Jump to content

Riquel.Me10

Jeunesse Sportive De Kabylie

By Riquel.Me10, in Ligue 1 Mobilis Algérie

Recommended Posts

3 éme but tout à fait valable refusé à la JSK après on vient nous dire qu'on est favorisés ... :thumbdown:

6fkbfp7r.gif


sanstitre1unr.jpg

Ligue des champions de la CAF: 1981, 1990

Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes: 1995

Coupe de la CAF: 2000, 2001, 2002

Championnat: 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008.

Coupe d'Algérie: 1977, 1986, 1992, 1994, 2011

Supercoupe d'Algérie: 1992.

Share this post


Link to post
Share on other sites

D1 : La JSK et Hemani en pleine forme

La JS Kabylie a gagné deux points, ce jeudi, dans sa course avec l’Entente de Sétif. Dans le derby kabyle, la JSK accueillait la JSM Bejaia au stade du 1er Novembre. Les Canaris se sont imposés sur le score de 4-2, comme c’était déjà le cas au match aller.

Vidéos Les matchs de la journée

Le choc de la journée

Pourtant les Bejaouis ont bousculé leurs hôtes, allant même jusqu’à mener au score logiquement grâce à Braham Chaouch. Comme la semaine passée à Saïda, la JSK rate totalement son entame de match, et comme la semaine dernière, il aura fallu que Nabil Hemani tire son équipe vers le haut. Le joueur aux trois poumons parvient à égaliser dans un premier temps avant d’obtenir et de transformer un penalty plus que litigieux.

On le dénonçait la semaine dernière pour la première fois sur le site *, une nouvelle erreur d’arbitrage est venue émailler le fil du championnat avec cette erreur d’appréciation qui a couté un penalty mais aussi une expulsion aux visiteurs. A 2-1 et à 10 joueurs à la pause, la JSMB n’a plus le moral. En seconde période, la JS Kabylie reprend de plus belle et marque deux nouveaux buts suite à de très belles actions collectives. Hemani marquant même le premier triplé de sa carrière. Les Vert et Rouge parviennent à sauver l’honneur en fin de match à 4-2. Net succès pour la JSK qui a donné du plaisir à son public, amère défaite pour la JSMB.

Nabil Hemani : « Je n’y crois pas, je suis aux anges. Marquer un triplé est le rêve de tous les avant-centres. Dieu merci, j’ai pu marquer et aider mes coéquipiers. Comme je vous ai déjà dit hier, on ne va pas baisser les bras et on va travailler toujours pour être a la hauteur. Aujourd’hui quand mon équipe a encaissé le but béjaoui, nous n’avons pas douté et on savait qu’il ne faut pas décevoir nos supporters qui sont venus en force nous soutenir. Je pense qu’on a fait l’essentiel et surtout on a pris le large en marquant 4 buts, contre une des meilleures défenses du championnat. J’espère continuer sur cette lancée. Le match s’est déroulé dans un fair-play total et c’est ça la plus grande victoire. Je vous remercie »

Recueillis par Ouali Kardache

L’Entente de Sétif avait donc la pression, puisque elle jouait son match en fin d’après-midi. Les champions en titre recevaient l’USM Blida. Sur sa difficile pelouse, l’ESS a une nouvelle fois peiné face à un adversaire venu pour défendre. Les Sétifiens concèdent un nouveau match nul à domicile. Une mauvaise opération pour les coéquipiers de Hadj Aissa qui comptent désormais 4 points de retard sur le leader. Avec ce point gagné, Blida devient par la même occasion, la seule équipe invaincue en 2008. Car après la première défaite de Bejaia, c’est l’ASO Chlef qui s’est également inclinée à Khroub (2-0). L’ASK a acquis sa victoire avec 2 buts dans les dernières minutes.

