Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'portugal'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forum

  • Football Français
    • Ligue 1 Conforama
    • Domino’s Ligue 2
    • National
    • Football Amateur
  • Football Étranger
    • Premier League
    • LaLiga Santander
    • Serie A TIM
    • Liga NOS
    • Bundesliga
    • Spor Toto Süper Lig
    • Jupiler Pro League
    • Eredivisie
    • Autres Championnats
  • Jeux de Football et de sports divers
    • Soccer's Pronos
    • Comunio
    • Mon Petit Gazon
    • Fantasy Football
    • Fantasy Basketball
    • Fantasy Rivals (Cyclisme)
    • Soccer's Games
  • Tournois Européens & Internationaux
    • Ligue des Champions
    • Europa League
    • Euro 2020
    • Coupe du Monde 2018
    • Autres Tournois Internationaux
  • Football Généraliste
  • La Médiathèque
  • Jeux Vidéo Football
  • En dehors du Football
  • Dans la Communauté Soccer's

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Loisirs


Je vis à


Site


Skype


My favourite team


Goalkeeper


Defender(s)


Defensive(s) Midfielder(s)


Laterals Midfielders


Offensive(s) Midfielder(s)


Forward(s)


Substitutes(s)

Found 4 results

  1. Septembre 1978 : Alvès raconte sa vie sur le bout de ses gants noirs, des gants qu'il porte à chaque match, rituellement. Ces gants aussi ont une histoire, une histoire qui tient de cette superstition typique à certains footballeurs, un brin fétichiste, un brin sentimentale. Un jour, avant Portugal-Espagne, une jeune fille s'approche du grand-père d'Alvès (nous sommes avant-guerre) et lui donne une paire de gants : « Pour vous porter chance. » Le grand-père, authentique international, met les gants. Et ce fut la première victoire portugaise sur l'Espagne. Quand Alvès commença de jouer en junior avec Benfica (déjà), son grand-père lui demanda de renouveler ce geste porte-bonheur. Notre homme refusa : ce n'était pas son histoire à lui. Puis ce fut le drame et la mort de ce grand-père qui non seulement l'avait éievé, mais lui avait servi de maître et de modèle balle au pied. Plus rien ne retenait maintenant Alvès de perpétuer sur tous les terrains du monde le souvenir d'un grand joueur dont il était le petit-fils. Pas une seule fois depuis ce temps, Joâo Alvès n'a joué mains nues. Voilà pour l'anecdote, une anecdote qui situe bien le nouveau milieu de terrain d'un Benfica avide de retrouver le lustre des années passées. Car ce n'est pas seulement par ses mains gantées de noir qu'Alvès se remarque sur un terrain : c'est par sa classe, sa technique, sa simplicité, sa vision du jeu. « Natural skill » (une habileté naturelle) dit de lui son entraîneur anglais, John Mortimore, en se frottant les mains, certain d'avoir récupéré (pour une vingtaine de millions de pesetas) le joyau de Salamanque. La carrière d'Alvès ne manque en effet pas d'un certain piquant. Après des débuts prometteurs à Sanjoanense, le voilà junior au plus grand club du Portugal. Benfica. Mais on doit l'opérer du ménisque. La rééducation s'avère d'autant plus difficile que des problèmes avec les dirigeants du Club d'Eusebio entravent sa progression. On aboutit finalement à un transfert en règle à Boavista. C'est là que le club espagnol de Salamanque vient le chercher pour la modique somme de dix millions de pesetas à la fin de la saison 1975-1976. « Le championnat espagnol est beaucoup plus dur et surtout plus rapide que le championnat portugais, raconte Alvès. Je m'y suis adapté, j'y ai progressé car la préparation y est également plus intense. Mais je suis content d'être revenu dans mon pays car le football portugais doit lui aussi évoluer dans le sens de la haute compétition. » Assurément, Benfica a récupéré en Alvès le meilleur joueur portugais actuel. D'une activité inlassable, toujours au four et au moulin, Alvès distille sans avoir l'air d'y toucher d'excellents ballons à ses partenaires. Et si besoin s'en fait sentir, il y va lui aussi de son sens du but. Il faut voir en action ce petit homme d'un mètre soixante-dix toucher le ballon comme s'il s'agissait d'une boule de feu trop brûlante pour les pieds : de là peut-être ce sens inné du jeu collectif. « Avec lui, notre rendement s'améliore déjà de 10 %, poursuit son entraîneur, admiratif. De plus, ses partenaires croient en lui. Avec ce renfort précieux, avec le retour d'Alinho et l'arrivée du puissant Reinaldo. originaire de Guinée-Bissau et qui marque des buts en veux-tu, en voilà, je crois que Benfica est armé pour lutter sur tous les fronts : d'abord remporter le championnat et ensuite gagner la Coupe U.E.F.A. Benfica est un club de grand standing. Il ne peut se catisfaire du seul championnat portugais. » Voilà donc les Nantais prévenus. Ils trouveront sur leur route un obstacle déterminé. Qu'ils se méfient donc et surveillent attentivement le meneur de jeu adverse. C'est facile, il s'appelle Alvès, a revêtu déjà dix-neuf fois le maillot du Portugal. Signe particulier : porte des gants noirs... Transféré l'année suivante au Psg avec d'énormes espoirs et une grande attente du public. Il se blessa tres gravement lors de la troisieme journée de championnat avec cinq mois d'indisponibilité. La saison suivante il retourna au Benfica malgré les grands espoirs que le club Parisien et ses supporters avaient lors de son arrivée . Il resta au Portugal et mis fin à sa carriere de joueur en 1985.
  2. PORTUGAL ESPAGNE IRAN MAROC
  3. Tres rare je viens de retrouver un Maillot de l'euro 2004 portugal j'mais portéer encore etiquette uefa dessus taille L 26eur fdp inclu
×
×
  • Create New...