu tomber si bas ? Et surtout, tout donne l'impression que ce naufrage auquel on assiste depuis presque une décennie était inévitable. J'en suis donc venu à m'intéresser au Barça dans son histoire récente, c'est-à-dire du Barça de ces quarante dernières années. Avant les années 1990, le Barça était un club sympathique, une institution déjà à l'époque, mais bien plus pour ce qu'il représentait qu'en raison de son palmarès qui n'était alors pas très étoffé. Il aura fallu attendre les années 1990 et la fameuse Dream Team v1 pour que le Barça gagne enfin la C1 et rafle plusieurs championnats à la suite. Seulement, on oublie assez vite que le club qui avait à peine célébré les deux ans de son triomphe à Wembley subit une énorme débâcle (4-0) à Athènes contre l'AC Milan d'un certain Fabio Capello. Après quoi, plus rien ne fut comme avant et le Barça entama une décennie de succès honorables mais bien loin de la gloire d'antan. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir accueilli en son sein les meilleurs joueurs du moment. Ronaldo, Rivaldo, Figo, Kluivert... Il aura donc fallu attendre la génération Ronaldinho, Eto'o, Deco... en tête d'affiche pour que le Barça gagne à nouveau la Coupe aux grandes oreilles en 2006, soit quatorze années après le triomphe de Wembley. L'équipe était encore jeune, était extrêmement talentueuse et comportait aussi de nombreuses promesses comme Iniesta et Messi. L'équipe pouvait déjà compter sur Xavi, Puyol et aussi Valdès. Pourtant, dès le lendemain, ce fut la douche froide après cette stupide élimination contre Liverpool et une saison blanche à l'issue d'une course effrénée au titre contre le Real Madrid d'un certain Fabio Capello. Toutefois, la véritable humiliation n'intervint que plus tardivement et ce ne fut qu'à l'occasion du 4-1 infligé par un Real, assez limité qui plus est, qui sonna définitivement le glas d'une équipe qui n'aura duré que deux ans (2004-2006). Les mouchoirs blancs grondant au Camp Nou, il fallait que la direction réagît et elle le fit en nommant Pep entraîneur. On annonçait un énorme chantier, un tsunami dans le vestiaire, un grand jeu de chaises musicales... Or, pour l'essentiel, on ne retiendra "que" les départs de Deco et de Ronaldinho, même si Pep tenta absolument tout pour se débarrasser de Samuel Eto'o. Des premiers recrutements, seuls Piqué, Alves et dans une moindre mesure Seydou Keita apportèrent (largement) satisfaction. Mais, déjà, on sent pointer un problème qui s'annoncera déterminant, j'ai nommé la qualité du recrutement. Hleb, Caceres... En tout cas, les débuts de Pep furent poussifs mais intéressants et prirent un tournant formidable à l'issue du Tourmalet qui vit le Barça triompher du Real après deux ans de matches nuls et/ou de défaites. Pep termina sa toute première saison par un triplé, ce qui est absolument remarquable. Cela dit, il ne faut pas omettre que le Barça aurait dû être éliminé par Chelsea qui avait totalement broyé et asphyxié l'équipe de Pep. Ce triplé est donc à nuancer, même s'il n'est pas à minorer. Pep entama alors une nouvelle saison, auréolé du statut de meilleur entraineur dirigeant la meilleure équipe. Seulement, la première difficulté survint rapidement car on comprendra très vite que Pep aime se tirer des balles dans le pied. En 2009, le Barça obtint en réalité deux trophées : celui de la meilleure équipe et celui du plus gros pigeon. L'échange Zlatan-Eto'o fut une triple calamité : financière, sportive et même humaine. Comment le club put-il traiter Eto'o de la sorte alors qu'il venait de faire sa meilleure saison au club en dépit d'un entraîneur qui le détestait et qui n'attendait que son départ ? Comment le club put-il céder aux caprices de Pep alors que Eto'o avait marqué dans deux finales de LDC différentes et qu'il était encore dans la force de l'âge (à peine 28 ans)... Cette erreur, qui s'accompagna du recrutement ridicule de Chygrynski pour 25 millions d'euros (!) nous laissait déjà entrevoir le résultat de la saison qui allait commencer. Certes, le Barça gagna le titre, mais il fut totalement impuissant contre l'Inter et laissa passer l'occasion rêvée de faire la passe de deux. Et surtout, cette saison marqua le début de la Messi-dépendance qui poursuit encore le club aujourd'hui. En effet, Messi dut dès cette saison prendre les choses en main presque tout seul en attaque avec le déclin prévisible de Henry et Ibrahimovic pas du tout à son aise. La saison suivante, Pep qui - semble - apprendre de ses conneries, fit partir Zlatan et le remplaça par David Villa pour le prix de 45 millions d'euros. Partant, si on fait quelques calculs, on s'aperçoit que les caprices de Pep auront coûté la bagatelle de 100 millions d'euros au club, sachant que Villa n'aura été véritablement opérationnel