Jump to content
Sign in to follow this  
Guest Carlito_Brigante

Ricardo Gomes


Recommended Posts

Guest Carlito_Brigante
Ricardo : ce mal aimé

« Objection votre Honneur ! »
ricardo1.jpg


Réputé pour être le plus fidèle opposant à la conception du football, si elle en avait une, Raymundo Ricardo Gomes est l’un des entraineurs les plus décriés de la planète ballon rond.
Mais le mérite t-il ?



- Rappel sur sa carrière de joueur.
C’est appuyé sur une forte carrière de footballeur que Ricardo construit sa seconde vie, celle d’entraineur.

50 sélections avec la Seleçao, ainsi qu’une riche carrière parmi les clubs de Fluminense, Benfica, et Paris.
Il laissera l’image d’un défenseur sérieux, physique, et fort dans les duels aériens. Un patron quoi.
Il arrêtera sa carrière au Benfica, où il revient en 1995 pour une dernière saison.
Club avec lequel il sera finaliste de la C1, en 1990, contre le grand Milan AC de Franco Baresi.
Mais Ricardo marquera à jamais l’histoire du Paris Saint Germain.
Ces 4 saisons feront de lui, l’un des meilleurs défenseurs que le PSG n’ait connu.

C’est donc tout naturellement qu’il y débutera sa carrière d’entraineur.


- Ses grands débuts d’entraineur.
Ses qualités de technicien vont lui permettre de former une vraie équipe, solidaire, solide, et réaliste, le PSG cru 1996-1997 est excellent.
Ricardo et toute son équipe, vont tutoyer les cieux européens avec une finale de Coupe des Coupes, perdue, hélas, contre le FC Barcelone.
Cette année est une grande réussite, au niveau Français, et Européen.
Ricardo vient à peine de terminer sa première année que ses qualités sont déjà reconnues.
Certes le jeu ne déchaine pas les foules, mais le résultat est là.
2 ème en championnat 57 buts marqués, 31 encaissés, +26, que demande le peuple ?

La deuxième saison, c’est l’heure de la confirmation.
L’italien Marco Simone et Rai, déchaineront les foules du Parc des Princes.
Leurs 40 buts à eux deux (toutes compétitions confondues), vont permettre au PSG de se maintenir à flots…
Saison durant laquelle le PSG aura vite lâché le steak en championnat avec une décevante 8 ème place, alors que l’on s’attendait à voir le club de la capitale combattre pour le titre, et une aventure en C1 peu concluante malgré que le Parc ai vu de cinglantes victoires des siens, contre le Bayern (3-1), Göteborg (3-0), et l’humiliation de Bucarest sur le score de 5-0.
Cependant le PSG et Ricardo vont se consoler et réaliser un superbe doublé Coupe de France – Coupe de la Ligue.
Ricardo quitte le PSG, après deux belles années, conclus par des souvenirs européens, un doublé coupe-coupe, et une deuxième place.


- Des Aventures Brésiliennes Remuantes.
Fort de sa réputation de tacticien hors pairs, Ricardo rentre au pays.

Mais le caractère impatient des Brésiliens ne correspond peu au système de fonctionnement de Ricardo.
Ils veulent des résultats immédiatement, ce que ne peux assurer le tacticien, et sa politique
concernant d’abord en une construction de bases solides pour son équipe.

La folie Brésilienne rencontre la glace “Ricardienne”.

Ricardo va enchainer 6 clubs en 5 ans. Des épisodes sans réels fondements, où Ricardo ne trouvera jamais la confiance espérée.
Cependant, un projet intéressant en 2002 se présente à lui : prendre en charge la sélection espoirs brésilienne. Ricardo accepte la proposition. Guider des jeunes pousses : que demander de mieux pour lui ?
Il s’occupera des quelques perles made in Brésil like Robinho, durant deux ans.
Et en gardera de nombreux contacts, dont il se servira plus tard.
C’est notamment le cas de Fernando Menegazzo dont il fera l’élément clé de l’équipe Bordelaise, à son arrivée.
Toutes ces expériences Brésiliennes, Ricardo s’en souviendra et s’en servira, dans quelques domaines que ce soit par la suite.