L’USM Alger a empoché les 3 points à Bologhine contre le Mouloudia d’Oran. Laissant volontairement une partie de ses titulaires sur le banc, l’entraîneur du MCO, Eurico Gomes, n’est plus en odeur de sainteté à Oran et son poste ainsi que celui du président Djebbari semblent liés. L’USMA gagne enfin après 3 matchs sans victoires. Duel entre deux équipes en forme à Annaba. L’USMA local a battu le Mouloudia de Saïda (2-0). Annaba se retrouve aujourd'hui à 2 points de la troisième place.

Bonne réaction du Chabab Belouizdad, après deux défaites, qui a battu ce jeudi le Widad Tlemcen (1-0), grâce à un coup-franc de Mekhout alors que son équipe était en difficulté face au WAT, lointain dernier mais qui ne démérite pas. On n’arrête plus l’OMR ! Le club d’El Anasser a battu le CABBA sur sa pelouse (2-1) alors qu’il était mené à la pause. C’est le 3e succès de suite pour l’OMR. Enfin, la rencontre entre le Na Hussein Dey et le MC Alger s’est conclue sur un match nul (1-1) qui n’arrange aucune des 2 équipes de la capitale.

Farid Taleb

DZfoot.com

jsk4ever01 si tu pouvait nous mettre les photo de la rencontre jsk-jsmb sa serait sympa !!

merci et meri pour votre boulot !


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

rad7D619.jpg

rad9346A.jpg

radA0195.jpg

radB5509.jpg

rad614A4.jpg

rad6C1DF.jpg

radF7E6F.jpg

De rien, ça fait plaisir. Heureux de revoir des JSKistes sur le topic. :cowboy:


sanstitre1unr.jpg

Ligue des champions de la CAF: 1981, 1990

Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes: 1995

Coupe de la CAF: 2000, 2001, 2002

Championnat: 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008.

Coupe d'Algérie: 1977, 1986, 1992, 1994, 2011

Supercoupe d'Algérie: 1992.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.jeunessesportivedekabylie.com

Site officiel de la JSK lancé :cowboy:


sanstitre1unr.jpg

Ligue des champions de la CAF: 1981, 1990

Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes: 1995

Coupe de la CAF: 2000, 2001, 2002

Championnat: 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008.

Coupe d'Algérie: 1977, 1986, 1992, 1994, 2011

Supercoupe d'Algérie: 1992.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Demain match trés important face au Mco !

La victoire est imperatifs pour les poulains de Saib :rolleyes:

En tout cas le titre passe par un sans faute au 1er novembre !!

le match est en direct a 14h30 sur ART si je me trompe aps !!


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

JS Kabylie 2 - MC Oran 0

Hemani (61')

Bachiri (csc, 83')


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

JSK - Rabie Meftah en pèlerinage chez Matoub Lounès

«C'est lui la Kabylie»

