Jump to content

twb22

Juventus Turin Juventus Turin

By twb22, in Serie A TIM

Recommended Posts

Phénoménal il me régale. Et dire que la direction a hésité à s'en séparer...


20530221655b3915ad7c8e3fanaticsphoto.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le sombrero qu'il fait en fin de match :wub: 

Higuain commence à jouer trop perso' je trouve avec Ronaldo et il lui donne plus aussi vite le ballon qu'avant.

Ronaldo avait joué perso' contre Parme dans les arrêts de jeu mais là ce soir il y a la même occasion et il fait la passe à Ramsey qui foire l'action avec Matuidi. Un moment donné faut arrêter de faire de la merde, qu'il continue à jouer perso', lui au moins termine les actions.

 

Douglas il est vraiment à part, la virgule intérieur - extérieur qu'il fait en fin de première mi-temps pour se sortir du pressing le long de la ligne de touche. Si seulement il pouvait rester apte pour la C1.

Sarri a dit qu'il lui font faire un entraînement spécial et qu'ils évitent les lourdes charges d'entraînement avec lui. Mais c'est que maintenant qu'on pense à cette solution ? Jamais avec Allegri ils ont pensé à le faire entraîner différemment ? :facepalm:

Share this post


Link to post
Share on other sites

A voir sur la durée si il se blessera moins avec cette méthode d'entrainement...hier en tout cas il était loin d'être à 100% même si il a été bon surtout techniquement on voyait que physiquement il avait du mal il avait pas la vivacité qu'on lui connait et il était déjà cuit à l'heure de jeu.

 

Quel gâchis ce joueur quand même ça fout les boules,il serait fiable physiquement ce serait top 3 mondial à son poste.

 

Sinon j'ai bien aimé le match de Rabiot aussi il monte en puissance ça fait plaisir, pour moi lui et Bentancur doivent être les 2 mezz'ale titulaires.

Edited by G'J

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tactique dégueulasse, on s'est entassé dans l'axe avec le 4231 et on a rien crée. Higuain inutile devant et c'est toujours Dybala qui sort. 

Victoire largement meritée du Napoli


20530221655b3915ad7c8e3fanaticsphoto.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Clairement un non match oggi, un des pires si ce n'est le pire de la saison...

 

Matuidi faut arrêter avec lui c'est plus possible en ce moment

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il a envie de se faire fumer avec des déclas pareilles?


Arrivées : Mari, Soares, Willian, Gabriel, Ceballos (prêt) Akinola, Lewis, Salah-Eddine, Dinzeyi
Départs : Mkhitaryan, Martinez, Tormey, Omole, Dennis, Virginia, Jones, Greenwood, Matthews
Prêts : Mavropanos, Olowu, Medley, Swanson, Smith, Coyle, Osei-Tutu, Sheaf, John-Jules

Share this post


Link to post
Share on other sites

Emre Can prêté à Dortmund avec option d'achat obligatoire.

Jamais compris ce truc, c'est histoire de pas dépenser en hiver ?

C'est déjà son 3e club en Allemagne


 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

Share this post


Link to post
Share on other sites

A part quand Ronaldo tente des trucs en solo, il se passe rien, l'équipe est incapable de créer quoi que ce soit.

Et malgré le 3-0 contre la Fiorentina, c'était la meme chose.

Quand est ce qu'on verra la patte Sarri? La c'est du Allegri bancal qu'on voit

Edited by tidileboss


del-piero-real-2003.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère bien sur me tromper mais ça pue la saison sans titres...on voit toute les limites de notre effectif ce soir encore, Pjanic qui continue dans sa médiocrité et on a aucune alternative à son poste (y'aurait bien Bentancur mais on est tellement juste en mezz'ale aussi qu'on peut pas le bouger) Higuain idem on a pas d'autre 9 + ce fragile de Costa qui se reblesse...je parle même pas de nos terzini qui n'ont aucune doublure potable.