- Le Retour sur le haut de la scène, de Ricardo…Et de Bordeaux.
2003-2005,

Michel Pavon is the coach. Bordeaux finit l’année à une 11 ème place.
Une année sans saveur, si ce n’est l’intronisation avec qualité de jeunes perles du club, Marouane Chamakh, Rio Mavuba et Marc Planus.
Mais outre cette satisfaction, le pire est à venir du côté Bordelais.
La seconde année du mandat Michel Pavon est catastrophique. Bordeaux va jouer le maintien jusqu’a la dernière journée contre l’Olympique de Marseille…
Bordeaux à la culotte trempée, un coach déprimé, les supporters furieux, et les dirigeants conspués ont besoin d’une bouffée d’air frais, celle ci se nommera Ricardo Raymundo Gomes.

Ricardo (et son adjoint Colleter) arrive(nt) au cœur d’un groupe traumatisé.
Pendant 15 jours, le tacticien brésilien suivra les entrainements du bord de la touche, sans un mot.
Jusqu’à trouver une formule.
Durant le mercato, Ricardo fera venir, de par ses réseaux, en parfait accord avec Monsieur Charles Camporro, spécialiste Bordelais du recrutement Sud ‘Am, 3 joueurs.
Carlos Henrique, Alejandro Alonso, et Fernando Menegazzo.
Auxquels il rajoutera le tchèque Vladimir Smicer, Bruno Cheyrou et le feu follet Denilson.
6 recrues de qualité pour un coût total dérisoire. Ricardo va pouvoir bâtir.
Le premier match de l’ère Ricardo donnera le ton.
Une victoire sèche, 2-0 au stade Vélodrome. Buts de Faubert, et Ducasse (qui marque son but annuel au Vélodrome).

Mais les enseignements sont multiples : Solidarité, Solidité et Réalisme.
Les 3 fondements de la politique du coach.
Rarement mise en difficulté en défense, et réaliste offensivement, l’osmose est parfaite.
L’équipe qui sombrait il y’a peu dans les profondeurs du classement, montre une solidité étonnante.

Au cœur du jeu, Fernando Menegazzo et ses râteaux à foison, sa vision du jeu, ses passes incroyables, et sa qualité de tir, font de lui le taulier du jeu.
Au poste de relayeur, il deviendra la référence en Ligue 1.
L’équipe n’a rien d’imposante, mais elle assure.
Les 1-0 sur la pelouse de Lescure sponsorisé par ” l’Amour est dans le pré “, et les 4-5-1 à l’extérieur font l’amour à toute la Ligue 1.
Les résultats grandissant, Bordeaux n’est plus une surprise, et ça dérange.
Bordeaux n‘avait pas d’autres choix que se battre avec leurs seules armes, c’est ce qu’il ont fait.
Que quelqu’un ait le culot de dire qu’il aurait pu faire mieux que cela, en jouant l’offensive.
Bordeaux finit deuxième sans avoir réellement était inquiété durant sa lutte.
La saison 2005-2006 se conclut, Bordeaux retrouve la Ligue des Champions, qu’elle n’avait plus accroché depuis son titre de 1999. Merci Bordeaux, merci Ricardo.

L’intersaison est intéressante du côté bordelais.
Non content d’avoir foiré son cycle d’entraineur, Michel Pavon décide de faire revenir son pote et idole bordelais, [sans l’aval de Ricardo] Johan Micoud, qui se révèlera être un échec sous l’ère Ricardo.
Micoud numéro 10 ? Micoud à gauche ? Ou carrément écarter Micoud ?
Ricardo ne trouvera jamais la formule.

L’équipe durant l’année ne trouvera jamais l’équilibre qui était le sien auparavant.
La Ligue des Champions montrera clairement les limites des Girondins, une équipe peu concernée, et un seul 4-5-1 pour essayer de lutter face à Liverpool et le PSV.
Un système décrié de toutes parts, mais là encore avait il le choix ?
Bordeaux finira la Ligue des Champions les mains dans les poches, sans aucune pression. Ceux-ci seront méconnaissables, un 3-1 à Eindhoven, et un 3-1 face au Galatasaray à domicile dommage.
Bordeaux se consolera le 31 Mars 2007, avec une victoire contre l’OL en finale de la Coupe de la Ligue (1-0).
Sur un but d’Henrique.

