Jump to content
Slevin

Les "twists Psychologiques" Dans Les Films.


Recommended Posts

Bonjour à tous,

En tant que cinéphiles vétérans, la plus part d'entre vous connaissent sûrement un tas de film dont le charme entier réside dans un twist de-la-mort-qui-tue vers la fin du film où on apprend par exemple que tout se passe dans la tête du héros, que le héros est en réalité un fou, que le film n'est en fait qu'un rêve/fantasme de l'auteur, ou qu'il est sujet à des hallucinations. Je cite parmi ces films là : Identity, Shutter Island, Mulholand Drive, American Psycho, Inception, The Machinist, Fight Club)

Mais le truc c'est que, même si la plus part de ces films me plaisent beaucoup à moi aussi, il m'arrive de me poser des questions : à chaque fois qu'il y a un de ces "twist psychologiques", le film est très bien accueilli par une bonne partie de la critique, tout le monde salue l'esprit "visionnaire" du réalisateur, parle de son incomparable talent et du fait que ses "productions fassent réfléchir" ...

Mais il y a quand même un problème bien apparent avec ce genre d'histoires. C'est que même si le résultat escompté est là, c'est à dire "Faire réfléchir", le réalisateur peut n'y avoir aucun mérite

en laissant les spectateurs se démerder entre des tas d'incohérence/complexité auquel il n'a lui même pas de ravéponse, parce que "chaque spectateur peut voir sa propre version de l'histoire", et ainsi, des spectateurs peuvent arrivé à une explication assez plaisante là où le créateur du film n'a pensé que vaguement à expliquer un détail.

Franchement, quand je vois que 90% de ses films ont un large succès. Je commence à douter légèrement du mérite de la chose, je veux dire, si à chaque fois qu'un film intègre un de ses twists à son film, il a de grandes chances de bénéficier d'un succès monstre, où est la difficulté, et donc le mérite dans tout ça ?

A la limite, s'il y avait une réelle réflexion/classification de ces films entre bons/moyens/mauvais, j'aurai compris. Mais là, j'ai cette impression que ces twists anesthésient largement la critique, à chaque fois qu'un spectateur a une critique à faire sur ce genre de films, il se voit menacé d'une réponse expéditive du style "Oui, mais t'as surtout pas compris ce film, il est assez psychologique et complexe", "non mais ce film il faut le regarder 7 fois pour comprendre" . Certes, parfois c'est vrai, mais cela n'empêche pas que ces arguments peuvent aussi servir de bouclier à la critique quand le film est mauvais.

J'aimerai bien connaître votre avis sur le sujet, ça m'intéresse vraiment ;)


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

En gros tu trouves qu'il y a aucun mérite pour un réalisateur de creer un twist final avec plusieurs interprétations ?

Puisque on pourra sortir toute sortes de conneries possibles ?

C'est ce que je pense aussi, c'est pas terrible comme manière de faire selon moi, mais bon


grandmaster-leung.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quand même un peu plus nuancé que ça. Je pense surtout que ces films bénéficient d'une sorte de protection en quelque sorte, et que s'il y en a des bons, il y en a aussi qui profitent uniquement de ces twists alors qu'ils sont bien nases dans l'absolu ...


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est quand même un peu plus nuancé que ça. Je pense surtout que ces films bénéficient d'une sorte de protection en quelque sorte, et que s'il y en a des bons, il y en a aussi qui profitent uniquement de ces twists alors qu'ils sont bien nases dans l'absolu ...

J'aimerais bien que tu donnes des exemples.

Tu as cité les bons films dans ce genre dans ton premier message, mais pas les films que tu juges donc surclassé.

Mon point de vu :

Dans un premier temps, vu que la fin est ouverte, chacun peu s'imaginer ou interpréter les choses à sa façon. Quand on aime faire ce genre de chose, forcément le film a de grande chance de plaire.

Par contre une bonne partie du "grand public" n'aime pas les fins "bidon" (notez bien les guillemets), sans réelle fin donc.

Une fin reste une fin, quelle soit ouverte ou pas. Et justement, finir un film avec une fin remise en question, c'est beaucoup moins banal pour moi, donc il y a tout autant de mérite, voir plus.