qu'une saison, alors même que le Camerounais avait encore de nombreuses années à donner... Ce mercato fut par ailleurs, une fois n'est pas coutume, assez intéressant avec les arrivées de Adriano (excellente doublure) et de Mascherano. Le Barça termina la saison par un doublé et assurément cette saison fut la meilleure de l'ère Pep. Cependant, la joie fut de courte durée, car Pep décida une nouvelle fois de se tirer une balle dans le pied. Il fit venir Fabregas alors qu'il n'y avait aucune place pour lui dans l'équipe si ce n'est sur le banc et il fit venir Sanchez qui là non plus, malgré son talent, n'avait pas sa place au sein du onze de départ. Le caractère borné de Pep s'exacerba et ce dernier alla au bout de ses - mauvaises - idées en mettant en place son fameux 3-4-3. Très séduisant sur le papier, et seulement sur le papier, cette nouvelle organisation désorganisa l'équipe à tous les niveaux et la défense devint une véritable passoire. Le résultat est une saison quasi blanche avec une élimination contre Chelsea et un titre qui échappa au Barça au profit de son rival de toujours, le Real Madrid. Non content d'avoir flingué tout ce qu'il s'était pourtant donné du mal à bâtir, Pep quitte un Barça en proie aux doutes. Il l'abandonna ainsi dans la même situation que dans laquelle il l'avait trouvé. J'en profite ici pour donner mon bref avis sur Pep Guardiola en tant qu'entraîneur et c'est de circonstance, car il se trouve que par un curieux hasard, Manchester City a également subi une humiliation le lendemain de celle dont pâlit le Barça aujourd'hui. Je pense que c'est un bon "chorégraphe", mais un un très mauvais tacticien, un très mauvais meneur d'hommes et un piètre recruteur. En somme, c'est un "bon "entraîneur qui a su sublimer une équipe déjà sublime. Il a su bonifier une équipe qui comportait tout de même l'un des meilleurs joueurs de tous les temps (Messi), le meilleur milieu espagnol de tous les temps (Xavi), le meilleur joueur espagnol de tous les temps (Iniesta), et une génération dorée de la Masia (Piqué, Busquets, Pedro...). Seulement, je suis convaincu qu'il était possible d'avoir un bilan encore meilleur avec de tels joueurs pendant ces quatre ans. La fin de l'ère Pep et son départ annoncèrent une (très) rapide descente aux enfers. Rappelons-nous de l'humiliation, déjà, infligée par le Bayern en 2013 (7-0 sur les deux matches), avec un Barça insipide, inconsistant, sans idée... Rappelons-nous aussi du recrutement de Song cette saison-là, une énième recrue inutile, qui finalement n'est même pas la pire de toutes si on regarde les choses avec du recul aujourd'hui. La saison suivante, c'est une saison véritablement blanche et une élimination contre l'Atletico, et ce malgré le recrutement de Neymar. Surtout, souvenons-nous de Tata, que je critiquais déjà à l'époque, une calamité, un Setien avant l'heure qui n'était de toute évidence pas à sa place dans un tel club. C'est alors qu'arriva Luis Enrique qui en l'espace d'une saison, une seule hélas, apporta une embellie, mais une embellie de courte durée. Il comprit le premier que cette équipe n'était plus celle de 2011, mais il comprit également qu'il avait à sa disposition le meilleur trio offensif de l'histoire du club et de tous les clubs européens. Avec la fraicheur apportée par Rakitic, et oui à l'époque, et le retour en forme de quelques cadres, il parvint à transcender cette équipe et optimisa au maximum la puissance de feu de ses trois attaquants. La recette était plutôt facile à réaliser, mais quel diable d'efficacité ! Toutefois, cet équilibre ne durera que l'espace d'une saison et les saisons suivantes marquèrent la reprise d'un déclin déjà entamé précédemment. Puis, ce fut au tour de Valverde de mener une barque de plus en plus tanguante, de plus en plus vacillante... Le moins que l'on puisse dire aujourd'hui, c'est que Valverde a été bien trop durement jugé. Son bilan, si on met de côté les deux remontadas, est très honorable au vu des circonstances et du contexte. Il était parvenu à mettre en place un semblant d'équilibre défensif et une animation défensive basée sur Messi, évidemment, mais aussi sur un Suarez pesant de tout son poids, c'est le cas de le dire, sur la défense adverse. Et franchement, ça aurait pu fonctionner contre Liverpool si on regarde bien les occasions créées à Anfield. Un seul but aurait suffi après tout. Quant à Setien, il avait la gueule de l'emploi. Une parfaite tête de croquemort pour sonner l'oraison funèbre et enterrer définitivement une équipe qui a été mal gérée, qui a été victime de sabordage... bref qui aurait pu accomplir bien plus. En espérant que cette claque fasse du bien. Mais comment rebondir dans ce contexte plein d'incertitudes dans lequel on est tous plongé...
  3. Gfs