La saison 2004-2005 sera toujours marquée d’une pierre noire dans l’histoire du club kabyle. Ce fut l’une des rares saisons au cours de laquelle les joueurs de la JSK sont partis en vacances les mains vides. Jugez-en : élimination en Ligue des champions africaine dès le premier tour face au modeste Fello Stars, élimination précoce en Coupe d’Algérie et perte du titre de champion durant les dernières journées après un nul à domicile face à Annaba. Face à ces échecs à répétition, Hannachi voulait frapper fort avant même la fin de saison en mettant le paquet pour recruter les meilleurs joueurs disponibles sur le marché : Yacef, Herkat, Oussalah , Ouslati et Hemani viendront tour à tour renforcer les rangs de l’équipe kabyle. René Taelman, le technicien belge sera engagé quelques semaines plus tard et ramènera avec lui deux excellents milieux de terrain, le Libyen Omar Daoud et le Béninois Wassiou pour faire de l’effectif kabyle le plus riche de la D1. Le nouvel entraîneur pensait avoir les choses claires avec d’une part les titulaires à part entière et les remplaçants qui devront saisir la moindre chance et d’autre part les jeunes promus qui se contenteront de s’entraîner et de suivre les matchs de la JSK depuis les tribunes ou en face de leur téléviseur. Pourtant, Taelman et après quelques séances d’entraînement en forêt changera vite d’avis à propos de l’un de ces jeunes loups débarqués de la catégorie junior : Mohamed Rabie Meftah a montré des aptitudes physiques hors du commun qui lui ont permis de surclasser tous ses coéquipiers et de trouver grâce aux yeux de l’entraîneur belge qui, tout au long de son passage à la JSK, l’a toujours convoqué dans les 18. Egalement impressionné par la condition physique et la hargne du cadet des Meftah, Jean-Yves Chay qui avait remplacé au pied levé Taelman, continuera à lui faire confiance en le convoquant sans lui accorder la moindre minute. La blessure de Raho constituera le tournant de la carrière de Meftah. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Meftah saisit sa chance et multiplie les prestations efficaces que même le rétablissement de Raho n’effacera pas. Une première convocation en équipe nationale changera complètement la donne et le grand Raho s’est retrouvé sur le banc comme doublure de Meftah. Ce fut l’année de tous les succès avec notamment le titre de champion d’Algérie au bout. Dès lors et en dépit de la parenthèse Aït Djoudi qui lui faisait moins confiance malgré son statut d’international, Meftah gagnera en maturité pour devenir avec Moussa Saïb la force tranquille d’une équipe kabyle étonnante de régularité. Il en est même devenu un symbole de par son statut d’enfant du club et de pur produit de l’école de la JSK. Comme sur le terrain, Meftah se fait discret avec les médias. Une timidité qui ne l’a pas empêché de passer avec nous la journée pour faire connaître aux supporters de la JSK les autres facettes de sa personnalité sous forme d’un reportage que voici :

«Pour moi, la Kabylie, c’est Matoub»

A l’issue de la dernière victoire face au MCO, Saïb a accordé à ses joueurs deux jours de repos. Une belle aubaine de rencontrer Meftah. Rendez-vous a donc été pris samedi matin à 9h 30 au quartier Mondial en plein centre ville de Tizi Ouzou. L’heure H, point de Meftah au lieu convenu. 10’ plus tard, notre portable sonne et affiche le numéro du joueur kabyle qui s’est fendu en excuses : " Mille excuses, je suis un peu en retard, je serai à vous dans quelques minutes. " Après les salutations d’usage, le premier geste de Meftah a été de faire un tour au kiosque du coin pour feuilleter Le Buteur dont la Une revenait sur le match du week end face au Mouloudia d’Oran. Premier constat : dans le quartier qui l’a vu grandir, Meftah est très apprécié puisque pendant les quelques minutes que nous avons passées sur place, il a été sollicité une dizaine fois pour des photos. Parmi ses fans, il y avait même une jeune demoiselle. Dès que nous avons pris place à l’intérieur de l’Audi A3 du joueur, ce dernier nous a proposé : "ça ne vous dérange pas trop si on fait une virée à Béni Douala ? Hier j’ai vu un long film sur Matoub et j’ai eu envie de faire un tour dans son patelin." Nous n’avons naturellement pas trouvé d’inconvénient d’aller faire ce petit pèlerinage au village du chantre de la musique kabyle. Quelques minutes avant d’arriver à Béni Douala, Meftah appelle son coéquipier Berrefane qui habite la région pour nous servir de guide le guide. On a trouvé le gardien de but kabyle à l’entrée du village à bord de sa Bora. Durant tout le chemin, on a été bercés par la voix de Matoub Lounès, véritable idole de Rabie. Même la sonnerie de son portable est une chanson. Pourtant et à la mort de Matoub, Meftah n’avait que 13 ans : "Cela ne m’a pas empêché de participer aux émeutes car j’ai grandi avec Matoub qui est plus qu’une idole pour moi à tel point que je ne peux pas écouter autre chose que Matoub, c’est lui la Kabylie." La discussion tournait presque exclusivement autour du Rebelle entrecoupée par quelques analyses de la rencontre du jeudi précédent. " On savait dès le départ que le match allait être difficile, en tant que leader nous sommes devenus l’équipe à battre, le MCO qui joue le maintien voulait coûte que coûte prendre un point. Heureusement que nous avons débloqué la situation en deuxième mi-temps, vous savez dans ce genre de matchs, le plus important ce sont les trois points."