En donnant une fin à Inception par exemple, le film n'en ressortirait pas grandit (là on en revient au fait que le "twist psychologique", comme tu dis, permet d'avoir une bonne critique).

Ce twist permet surtout de faire parler du film, donc là aussi ça contribue à son succès.

Et puis en général, la fin du film a une grande influence sur les impressions finales. Donc forcément quand on se prend une claque en fin de film, ça ré-hausse l'impression générale qu'on a eu du film.

Personnellement, j'adore ce genre de film. Quand on est mis sur un chemin, ou bien quand on ne sait pas où on va (d'ailleurs j'ai regardé The Machnist par plus tard qu'hier soir), et que tout le film prend un sens à la fin. Ou bien quand le dénouement final est remis en question et qu'on a pas de happy end.


19130468.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vegetomat : Je me suis fait bien chier devant Mulholand drive par exemple, et beaucoup de choses demeurent inexpliqués. Mais là il s'agit pas de dire quel film ou non bénéficie le plus de son twist, ce serait très subjectif comme débat.

Sinon, j'aime bien tout ce que tu as écris et normalement je te rejoindrai sur toute la ligne, mais il y a une nuance importante qui gâche tout pour moi : j'arrive même pas à trouver de films moyens/mauvais avec un twist psychologique, c'est ce qui conforte chez moi l'idée que ces retournement finaux contribuent largement au succès du film. Je veux dire, si c'était tellement dur à maitriser, qu'on arrivait à en faire un bon sur 10 navets, ce serait magnifique, mais là, j'ai l'impression qu'il suffit de faire un twist pour mettre une bonne part du public sur le cul.


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que je me suis spoilé tout seul la fin de plusieurs films :ninja:

Je vais digresser sur une petite typologie des fins de films, en fait il y a peu d'options satisfaisantes :

(mais réponses pas hors-sujet sont en gras, pour vous éviter de lire ma tartine)

Déjà, c'est chiant de trouver comment terminer un film.

Kevin Smith tuait Dante dans l'avant-dernière scène de Clerks., son premier film, parce qu'à l'époque il avouait "ne pas savoir comment terminer un film." Les spectateurs de ses premières projections n'aiment pas du tout la fin, tout comme des grands pontes du cinéma indépendant, qui lui ont justement conseillé de couper ça. Du coup, il a pu faire plein d'autres films dans son View Askewniverse, qui sans ça aurait été mort-né.

Autre exemple : Trainspotting se termine à peu de choses près de la même façon dans le livre et dans le film : Irvine Welsh a déclaré qu'il ne savait pas comment finir ce qui était son premier roman à l'époque.

Ensuite, Hollywood a tendance à vouloir finir un film sur une note d'optimisme : une happy end qui devrait agir sur le cerveau du spectateur pour le rendre heureux. Ils modifient plein de fin pour ça. Genre Pretty Woman devait finir à nouveau dans la rue, mais hey ! c'est Disney. Et il y a des gens comme François Bayrou qui ne regardent les films que si ça se termine bien, la plupart des productions vont vers cette fin "facile".

Donc quand il y a un type de fin avec un gros twist de la mort, ben ça change et ça fait son effet comparé à ce qui est proposé d'habitude, même si ça fait un peut déjà-vu.

La fin type "lourd secret, cadavre dans le placard", déjà vue littéralement :happy:

The departed :

Scorsese liquide un à un tous les personnages qu'il a construit et auxquels on tient. C'est éprouvant.
J'aime pas.

Usual Suspect :

fin amorale ? C'est le méchant qui gagne. Un twist psychologique ?

Y a les films avec une fin ouverte, généralement pour annoncer une possible suite : Batman Begins, logiquement. Ou des films qui attendent la fin du générique pour annoncer la suite : Pirates des Caraïbes. Certains films ont des fins dures, mais on sait qu'il y aura une suite, comme dans l'Empire contre-attaque, qui donne lieu à un débat dans Clerks. avec Dante qui aimes cette fin "Mais c'est sinistre, mais la vie est sinistre", tandis que son pote trouve la destruction de l'Étoile de la Mort dans le film suivant totalement dénuée de morale et donc géniale.

Polanski trouve des fins bizarres aussi :

Le bal des vampires :

en fait je ne m'en souviens plus :D mais le film m'a laissé une impression bizarre.