En Championnat, Bordeaux est encore en course, et peut assurer à la maison sa qualification en Ligue des Champion, contre Nantes déjà relégué.
Fernando loupe le pénalty qui aurait pu les envoyés en Ligue des Champions, Bordeaux perdra ensuite 1-0…
La défaite condamne la qualification des bordelais.
Cette fin de saison aura été gâchée par des problèmes internes.
Jemmali, déçu d’avoir été mis sur la touche pour la finale, balance des interviews fraiches concernant Ricardo, Darcheville qui annonce son départ courant avril, ainsi que Cid qui signe à Bolton dès Janvier sont mis sur la touche.
Ricardo n’aura pas la fierté de les garder dans le groupe, et c’est dommage, admettons-le.
Pouvait-il se le permettre ? Assurément non.
Mais finalement, le lui aurait-on reproché si Fernando, avait mis ce putain de péno hein ?
Comme quoi cela tient à peu de choses le football.
Ricardo ne sera pas conservé, après deux superbes saisons.
Avec les seuls reproches d’un surplus de fierté et d’hésitations récurrentes lors des mercatos.
Le reste ? Les résultats ont payés… Ils parlent pour lui…

Blanc, se servira plus tard des bases bâties précédemment qui seront pour lui un important gain de temps.
Blanc est un excellent entraineur, mais n’oublions pas que ce titre, Ricardo le mérite aussi.
Il récompense une politique très intelligente menée coté bordelais, et ce depuis 4 ans.


- Le départ à Monaco
Ricardo signe donc en Juillet 2007, accueillis par le Président Pastor et Marc Keller.
Le mois d’Août est excellent. Monaco gagne tout, les supporters croient alors au retour de l’ASM.
Durant ce mercato il recrutera le brésilien Néné, qu’il avait déjà essayé de faire venir à Bordeaux, sans succès.
Puis inexplicablement, c’est la dégringolade. Monaco ne gagne plus, ne marque plus.
Les supporters pensent alors que Ricardo est le responsable, mais bien plus tard, ils se rendront compte que ce fût l’effectif qui n’était pas à la hauteur.
Tout ce que Ricardo avait créé à Bordeaux, Monaco ne l’avait pas imprimé.
Aucune Solidarité, une défense sans répondant, Roma qui décline, Menez comme seul élément percutant, souvent blessé et irrégulier.
Sans fond de jeu, sans volonté, sans âme.
Le club va mal, la fin de saison sera plus joyeuse, les sud-Am péchés en urgence par Ricardo (Fabio Santos et Gonzalez), ne se révélant pas si mauvais que ça.

Le printemps signe un retour en forme de Monaco.

Mais avril signe un nouveau rebondissement. Pastor démissionne, et De Bontin le remplace.
Le mercato est agité, et JDB joue à Valérie Damidot en interne.
Ettori est débarqué, arrivé d’un nouveau staff physique.
Cependant Ricardo est conservé, mais il devra se taire sur les transferts.
C’est ainsi qu’il se retrouvera avec la colonie de vacances :
Adu, Park, Simic, Muller, Kaita, sans qu’il ne les veuille réellement.
Menez, Piquionne et Monsoreau partent. Néné caractériel, est prêté à l’Espanyol Barcelone.
La deuxième saison commence bien, des résultats corrects malgré le mercato pathétiquement géré par JDB.
Puis l’ASM retombe dans ses travers.

Les Licata, Pino, N’Koulou, Gosso, malgré des irrégularités, montrent des qualités certaines.
Les révélations sont nombreuses, et les supporters s’accordent à dire que Ricardo en est l’artisan.
Le 4-3 contre Bordeaux, représente bien la première partie de saison, encourageante à première vue, pour être une grosse déception ensuite.
Deuxième partie de saison, les résultats sont aussi moyens, toujours irréguliers.
Cependant Pino devient vraiment bon, tout comme Park d’ailleurs.
Pas grand chose d’autre à signaler, si ce n’est les bons résultats contre les gros clubs, avec des joueurs du cru.
Début avril, JDB quitte le club, Franzi prend le relais accompagné d’Aubery, un ami de Keller.
Keller revient donc à Monaco, et décide de ne pas prolonger l’homme qu’il avait fait venir.
Mais Ricardo partira toutefois avec la sensation de devoir accompli.
Comme a Bordeaux, il a fait le travail de l’ombre. Comme à Bordeaux il aura fait un bon recrutement, comme à Bordeaux il aura su transcender les Sud-Am (surtout Pino), comme à Bordeaux il a crée un groupe, un semblant d’équipe, qu’il n’avait pas lorsqu’il était venu à Monaco.
Une nouvelle fois, malgré un effectif irrégulier, Ricardo montre ses qualités de formateur, et de bâtisseur, qui profiteront surement à Guy Lacombe, son successeur.
Mais il aura manqué une âme à cette équipe, et des dirigeants intelligents pour lui permettre d’avoir des résultats semblables.