«Saïb est un vrai pro»

Petit à petit, la discussion bifurquait vers le football et la JSK. Sur le chemin de Béni Douala, toutes les personnes qui reconnaissaient Meftah lui réclamaient le titre de champion d’Algérie. Ce dernier répondait par des sourires avant de lâcher : " Il y a quelques mois au lendemain de notre élimination en Ligue des champions africaine, personne n’aurait parié un sou sur nous, certains craignaient même le pire pour l’équipe. Aujourd’hui et à 9 journées de la fin, on est premiers avec sept longueurs d’avance, cela fait plaisir de voir tous ces gens parler du 14e titre, j’espère qu’on y arrivera avec l’aide de tout le monde. " Comment explique-t-il alors l’excellent parcours de la JSK après les inquiétudes du début de saison ? " Je dirais sans hésiter : le savoir-faire de l’entraîneur. Sincèrement Saïb a réussi de libérer les joueurs, c’est un vrai professionnel qui réussit souvent à mettre à profit sa riche expérience, personnellement j’ai appris beaucoup avec lui, c’est une fierté d’avoir une telle personnalité à la JSK. " On parlait des chances de la JSK de gagner le championnat lorsque Meftah s’est brusquement arrêté en faisant un geste à Berrefane pour lui demander de faire de même. "C’est là que Matoub a été assassiné !" Son visage triste s’est illuminé lorsqu’il a aperçu Lamara Douicher qui passait par hasard par là. "Quelle coïncidence !" a lâché Meftah avant de proposer à Lamara de nous accompagner à notre lieu de pèlerinage. Chose que le milieu de terrain kabyle a acceptée volontiers.

«Hannachi est un père pour moi»

On reprend la route et la discussion sur le football de plus belle. Le sujet cette fois-ci était un peu embarrassant pour le joueur puisqu’il s’agissait de ses contacts avec l’USMAn à l’intersaison. Meftah a dès le départ voulu que les choses soient claires : "Quitter la JSK pour une autre équipe algérienne ne m’a jamais traversé l’esprit, mais je ne pouvais quand même pas raccrocher au nez d’un président qui me sollicite. " Il nous racontera par la suite les détails des contacts avec Menadi : " Il y a eu plusieurs contacts en fait, mais jamais des négociations, M. Menadi voulait m’arracher l’accord de principe pour faire son offre, mais je lui avais dit à chaque fois que je n’étais pas intéressé. Cela ne l’a pas empêché d’insister et j’ai dû mettre mon haut parleur pour faire écouter à un ami les paroles de Menadi qui n’arrêtait pas de me supplier pour lui dire oui. J’ai donc un témoin pour confirmer mes dires." Il enchaîne tout de suite après pour expliquer cette fidélité indéfectible pour la JSK : "Je suis un enfant du club, j’ai été supporter de la JSK avant d’en devenir le joueur et je considère M. Hannachi comme mon propre père qui n’a jamais caché son estime envers moi. Je me rappelle que lorsque j’étais minime, il n’arrêtait pas de me parler et de me conseiller car j’étais stoppeur comme lui. Non, je ne peux pas trahir Hannachi même si Menadi me donnerait tout l’or du monde." C’est à ce moment-là qu’on est arrivés à Béni Aïssi au local commercial des Berrefane. Le frère aîné de Mourad nous rejoint et on continue vers Béni Douala. Au centre du village, Meftah s’arrête pour aller saluer et échanger quelques mots avec le père de Douicher. Ce dernier ne rate pas l’occasion de nous rappeler le but refusé à son fils à Saïda qui aurait pu changer le cours de la rencontre. On décide de rejoindre Taourirt Moussa et la tombe de Matoub à pied, ce qui nous a coûté plusieurs haltes pour les habituelles photos souvenirs avec les nombreux fans rencontrés en cours de chemin.