Pirates ! :

un retour au point de départ. La première fois j'ai détesté,
l'impression de m'être fait mener en bateau :ured_bandana:

La neuvième porte :

Alors là, fin de la mort qui tue, mais je n'ai jamais trouvé le temps de lire une explication complète de fan qui traîne quelque part sur internet.

Il y a les fins qui nous laissent lost (:hehe:) avec plein de questions, comme Tabou, d'Oshima. C'était assez chiant, je me suis rué sur les forums pour trouver des éléments de réponse. Puis j'ai rédigé une explication pour d'autres paumés pendant une partie de la nuit et ça m'a plu : http://www.allocine.fr/communaute/forum/me...;refmedia=.html

Donc je suppose qu'à côté des gens qui disent "débrancher leurs cerveaux" en regardant un film, il y a ceux qui aiment rentabiliser leurs 10 € ou leur temps libre en continuant à penser au mystère du film et à exciter leur imaginaire. Même si ça a d'abord un côté frustrant, si on est rentré dans l'univers, on veut essayer d'y rester. On peut mener l'enquête façon Jack Malone, suivre des fausses pistes et en discuter "en équipe", dans la vraie vie ou sur les forums. Anecdote sur ma vision de Fight Club :

à un moment, je me suis demandé si la nana existait ou si c'était un autre personnage dans la tête du gars.
:ninja:

Nolan aime bien les twists psychologiques dans certains de ces films :

Le Prestige, mais alors là je me sens floué par le narrateur qui nous fait croire que c'est facile et qu'on est des cons si on comprend pas. Je crois que la fin du livre est plus fantastique mais plus claire aussi. En plus, dans son making-off, Nolan voulait éviter de rentrer dans certains détails techniques par qu'il trouve que souvent ça rompt la magie des films en DVD :thumbdown:

Les twists psychologiques sont souvent (pas forcément plus que le reste de la production) des adaptation de bouquins. Les livres apportent certainement d'autres clés pour comprendre le mystère voire d'autres fins, ça doit bien aider à les vendre :ninja:

Donc en gros, c'est "dans ta gueule", si tu n'as pas trop apprécié l'ensemble du film, mais même dans ce cas ça ne constitue qu'une fin pourrie parmi d'autres possibles... Sinon, c'est tout bénef' pour occuper les longues s'occuper dans sa tête.

Pour l'aspect critiques de cinémas, y a plein de trucs qui fonctionnent toujours, on ne sait pas top pourquoi : genre les films sur les aveugles qui sont souvent primés et donnent lieu à des performances d'acteurs et/ou à des jeux stylistiques (Parfum de femme, le Temps d'un week-end, Goddess of 1967, Dancer in the Dark..). Il y a aussi les films sur les junkies, pour travailler les effets visuels des hallucinations (Trainspotting, Requiem for a Dream) et/ou leurs discours marrants (Jay et Silent Bob contre-attaquent, Human Traffic, Trainspotting encore.

Edited by magnolia-fan

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai tout lu :ninja:

je suppose qu'à côté des gens qui disent "débrancher leurs cerveaux" en regardant un film, il y a ceux qui aiment rentabiliser leurs 10 € ou leur temps libre en continuant à penser au mystère du film et à exciter leur imaginaire. Même si ça a d'abord un côté frustrant, si on est rentré dans l'univers, on veut essayer d'y rester. On peut mener l'enquête façon Jack Malone, suivre des fausses pistes et en discuter "en équipe", dans la vraie vie ou sur les forums. Anecdote sur ma vision de Fight Club :
à un moment, je me suis demandé si la nana existait ou si c'était un autre personnage dans la tête du gars.
:ninja:

Ah, mais ça je comprends parfaitement, j'aime bien réfléchir sur un film moi aussi. Le truc, c'est que justement pour accentuer l'importance de cette réflexion, de cet approfondissement dans l'histoire des films et tout ses détails, pour tout cela j'aimerai bien voir des films à twist mal accueillis par la critique, ça serait plus crédible, et ça donnera du charme aux films qui auront réussis leurs twists.

Là, j'ai l'impression que quasiment tout les twists sont assez réussis selon la critique, ça devient comme une sorte de "cheat code" (:ninja:) pour aboutir à un film à succès, et donc même l'aspect "réflexion" peut devenir corrompue si ça ne fait aucune différence entre "bon" et "mauvais" film à twist et que ça salue aveuglément tout film comportant cet effet.