Conclusion :

C’est alors que Ricardo reprend son baluchon, direction le Brésil à São Paulo, une équipe en déconfiture. Retour gagnant, l'équipe reprend du poil de la bete, et joue la podium jusqu'au bout.

Ricardo est il vraiment l’incarnation de la mort du football ?
Est-il un type qui défie la conception du foot ?
Je vous laisse y réfléchir, en tout cas, j’ai développé ma conception de ce coach, ses défauts comme ses qualités, faites vous vôtre idée.
Monsieur Ricardo, Laurent Blanc, et surement Guy Lacombe vous disent merci.
Et moi aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi Respect pour Ricardo :cowboy:

A son retour au Brésil il a fait plus que jouer le podium cette année. Il a joué le titre jusqu'à la dernière journée.


">
" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="350">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'ai toujours dit de toute façon. Ce titre c'est effectivement sur 4 ans qu'on la gagné. Très bien résumé ;)


anonymous

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Rocky64

Ricardo a fait les bases de notre futur succès, merci à lui.

:hi:

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut dire bcp de chose sur lui mais il a rarement échoué comme entrainneur.

A monaco mais bon moi j'ai envie de dire qu'a Monaco le problème c'est surtout Monaco. Les entraineurs passe et c'est toujours le bordel.


">
" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="350">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette saison 05-06 :wub: Vu la grosse meeerde l'année d'avant c'etait magique. Dommage que ça termina pas tres bien avec les journées de Rennes (putin 2poteaux quand même) à Toulouse :/

Ah oui il a aussi fait atteindre à Marange un niveau inespéré. :ninja:

Et comme ça a ete dis on lui doit pas mal sur la reussite qui a suivi.

On peut dire bcp de chose sur lui mais il a rarement échoué comme entrainneur.

A monaco mais bon moi j'ai envie de dire qu'a Monaco le problème c'est surtout Monaco. Les entraineurs passe et c'est toujours le bordel.

C'etait aussi la merde dans la direction president et tous le tralala il me semble.


dude-man.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je parlais de la fin de son passge chez nous. Avec Rennes, Nantes Le Mans et donc Toulouse. ;)

La fin de sa premiere saison j'ai pas grand chose à redire. Quelques regrets pour Lille mais surtout pour le match car on avait aucune chance d'etre champion.


dude-man.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Carlito_Brigante

J'viens de voir ça :

http://fr.fifa.com/worldfootball/clubfootb...id=1092933.html

São Paulo joue toujours en essayant d'avoir un maximum de possession. C'est indispensable pour pouvoir déstabiliser l'adversaire

A São Paulo, Ricardo retrouve les joies du football offensif

"Vous savez, l'équipe vient avant le style de l'entraîneur. Il faut savoir utiliser des systèmes différents, en fonction des joueurs que vous avez à votre disposition. À Bordeaux, j'ai hérité d'un groupe qui venait de terminer la saison au bord de la zone de relégation. Je n'avais pas l'équipe pour pratiquer un jeu ouvert. À São Paulo, même si le club a traversé une mauvaise passe, je dispose d'une équipe organisée et sûre"

:rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai envie de dire : idole. Ceux qui lui reprocher de pas faire un jeu flamboyant : bah c'etait impossible


dude-man.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ancien joueur du Paris Saint-Germain, puis entraîneur de ce même PSG mais également Bordeaux et de Monaco, qu’il a quitté en 2009, Ricardo se trouve actuellement dans un état critique après avoir fait un malaise en plein match. Âgé de 46 ans, celui qui entraîne actuellement Vasco de Gama s’est écroulé sur le bord du terrain alors que son équipe affrontait Flamengo. Selon les premières informations en provenance de l’hôpital de Rio, où Ricardo a été transporté, ce dernier a été victime d’un accident vasculaire cérébral et d’une hémorragie interne.

Foot01.


17939015207969077071468.jpg

Vous voulez savoir toutes l'actu du FCN C'est ici :

http://fcn.pubfoot.com/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...