«Nous sommes chez Matoub Lounès»

A mesure que nous nous approchions de Taourirt Moussa, la discussion sur Matoub reprenait petit à petit. Meftah s’est même surpris à nous raconter en détails le film qu’il avait vu la veille. Il était 11h 30 lorsque nous sommes arrivés chez Matoub. Dans le garage, la Mercedes que le défunt conduisait au moment de son assassinat. Des photos, des coupures de journaux étaient collés aux murs dont une Une du Buteur : "Gagnez pour Matoub !" lisait-on sur Le Buteur la veille d’une finale de Coupe de la CAF. Meftah qui était plongé dans ses pensées a lâché avec tristesse : "78 balles, vous vous imaginez ?" en faisant allusion au nombre de balles qui ont transpercé le corps du symbole de la Kabylie rebelle. Il s’approche ensuite d’un tableau de Matoub pour y poser à côté. Recueillement devant la tombe du défunt et visite guidée de la fondation Matoub Lounès grâce à deux jeunes filles rencontrées sur place. C’est à ce moment-là que la cloche de l’école primaire mitoyenne a sonné pour libérer les chérubins qui ont vite reconnus leurs trois idoles. Petit match improvisé au cours duquel Douicher s’en donne à cœur joie. Retour à la fondation où Meftah admirait religieusement les cadres de son idole avant de demander à Lamara : "On n’a rien raté ?" "Normalement, non", répondit Lamara. Dans le bureau de la fondation, les joueurs posent avec un trophée, un fanion de la JSK et un autre de l’Algérie. Cela a donné des idées à Berrefane qui a glissé : "C’est le 14e titre." Ainsi soit-il Mourad. Fin de la visite et passage au registre des condoléances. A leur sortie de la fondation, les trois joueurs seront littéralement assaillis par les écoliers qui leur réclamaient des autographes. Apparemment, l’information de la présence de Meftah, Douicher et Berrefane a circulé comme une traînée de poudre. Il était 13h lorsqu’on a quitté les lieux. Douicher et Berrefane prennent congés pour rentrer chez eux alors que nous avons pris le chemin de Tizi Ouzou.

«12 ans et déjà responsable»

Meftah est plutôt connu par le prénom Rabie, mais administrativement il s’appelle Mohamed. D’où lui vient le prénom Rabie ? "A ma naissance, mon père a décidé de me donner le prénom de Rabie, mais une vieille voisine lui avait conseillé de m’appeler Mohamed, pour elle c’est le prénom qui me convenait, par respect à elle, mon père a choisi Mohamed, c’est aussi simple que cela. Une semaine après ma naissance, cette bonne vieille dame est décédé", raconte Rabie qui a grandi dans le bonheur simple et l’insouciance avec comme principal passe-temps les matchs de foot au quartier. "Je passais tout mon temps à organiser des matchs, j’étais la terreur des vieux du quartier qui m’appelaient ‘le voyou’. C’est sur les terrains vagues que j’ai attrapé le virus du football qui ne me quitte plus, cela n’a pas échappé à mon oncle qui m’a inscrit à la JSK alors que je n’avais que 10 ans. J’ai débuté en benjamin après la victoire en Coupe des Coupes de 1995, ce jour-là j’étais au stade avec mon oncle et c’est là que j’ai décidé de faire du football mon métier", dira encore Rabie Meftah. Grâce à sa grande taille, il a été désigné défenseur central dès le départ. "Je jouais parfois arrière droit, mais c’est au centre de la défense que M. Mounaïm Kherroubi qui m’a beaucoup aidé, me faisait jouer, cet éducateur m’a d’ailleurs marqué ", se rappelle Meftah qui a eu la première déchirure de sa vie à l’âge de 12 ans. "Mon père est parti en France pour travailler et malgré la présence de mon grand-père et de mes oncles, j’ai senti une grande responsabilité en tant qu’aîné, cela m’a forgé ". Appelé à choisir entre l’école et le foot, Meftah avait préféré continuer sa passion pour le ballon rond en quittant les bancs de l’école en 8e année fondamentale. Il n’avait pas eu tort.