Après je te rejoins pour les films à junkies, même si je n'ai vu que Trainspotting (dont j'ai bien aimé l'ambiance générale, de toute façon c'était obligé, j'avais largement accroché à Crimes Arnaques et botaniques qui est du même style) c'est un sujet à succès :ured_bandana:

Edited by Matias_Fernandez

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnolia t'y a compris quoi à la fin de Memento et du Prestige ? Parce que dans Memento y'a des miliers d'interprétations possibles, et le Prestige, elle est bizarre la fin

Genre Hugh Jackman meurt d'une balle, puis en même temps Michael Caine sort son speech sur le Pacte, l'Effet et le Prestige , et là on voit dans un des bocaux le clone ou bien Hugh Jackman lui même respirer, est ce que le clone se serait en fait fait tuer et l'original dans le bocal ?

grandmaster-leung.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kevin Smith tuait Dante dans l'avant-dernière scène de Clerks.

Ça je ne savais pas et heureusement qu'il ne le fait. Quand on pense qu'on aurait pu passer à coté d'un Clerks II :zbffraid:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Magnolia t'y a compris quoi à la fin de Memento et du Prestige ? Parce que dans Memento y'a des miliers d'interprétations possibles, et le Prestige, elle est bizarre la fin

Le Prestige je l'ai vu y'a un an et je me rappelle pas d'une fin aussi incompréhensible que cela :g:


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non mais la fin est très claire, mais on peut interpréter quelquechose d'autre.

">
" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="350">

Si tu comprends l'anglais, bah tu vois ou je veux en venir.

Edited by The Ballerina

grandmaster-leung.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi ce film, je l'ai déjà vu y'a tellement longtemps que j'ai du mal à me remémorer des détails là.

Mais justement le on devrait comprendre que le scénario du film est lui même composé des trois étapes d'un tour de magie, et quand tu te reconstitues le film, c'est assez logique. Rien de bien compliqué comparé à Memento par exemple :P


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le mec qu'on voit à la toute fin dans le bocal, y'a une bulle d'air qui s'échappe, tu crois pas que ca peut être le vrai Hugh Jackman et non un clone, et justement que c'est ça le Prestige, et donc Borden aurait tuer un de ses clones, il n'aurait pas cherché à comprendre l'Effet, et donc après y'a le Prestige


Je suis mal exprimé :lol:

grandmaster-leung.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le soucis majeur dans les fins ouvertes, c'est que ca sera de l'ad hominem a chaque fois.

Si c'est Djamel Debouzze qui realise le film, on dira que c'est de la merde, mais si c'est Spielberg, on jutera sur les cheveux de la voisine de devant...

Le pire, c'est quand meme ceux qui se finissent a la bate pour calmer leur excitation, en louant le genie ultime de l'auteur, meme quand celui ci a rate la fin de sa derniere grosse serie...Suivez mon regard...

Pour moi, le twist final bien reussi, c'est soit la fin UNIQUE, tres bien ficelee ou la fin OUVERTE où les 2(a partir de 3, c'est de la merde a mes yeux) hypotheses sont en beton arme mais que l'auteur decide de ne pas donner la fin, comme s'il decidait de faire son film 2 min avant la fin...


"¿Sabes a cuantos Mundiales ha ido Raúl? A tres, ¿sabes a cuantas Eurocopas ha ido Raúl? A dos, ¡dime las que hemos ganado!". "Yo con Raúl no me he bajado los pantalones"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a les films où l'on attend soit un nouveau twist, soit des explications et où finalement on n'a que la création d'un monde incohérent : Matrix 2 et 3, la montagne accouche d'une souris.

Mais les fins pourries sont moins graves pour moi dans un film que dans un roman ou une série télé.

Soit, tous représentent un investissement en temps et/ou en argent. Mais étant un lecteur lent, un film de 2 heures et bien plus digerable qu'un roman qui me prendrait plus de 10 heures à lire dérouler les kilomètres de textes et donc c'est moins grave, voire presque acceptable de m'avoir "gâché" 120 minutes que 600 minutes.