 

On a un gros souci soit on joue en 433 et Dybala ne peut pas jouer chose impossible vu son état de forme...soit on remet le 4312 et on a pas de 10...à la limite faudrait y tester Pjanic je comprend pas comment on a pas encore tenter vu comment il sert à rien en 6...

 

Toutes ces limites d'effectif ajouter à cela le manque de "faim" de titres comparé à nos concurrents me fait penser à une fin de saison de merde...

 

Le pire dans tout ça c'est d'entendre Paratici en janvier clamer haut et fort qu'on avait pas besoin de recruter car l'effectif était compétitif ?incroyable et on se permet en + de vendre Emre sans le remplacer.

 

Edited by G'J

Share this post


Link to post
Share on other sites

"vu son état de forme"... la formule selon moi vaut pour toute l'équipe... d'après moi, on verra la vraie Juve en 1/4 de CL (ça vaut pour les autres cadors européens).

La seule vraie limite que je vois pour l'instant, c'est DeLigt-Bonucci (moins bons défensivement que Chiello-Demiral); mais bon, DeLigt ne peut que monter en régime

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a fait une belle erreur en ne sachant pas faire jouer Emre Can dans notre milieu puis en le vendant 25 millions.

Il est bien meilleur que Matuidi et Pjanic .. khedira j'en parle même pas 


20530221655b3915ad7c8e3fanaticsphoto.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enorme entrée de Dybala !! Bon match 


20530221655b3915ad7c8e3fanaticsphoto.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pauloooo :wub: 

 

Godooo dans la gueule du borgne qui a tout fait la semaine dernière pour que ce match se joue à huis clos, au final il repart quand même avec 0pts :wub: 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By Tiaguinhoyt
      A video about the end of a legend in Real Madrid...
       
    • By Ibrah07
      Salut à tous,
       
      Je vends mes maillots de foot de différents clubs. Pour info, ce sont des vrais, pas de la contrefaçon made in ali express (à l'époque ça n'existait pas) ^^
       
      - Maillot du PSG Extérieur Saison 2000\2001 (époque Anelka, Okocha)
      Taille : L        Prix : 35 EUROS
       
       
       
      - Maillot du PSG Extérieur Saison 2001\2002 (époque Ronaldinho)
      Taille : XL        Prix : 35 EUROS
       
       
       
      - Maillot de la Juventus de Turin Domicile Saison 2007\2008 (époque Nedved)
      Taille : L        Prix : 20 EUROS
       
       
       
      - Maillot d'Arsenal Saison 2005\2006 (époque Henry, finale de la ligue des champions)
      Taille : L        Prix : 20 EUROS
       
       
       
      - Maillot de l'OM Extérieur Saison 2007\2008
      Taille : M        Prix : 20 EUROS
       
       
       
      - Maillot de l'Ajax Amsterdam Domicile Saison 2013\2014 
      Taille : L        Prix : 25 EUROS
       
       
       
      - Maillot de l'OM Extérieur Saison 2014\2015 (époque Bielsa)
      Taille : L        Prix : 25 EUROS
       
       
       
       
       