«2005 sera gravée dans ma mémoire»

Avant Rabie, d’autres Meftah sont passés par la JSK : Mahieddine et Rahim avec lequel il a joué deux saisons. Cela l’a-t-il aidé ? "Au contraire, c’était une pression supplémentaire, car on ne peut pas faire oublier un monstre comme Mahieddine, Rahim a pour sa part tout fait pour faciliter mon adaptation dès mes premiers pas en seniors, il y a eu aussi Khaled décédé dans un accident de la circulation Allah yerrahmou et qui aurait pu être un excellent joueur. " Cela n’a pas empêché Rabie de se faire un… prénom après avoir commencé à s’entraîner avec les seniors qu’étaient les Dob , Saïb , Belkaïd , Raho , Benhamlat. "Mais c’est l’année 2005 qui restera gravée dans ma mémoire car elle m’a permis de devenir titulaire à la JSK, de gagner un titre de champion et d’être convoqué en équipe nationale, tout s’est enchaîné trop vite pour moi à tel point que je ne voyais plus le temps passer." Se souvient-il de son premier match officiel en senior ? "Et comment ! Même si Raho s’était blessé, je ne pensais pas que j’allais remplacer car dans ma tête j’étais arrière central, pas arrière droit. Lorsque M. Chay est venu me demander si je pouvais jouer à droite, j’ai dit ‘oui’ sans réfléchir car je pensais sincèrement que je ne faisais que remplacer Raho le temps qu’il se rétablisse. La suite tout le monde la connaît." Pourtant, tout n’était pas rose pour Meftah qui pénétrait et quittait le terrain sous les sifflets des supporters malgré ses bonnes prestations : "Je comprends la réaction des supporters pour qui Raho était le titulaire indiscutable et moi la doublure, moi-même je m’en suis fait à cette idée, mais au lieu de me décourager, ces sifflets ont, au contraire, constitué une motivation supplémentaire pour moi, j’étais obligé de me remettre en cause tous les jours pour être à la hauteur. Vous savez, beaucoup de jeunes joueurs ont été applaudis au début de leur carrière pour être ensuite descendus en flammes au bout de quelques matchs pour ne plus relever la tête, moi j’ai été en quelque sorte habitué à la difficulté à tel point que j’ai appris à faire abstraction de tout ce qui se fait en dehors du terrain. "Il est 13h 40 et notre interlocuteur comme nous d’ailleurs commençait à avoir faim. On était déjà à Tizi Ouzou et l’endroit indiqué pour calmer notre estomac c’était le Mac Ben, l’endroit préféré des joueurs de la JSK. En cours de route, Meftah est revenu sur la parenthèse Aït Djoudi qui ne le faisait pas jouer malgré son statut d’international pour dire son incompréhension."Même si je n’avais rien compris à sa décision, je ne lui ai jamais demandé quoi que ce soit, ce n’est pas dans ma nature", s’est-il contenté de dire.

«27 ans est le meilleur âge pour se marier»

Passant à un autre sujet, nous sommes revenus sur les contacts que Rabie avait eus l’été dernier avec des clubs étrangers. Le concerné confirme : "C’est vrai, au départ c’était le club turc de Galatasaray qui s’est renseigné sur moi, le président était au courant , il y a eu par la suite un club hollandais, un manager voulait également me placer à Strasbourg , mais tous ces contacts n’avaient pas abouti à quelque chose de concret. Il y a eu aussi une offre du Raja, mais entre le Maroc et la JSK, je préfère la JSK. Personnellement, je n’en fais pas une obsession car je suis encore jeune et je fais entièrement confiance au président qui saura défendre mes intérêts et ceux de la JSK, et puis je suis quand même dans un grand club. De toutes les façons, on verra bien d’ici la fin de saison." Tout au long de notre reportage nos questions tournaient autour de la JSK et de la Kabylie alors que sur un plan intime on connaissait peu de choses de Meftah : "Je suis tellement pris par ma profession que je ne donne pas beaucoup d’importance aux choses de la vie ". Même pas le mariage ? "Oui bien sûr, mais pas pour le moment, pour moi l’âge idéal pour se marier c’est 27 ans et les critères sont, la réputation et la mentalité, le physique c’est secondaire." N’y a-t-il que le football dans la vie de Meftah ? " Pas du tout, j’aime par exemple jouer à la play station avec mon ami Moh Hendel, je regarde beaucoup la télé et les rares vacances que j’ai eues depuis que je joue en seniors, je les passe à Béjaïa, mes plages préférées sont Saket et Boulimat, tout le reste de mon temps c’est le foot qui se l’accapare. "