C'est en partie la même question pour les séries tv qui occupent 10 heures pour les plus courtes, avec des gens qui s'investissent sur des questions mystérieuses pendant des années... sauf qu'en télé, les scénariste savent rarement où ils veulent en venir, ils ouvrent des pistes qu'on ne reverra jamais, des incohérences aparaissent parce que les épisodes d'une saison sont tournés dans le désordre, bref c'est la porte ouverte à n'importe quoi. À l'opposé, presque tout est déjà là dans le scénario d'un film, les gens savent où ils vont. Si la fin est incompréhensible, c'est sûrment parce que des scènes importantes ont été coupées (pour ne pas dépasser la durée prévue ; par le choix autoritaire d'un producteur ; parce que les premières projection n'ont pas plu). Mais alors dans on pourra généralement retrouver ces scènes coupées sur DVD et des versions complètes du scénario traineront sur le net, tout n'est pas perdu quoi.

L'idée du coups de théâtre qui laisse pantois est vieille comme le monde. Je crois qu'il y en a une dans Le magicien d'Oz, mais je n'ai jamais vu le final d'aucune des versions de cette oeuvre. Il y a des films qui sont marketés ou qui marchent par le bouche à oreilles sur le fait qu'ils font bouillir le cerveau après, comme Primer, le film de science-fiction au mirco-budget de Shane Carruth.

Et justement, comme les films à twist font souvent beaucoup d'entrées, les gens en parlent entre eux partout, et donc les mecs qui attendent les DVD à pas cher ou la diffusion télé se font niquer la fin et pour eux (enfin moi quoi :cowboy:), il y a une partie de l'intérêt du film qui s'envole, même si ce n'est pas la fin d'un Agatha Christie à la noix (avec ses couplables à la con :thumbdown:)

Un carton à la fin des Diaboliques :

2726737764_f2d26fc85f.jpg

Certains auteurs disent qu'au niveau des idées, il n'existe en tout qu'un maximum de 10 histoires complètement différentes à raconter, depuis que l'homme est capable de parler (l'histoire de vengeance, l'histoire drôle, etc...)

Depuis des milliers d'années, des centaines de milliers d'histoires suivent les mêmes voies et créent de légères variantes.

On a vu qu'il n'y avait pas 36 façons de terminer un film.

Donc au final, rien n'est original... et tout fini par se ressembler.

D'après la liste de films dont on parle sur ce topic, le twist psychologique semble très à la mode depuis le milieu des années 1990.

Ça va devenir aussi relou que l'utilisation à outrance des flashbacks, flashforwards et autres poudres aux yeux narratives qui polluent nos écrans.

Dans un deuxième temps, ça va lasser car il va bien arriver un moment où deux twists seront identiques.

J'ai déjà vu le texte d'une jaquette de DVD qui m'a plus ou moins spoilé deux films comme ça :

Soit trois films nommés X, Y et Z.

"Z (2000) est à mi-chemin entre X (1995) et Y (1999)."

Un aspect positif pour finir : les fins ouvertes représentent un apport du point de vue quantitatif pour le spectateur puisqu'on continue à penser au film bien après l'avoir vu. Ils laissent un arrière-goût durable.

Magnolia t'y a compris quoi à la fin de Memento et du Prestige ? Parce que dans Memento y'a des miliers d'interprétations possibles, et le Prestige, elle est bizarre la fin

Genre Hugh Jackman meurt d'une balle, puis en même temps Michael Caine sort son speech sur le Pacte, l'Effet et le Prestige , et là on voit dans un des bocaux le clone ou bien Hugh Jackman lui même respirer, est ce que le clone se serait en fait fait tuer et l'original dans le bocal ?

Tu vas être déçu :

Le Prestige :

Bon en fait je ne l'ai vu qu'une fois il y a deux ans avant de prêter illico mon DVD :ninja:

Alors ce qui m'énerve, c'est que je trouve la narration vachement arrogante avec l'image du tas de chapeau au début et à la fin. OK on nous explique la logique d'un tour de magie, mais on nous dit aussi que tout est logique. Le truc derrière certains tours de magie est montré. Mais ensuite, il y a un élément fantastique (la "photocopieuse" de Tesla) qui arrive et qui défie le côté rationnel. Selon moi, le côté fantastique arrive trop loin dans le film, ça a rompu la suspension consentie de l'incrédulité (suspension of disbelief) de ma part. Je crois que j'aurais voulu avoir plus d'explications sur le fonctionnement du dédoubleur à la fin pour pouvoir y croire, même si c'est pas gagné d'avance.

