Jump to content
Sign in to follow this  
avram grant

Veronica Falls


Recommended Posts

Veronica Falls se forme en 2009 à l'initiative de Roxanne Clifford (chant et guitare) et Patrick Doyle (batterie), tous deux originaires de Glasgow et jouant précédemment ensemble dans le groupe Sexy Kids1. Ils sont rapidement rejoints par le guitariste James Hoare puis par Marion Herbain, une amie d'origine française, à la basse1. Cette dernière ne savait pas jouer de l'instrument lorsqu'elle a intégré le groupe et a appris sur le tas1.

Le quatuor sort un premier single, Found Love in a Graveyard, en 2010, suivi la même année par Beachy Head1. Un troisième simple, Bad Feeling2, est publié en 2011 avant la sortie du premier album Veronica Falls co-édité par le label Bella Union créé par l'ex-Cocteau Twins Robin Guthrie ainsi que Slumberland Records aux États-Unis3.

2012 voit la parution de deux nouveaux singles, My Heart Beats4 et Teenage5, extraits du second album, Waiting for Something to Happen, qui sort le 6,7. Une tournée à travers l'Europe et l'Amérique du Nord suit dans la foulée8.

Le groupe se produit très régulièrement sur scène et a déjà participé à de nombreux festivals, tels Primavera Sound Festival, La Route du Rock, Reading and Leeds Festivals...

 

Veronica Falls 2011

Il y a des pochettes qui attirent. Certaines ne laissent aucun doute quant au contenu. d'autres intriguent. Comme celles avec des maisons par exemple. Bon, on fait quoi là, on entre? on fait demi tour? On va boire un coup ou on s'.. Bref. La cabane de Plastic Beach par exemple, Le premier Black Sabbath, même si là faut quand même en avoir parce que bon, on a fait plus accueillant comme baraque. 
Celle de Veronica Falls, on hésite, elle serait à mi chemin entre la maison de la famille Sawyer au Texas, et celle d'une famille mormone, on est sûr de rien. Veronica Falls, ça fait un peu bled paumé à la Twin Peaks, non? Mais quand on est curieux....
"Found Love in a Graveyard". Merde, on est mal barré là. Son intro nous inviterait presque à pencher pour le premier choix (les rednecks du texas, accros aux tronçonneuses), mais vite on se rend compte qu'on tient là un groupe qui a tout compris (sans aucune transition, vous l'aurez noté). Twee pop, anorak pop, new wave, des pointes de shoegaze par endroit, mais bien plus que ça, ce n'est pas un groupe à liste. Une voix effrontée, qui fait sa maline l'air de rien, faussement naïve ("The Box"), piochant autant dans Elastica que dans Lush, le duo basse-batterie qui n'aurait pas grand chose à envier aux Feelies, sans parler des guitares savamment accouplées. Ils enchainent les chansons parfaites, comme une vieille cassette Sarah Records maison. Mais c'est bien plus cohérent qu'une bête compile (même maison). L'enchainement "Misery"-"Bad Feeling" - "Stephen" en clôture de première face, pour enchainer avec le pas-tout-à-fait-gothique "Beachy Eyes", ces anglais savent leur pop par coeur. ils peuvent la décliner sous toutes ses formes, urgente ("All Eyes On you") ou délicate ("Stephen"). Le résultat? Un disque connoté, über référencé forcément, totalement tourné vers le passé, mais ils assument complètement, ne sont pas là pour inventer quoi que ce soit. "Come On Over" avec son ouverture pas-vraiment-gothique-non-plus-tu-vois-juste-dark-mais-sympa, mais ils se l'approprient complètement, la retourne pour une métamorphose en un final orgiaque, tout en espoir, mais mélancolique toujours, faut déconner non plus.

 

 

 

Waiting something to happen 2013

 

Quoi de plus agréable que de se lancer à la découverte d’un nouvel album ? La première écoute de Waiting For Something To Happen m’embarque trente ans en arrière... sauf que nous ne sommes pas dans l’âge d’or des années 1980, mais bien en 2013, et que cet album n’est pas l'oeuvre de The Jesus & Mary Chain mais de Veronica Falls.

Deux ans après, les voilà de retour avec treize nouvelles chansons qui raviront tous les cœurs. Le tout premier titre de l’album, Tell Me, annonce la couleur. La légèreté est au rendez-vous, avec des mélodies qui charment tant par leur profonde délicatesse que par leur énergie. Waiting For Something To Happen est une bouffée de bonne humeur et de pop ensoleillée, à écouter à tout moment de la journée, aussi bien un après-midi autour d’une tasse de thé qu’en soirée avec des amis. Les refrains accrocheurs nous trottent dans la tête, on aurait presque envie de les chanter à tue-tête. C’est le cas de Teenage, titre accrocheur dont on ne se lasse pas et de Waiting For Something To Happen qui résonne comme un cri d’amour.

Certes, moins sombre que le précédent, ce nouvel opus gagne en intensité avec des mélodies toutes aussi légères les unes que les autres, mais accompagnées de riffs de guitare prononcés. Car, telle est la particularité de l’indie pop anglaise des années 80, savoir allier de douces balades au vacarme des guitares hurlantes. Waiting For Something To Happen ravira les nostalgiques de ces années où le 45 tours était maître et l’insouciance de rigueur.

 

  • Like 1

">
" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="350">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...