«Anwa wigui imazighen me donne des ailes»

Dans tous les clubs du monde le public est l’atout majeur. A la JSK, les supporters sont connus pour être fidèles, mais aussi très exigeants. Malgré des rapports difficiles avec le public kabyle, Rabie Meftah voue à ce dernier un grand respect car pour lui "il est le seul à pouvoir demander des comptes de par son attachement au club et son soutien indéfectible. Personnellement et en tant que kabyle lorsque j’entends les supporters scander le fameux ‘anwa wigui imazighen’, j’ai la chair de poule, je me sens pousser des ailes et je suis prêt à mourir pour les couleurs de la JSK ". Le vœu du défenseur kabyle c’est de conquérir de nouveau l’Afrique «juste pour faire plaisir à nos supporters car je sais qu’ils aiment beaucoup la Coupe d’Afrique, je me rappelle encore la joie que m’a procuré la victoire de 1995 alors que je n’avais que 10 ans ". Il est déjà 15h 30 et Meftah devait aller se reposer un peu. Avant de prendre congé, il sollicite Zafour et Redouane le propriétaire du restaurant pour une photo pour ensuite faire un crochet chez le photographe du coin pour développer sur place les photos pris durant la journée. " Surtout celles prises chez Matoub", précise Rabie.

A. H.

En bref

Véhicule préféré : Audi A3

Plat préféré : El Methouam

Habillement : jeans et survêtement

La musique : Matoub

Le meilleur pays visité : Cap-Vert et Belgique

Le pays qu’il souhaite visiter : USA

L’adversaire qui l’a marqué : Mounir Zeghdoud

Le joueur qu’il aurait aimé avoir comme partenaire : Moussa Saïb en Algérie et Zinédine Zidane à l’étranger

Equipe préférée en Europe : FC Barcelone

Son complice en dehors du terrain : Brahim Zafour

Parfum préféré : Hugo Boss

Stade où il aime jouer : 5-Juillet

Meilleur souvenir : le titre de champion en 2006

Plus mauvais souvenir : l’année passée.

L’attaquant qu’il n’aime pas marquer : Issaâd Bourahli

Le onze du championnat :

Chaouchi, Meftah, Chebira, Demba, Zeghdoud, Dehouche, Belaoued, Bouazza, Hamidi, Younès, Ammour

Ent : Saïb


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

USMB - JSK

Á Blida pour un lendemain en …« roses » !

Même si le match de ce vendredi qui verra opposer les lions du Djurdjura aux gars de la Mitidja se jouera à huis clos, les débats seront sont doute très disputés et l’on s’impatiente déjà de connaître le résultat final de la rencontre. La raison de cet empressement ? La réponse est toute simple : tous les amateurs de la balle ronde sont unanimes à dire que, les Kabyles pourront sceller définitivement, disons presque, le sort du titre à Tchaker en cas de victoire bien entendu. Un succès à Blida fera certainement fléchir les bras aux poursuivants immédiats plus particulièrement à l’ESS qui apparemment n’arrive plus à suivre le rythme. La nette défaite, lundi écoulé, de Hadj Aissa and co face à leurs voisins du Bordj en est la preuve. Ils savaient pertinemment que seule une victoire à Bordj aurait permis de rester réellement sur les traces du leader et ce n’est plus désormais le cas. En d’autres termes, même si mathématiquement parlant rien n’est encore joué pour le titre, on peut d’ores et déjà avancer qu’il ne reste pas vraiment grand chose aux poursuivants pour pouvoir mettre davantage de pression sur les épaules des protégés de Saïb. Il ne leur reste tout compte fait qu’à guetter le moindre faux pas des lions du Djurdjura et les camarades de Zafour en sont conscients. Pour se prémunir justement de toute mauvaise surprise, les kabyles doivent d’une part renouer avec le succès à l’extérieur qui leur échappe d’ailleurs depuis quelques sorties et d’autre part, rester vigilants à domicile même si intraitables au stade du premier novembre. N’oublions pas le nul arraché par ces Blidéens mêmes à Tizi-Ouzou. Un autre stimulant donc pour prendre une revanche sportive sur les coéquipiers de Zouani qui seront sans doute revigorés par leur dernier succès en coupe d’Algérie arraché face aux Bordjis à …Tizi-Ouzou !