Pour ce qui est de savoir si c'est le Jackman "originel" ou une "copie" qui survie, pour moi peu importe, pas de principe de précaution, ce sont physiquement des copies-conformes, avec les mêmes connexions neuronales et donc les mêmes souvenirs/idées. Le premier qui trouve une arme a la possibilité de tuer l'autre. Le fonctionnement est flou, si ça se trouve le clone vieillira plus vite comme la brebis Dolly :ninja:

Je ne sais plus très bien comment Jackman réalise son dernier tour, mais c'est vrai qu'on pourrait se demander si celui qui trouve la mort est un Jackman qui accepte de se suicider pour que le spectacle continue ou si c'est un Jackman qui est condamné un mort par un autre lui.

La bulle d'air, c'est peut-être un cadavre de Jackman qui se relâche et lâche un pet.

Le bouquin en anglais est chez moi, pas encore lu.

Memento :

Je m'attache à ma premire vision très conventionnelle, qu'apparement la plupart des gens ont après avoir vu ce film :

Teddy (Joe Pantoliano) dit grosso modo vérité à la fin, même si on a des raisons de douter car :

1) il a manipulé Leonard (Guy Pearce) pendant des mois.

2) il cherche à sauver sa peau.

Je n'avais pas l'habitude de voir des films où la narration/le narrateur mentent. Alors je crois que ce que dit Leonard est vrai.

Le cas Sammy Jankins a vraiment existé, on ne sait pas trop pourquoi, pourtant Leonard s'en souvient. On voit à l'écran des images de ce quis s'est passé pour Sammy et sa femme qui se confondent avec celles Leonard et la sienne : comme dans ce qu'il reste de la mémoire du héros, qui a mélangé des bribes des deux histoires.

Edited by magnolia-fan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bah c'est important de savoir si c'est l'original ou pas, pour voir si il a réussi le Prestige sur Borden, sinon j'ai bien aimé Bowie dans le rôle de Tesla, je l'avais même pas reconnu :lol:, je kiffe le moment ou Borden dit " Abracadabra " quand il se fait pendre, je croyais il s'était teleporté ou une connerie du genre, mais c'était juste son jumeau :lol:
Memento, je pensais que Teddy mentait encore, il l'a tellement manipulé qu'on ne sait plus qui croire ou ne pas croire

grandmaster-leung.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non mais moi je suis un gros pigeon :pigeon:, je roule toujours du côté du héros.

Même s'il se révèle être un anti-héros.

Et je suis prêt à me voiler la face sur certains de ces choix pour sauver l'honneur : Guy Pearce et Hugh Jackman for the win :thumbsup:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tu vas être déçu :

Le Prestige :

Bon en fait je ne l'ai vu qu'une fois il y a deux ans avant de prêter illico mon DVD :ninja:

Alors ce qui m'énerve, c'est que je trouve la narration vachement arrogante avec l'image du tas de chapeau au début et à la fin. OK on nous explique la logique d'un tour de magie, mais on nous dit aussi que tout est logique. Le truc derrière certains tours de magie est montré. Mais ensuite, il y a un élément fantastique (la "photocopieuse" de Tesla) qui arrive et qui défie le côté rationnel. Selon moi, le côté fantastique arrive trop loin dans le film, ça a rompu la suspension consentie de l'incrédulité (suspension of disbelief) de ma part. Je crois que j'aurais voulu avoir plus d'explications sur le fonctionnement du dédoubleur à la fin pour pouvoir y croire, même si c'est pas gagné d'avance.

Putain, j'ai eu exactement la même impression. J'ai bien apprécié le film mais ce truc m'a vachement agacé aussi. Je déteste à chaque fois qu'on m'annonce la sci-fi en retard, surtout que j'ai des antécédents avec MGS :ninja:

Sinon faut que je revois le Prestige, en un an, j'ai du mal à me remémorer tout les détails. Je vous envie d'avoir une aussi bonne mémoire :no:


 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'up le topic il est pas mal et il est un peu perdu dans les profondeurs de soccers


 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...