       
    • By twb22
      Cabrini est né à Crémone, une ville agricole près de Milan, le 18 octobre 1957. Il passa toute son enfance et son adolescence à Casalbuttano, près de Crémone. Son père. Vittorio, est un riche propriétaire terrien qui a toujours dirigé comme un expert sa vaste entreprise agricole, Antonio a connu à Casalbuttano une vie heureuse auprès de sa mère Graziella et de son frère aîné Ettore. C'est là aussi qu'il a connu Stefano et Gianpierro, ses deux grands copains avec lesquels il a commencé à tâter du ballon dans la cour de la ferme paternelle.
      La grande piété de sa mère, ajoutée à son talent naissant de footballeur firent qu'il se dirigea tout naturellement vers l'équipe du patronnage de Casalbuttano. Puis, à quatorze ans, Antonio commença à fréquenter le lycée de la ville de Crémone et c'est à partir de ce moment que se noua son destin de footballeur, le jour où il rencontra un certain Nolli chargé du centre de formation du club de la « Cremonese ». Antonio était un ailier gauche naturel, Nolli sut déceler en lui les qualités qui en font aujourd'hui un des meilleurs spécialistes mondiaux au poste d'arrière gauche. Pour l'anecdote, le seul vrai souvenir que conserve Cabrini de cette période, c'est qu'un jour, au cours d'un tournoi juniors, alors que la « Cremonese » affrontait son homologue de la Juventus de Turin, il dut marquer un certain... Paolo Rossi qui jouait à cette époque ailier droit. A seize ans, Cabrini effectue ses débuts en Troisième Division au sein de l'équipe première de la Cremonese. En moins de deux saisons, il fut repéré par les détecteurs de talents de la Juventus qui lui firent signer un contrat. Comme il est souvent de coutume dans le football italien, Cabrini fut prêté immédiatement à l'Atalanta de Bergame, un peu pour amortir son transfert et beaucoup pour s'aguerrir dans l'enfer de la Deuxième Division. Une année d'apprentissage et, au cours de l'été 1976, Cabrini revient normalement à la Juventus où il débutera en Première Division, le 13 février 1977, contre la Lazio, profitant d'une blessure du titulaire Gentile. La grande saison de sa révélation fut cependant la suivante, 1977-1978, avec l'apothéose du Mundial en Argentine où il fut l'un des éléments les plus en vue de la Squadra Azzurra. Mais, parallèlement à cette réussite sportive déjà peu commune, un phénomène étonnant de popularité, et on osera même dire d'idolâtrie, commença à se créer autour du personnage d'Antonio Cabrini qui devint « II Bell' Antonio » dans le cœur des Italiennes pour qui le culte du beau gosse est toujours vivace. La publicité s'est emparée de son image et, invariablement, le thème des campagnes par voie d'affichage représente une photo de Cabrini assailli par un essaim de jeunes filles en folie... et parfois plus ou moins dénudées.