    FC Barcelone

    Pas vraiment d'accord. Xavi avait fait une bien meilleure CDM. On l'a vu en 2016 et en 2014, l'élément indispensable c'était Xavi. Sinon, mon palamarès du BO depuis 2006 : 2006 : Buffon 2007 : Kaka 2008 : Ronaldo 2009 : Eto'o 2010 : Xavi 2011 : Messi 2012 : Xavi 2013 : Robben 2014 : Neuer 2015 : Messi 2016 : Ronaldo
  4. Gfs

    Dunkirk

    En fait je trouve qu'ils se ressemblent car ils font tous les deux ce que j'appelle des "blockbusters d'auteur". Et les deux ont quasiment fait tous les genres de films. Sauf Nolan à qui il manquerait une comédie et un film d'aventures.
  5. Gfs

    Dunkirk

    T'aimes pas Spielberg ?
  6. Gfs

    Dunkirk

    Ce sera le Saving Private Ryan de Nolan qui est définitivement le Spielberg du début des années 2000
  7. Je dois patienter jusqu'au 23. J'attends un pote qui est en ce moment à l'étranger
  8. Gfs

    Bilan 2016

    TOP The Neon Demon The Hateful Eight Room Brooklyn Demolition Trumbo Civil War X-Men : Apocalypse 10 Cloverfield Lane Dernier train pour Busan The Strangers Conjuring 2 Don't Breathe Dr Strange BIEN MAIS SANS PLUS Creed Spotlight Deadpool The Revenant Steve Jobs Race Now You See Me 2 Star Trek 3 Me Before You Carol Desierto Inferno Alliés The Huntsman (je suis pas objectif ) The Choice FLOP Batman v Superman (à nuancer) Tarzan Independance Day 2 (quoique dans son genre, ça se vaut) The Shallows (dans son genre, c'est pas mal, et puis Blake Lively ) Suicide Squad Jack Reacher 2 Imperium (bon potentiel pourtant...) Free State of Jones Nos pires voisins 2 The Forest PAS (ENCORE) VUS Café Society Firs Contact (j'y vais cette semaine) Assassin Creed (en toute fin d'année) Rogue One (idem car j'attends un ami) War Dogs American Pastoral (pas encore sorti) Snowden Ave Cesar (après je pense pas aimer) Captain Fantastic Morgane Deepwater Infiltrator Bourne Jacky La fille du train Le BGG Le Livre de la Jungle Les Animaux Fantastiques (je sens que je vais détester) Ouija Passengers (pas encore sorti) Peter & Elliott The Finest Hours Tu ne tueras point PAS VUS À DESSEIN Ben-Hur Ghost Busters Divergente 3 Gogs of Egypt La chute de Londres Les 7 mercenaires Miss Peregrine (Burton est fini depuis Big Fish) Triple 9 Warcraft
  9. J'ai vu Alliés. Pas trop mal. Ça se laisse regarder, même si ce n'est pas le meilleur Zemeckis.
  10. La SF a souvent été un moyen détourné pour faire passer des messages. Rares sont les fictions "gratuites". Sinon, j'avais déjà envie de le voir, mais là j'en ai encore plus envie. Pour le coup, la BA était intrigante car ne montrait pas grand chose.
  11. Gfs

    FC Barcelone

    Et curieusement, le meilleur Clascio du Barça de ces dernières années, était sans Messi.
  12. Gfs

    FC Barcelone

    Parce que ça suit la logique de ces dernières saisons. Sinon, match nul contre l'Atleti et match nul contre le Real. Les grands RDV ont tous été manqués pour le moment.
  13. Gfs

    FC Barcelone

    Clasico assez dégueulasse. Le Barça a perdu le titre pour moi. Et une saison blanche est désormais probable.
  14. Gfs

    FC Barcelone

    C'est pas un hold up quand t'es pas capable de creuser l'écart.

×
×
  • Create New...