      Vu de l'extérieur on pourrait penser qu'il tient du miracle qu'un jeune homme de vingt et un ans, beau, sûr de lui, riche (on estime ses revenus annuels à cent millions de centimes, impôts déduits) puisse mener sa vie en toute tranquillité. Mais il faut savoir que Cabrini est prémuni contre tous les genres d'excès. L'argent? Il est riche sans avoir besoin du football, par sa famille. La gloire? Son équilibre et son éducation de garçon de la campagne lui font mesurer très exactement la valeur et la relativité des choses. Les filles? Il mène une existence de célibataire discret, à tel point que les redoutables « Paparazzi » italiens qui le traquent n'ont encore jamais pu le débusquer en compagnie d'une « fiancée ».
      Sur le plan du caractère, Antonio Cabrini semble être un beau galet bien rond et bien lisse qu'aucune émotion ne peut accrocher. C'est ainsi qu'au début de la présente saison, la Juventus connut des problèmes de mise en route avec ses neuf « Argentins » fatigués, saturés de football. Cabrini (de même que Tardelli) fut écarté de l'équipe par l'entraîneur Giovani Tra-patoni pour qui il s'agissait davantage d'une mise au repos que d'une remise en cause de ses qualités. Le grand public et une partie de la presse alimentèrent la confusion et, très vite, on accusa Cabrini de ne pas mener une vie conforme aux exigences de son métier de footballeur professionnel. Cabrini ne répondit pas, se garda bien d'envenimer la polémique. Il savait que le temps travaillait pour lui... Ce garçon hors mode, ce personnage fameux mais qui n'accepte aucune contrainte de son succès, est difficile à cerner. En fait, il est bien plus vieux que son âge.
      « Ce n'est pas de ma faute, dit-il, si je ne suis pas bavard, effronté, tapageur. Je joue au football pour m'amuser. Le jour où le football ne m'amusera plus, je ferai autre chose. Je suis heureux en ce moment et j'en profite. Il y a ceux qui m'acceptent comme je suis et ceux qui m'envient, je crois que ma force c'est que moi, je n'envie personne. Je suis croyant, je vaK régulièrement à l'église.»
      La vie de Cabrini à Turin est un modèle de devoir accompli et de routine. Le matin : entraînement; l'après-midi : repos et, le soir, coucher à vingt-deux heures, et cela du lundi au vendredi. Ce jour-là, en fonction du calendrier, c'est soit le départ en déplacement, soit la « concentration » à Villar Perosa, un petit village au pied de la montagne, fief de Giovanni Agnelli, le patron de la Fiat et de la Juve.
      En dehors de ces activités, Antonio prépare une licence d'agriculture dans une école d'état afin de devenir ingénieur agronome. C'est dire s'il a déjà préparé sa reconversion pour retrouver Crémone, ses bois, ses champs. Sa vraie vie. Il existe un décalage assez important entre l'image que les tifosi ont de Ça brini et ce qu'il est en réalité. Pourtant, il ne tente rien pour modifier cette image et surtout, dans sa vie de tous les jours, il s'efforce de ne jamais donner prise au « sensationnalisme ». Il roule, par exemple, dans une Fiat 127 blanche, comme n'importe quel Italien. De temps à autre, un journal de la presse du cœur essaie de lui soutirer l'interview choc. C'est toujours un fiasco...
      En fait, sa naïveté qui pourrait le rendre vulnérable face à toutes ces sollicitations lui permet de sortir intact de tous les traquenards de la vie publique. Depuis peu, Antonio Cabrini a acquis une maison entourée d'un grand parc sur la colline de Superga, là où le 4 mai 1949, s'écrasa l'avion qui transportait l'équipe du Torino, championne d'Italie. Là, à l'abri de la ville, de ses fumées, de son bruit, il retrouve un peu de l'ambiance de son village natal de Casalbuttano.
      Même si son étoile de footballeur a un peu pâli au cours du mois de novembre — il dut même céder sa place de titulaire en équipe nationale malgré les regrets de Bearzot qui ne pouvait quand même pas se permettre de le retenir alors qu'il était remplaçant dans son club — Antonio Cabrini reste le champion le mieux aimé en Italie. Tout le monde s'accorde à reconnaître que c'était une simple mauvaise passe, que sa tête est solide et ses épaules suffisamment larges pour supporter le poids de sa gloire.
      Ce qui surprit quand même tous les observateurs, c'est le spectacle d'un Antonio Cabrini suivant quelques matches de ses amis de la Juventus de Turin, en civil, assis sur l'un des bancs de touche du Stadio Communale. Après Paolo Rossi qui semblait ne pas avoir « digéré » la Coupe du Monde d'Argentine, des journalistes en quête de sensations ne manquèrent pas d'écrire que Cabrini n'avait brillé que l'espace d'un été et que les excès de sa vie privée l'emportaient sur celle de footballeur.
      Alors que l'on pensait qu'il était à bout physiquement, le docteur officiel de la Juve a rassuré tous les inquiets : « De tous les sportifs que j'ai examinés, Antonio Cabrini est celui qui possède le meilleur arsenal de capacités physiques. Si la tête suit, je ne me fais pas de soucis pour lui. » A vingt et un ans, Antonio Cabrini a déjà prouvé qu'il possédait une maturité rare. (Janvier 1979)

      Cabrini restera 13 ans à la juventus avant de finir sa carriere de joueur à Bologne pour deux saisons. Il remporta la coupe du monde, la coupe d'Europe des clubs champions, 6 Scudettos,2 coupes d'Italie, 1 Coupe des coupes, 1 Coupe intercontinentale, et 1 Supercoupe d'Europe. Sa prestation en 1982 en Espagne fit de lui l'un des meilleurs arrieres gauches de tous les temps, Tres offensif sans pour autant delaisser son poste.

  • Promotion

  • Promotion

  • Promotion

×
×
  • Create New...