L’entraîneur des Blidéens Ifticene a déclaré après le match de coupe, que son équipe est condamnée de sortir victorieuse de toutes ses confrontations particulièrement à Tchaker et ce pour assurer son maintien parmi l’élite. Son homologue Saïb veut aussi négocier comme il se doit les matchs « de coupe » qui restent à jouer que ce soit à Blida ou ailleurs pour se « qualifier » au sacre final qu’est le titre de champion. Des débats intéressants en perspective auxquels la présence du public aurait donné sans doute plus de piment.

De toutes les manières et partant par précaution du principe que le football n’a jamais été une science exacte, le coach Kabyle dispose de tout son effectif ainsi que de tous les atouts pour aller « cueillir » l’USMB chez elle pour un lendemain en…roses

Voici la Liste des 18 Joueurs convonqués pour ce match :

Chaouchi, Mazari, Meftah, Herkat, Demba, Coulibaly, Zafour, Khedis, Dahouche, Abdeslam, Berramla, Douicher, Wassiou, Amaouche, Derrag, Hemani, Bensaid, Oussalah.


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Actualités

Reportage

Le nouveau stade de la JSK

0066.jpg

Le nouveau stade de la JSK est un bijou. Il sera construit selon les nouvelles recommandations et autres exigences techniques de la fédération internationale de football (FIFA) qui allient confort et sécurité. En effet, il sera apte à abriter les compétitions internationales telle que la coupe d’Afrique voire même la coupe du monde. En d’autres termes, le nouveau stade de Tizi-Ouzou est une aire de football moderne et digne du standing de la Jeunesse Sportive de Kabylie.

0070.jpg

Les travaux pour la réalisation du gigantesque projet ont été déjà entamés et sont dans la phase du terrassement des 44 hectares qui composent la surface du site. Un site situé sur un terrain vierge à l’entrée nord de Tizi-Ouzou à moins de 4 Kms du chef lieu de commune, plus exactement à Boukhalfa.

Séparé de la cité Boukhalfa par la route nationale 12 qui relie Tizi-Ouzou à Alger et outre son apport dans le domaine sportif proprement dit, le nouveau stade s’inscrit également dans une stratégie d’aménagement de toute une zone qui permettra une excellente continuité urbaine avec la ville de Tizi-Ouzou.

Totalement couvertes par une toiture de forme rectangulaire et arrondies aux angles, les tribunes du nouveau stade peuvent contenir 50 000 spectateurs et dont les premières travées peuvent rapprocher les fans jusqu’à 9 mètres de la ligne de touche créant ainsi une particulière ambiance de proximité avec les athlètes.

Les accès au stade ont été minutieusement étudiés pour faciliter le flux des spectateurs et par conséquent leur assurer un réel bien-être. Deux échangeurs routiers rattachés à la RN 12 irrigueront en effet toutes les entrées du stade et feront accéder parallèlement aux parkings conçus pour 4000 places. Aussi, de larges allées et des escaliers extérieurs ainsi que des passages souterrains relieront les différentes issues du stade aux gares routières limitrophes et à la gare ferroviaire de Boukhalfa.

Les professionnels des mass-médias n’ont pas été laissés en reste puisqu’un espace de travail adéquat de 300 places est prévu.

Lieu du site Boukhalfa

Durée du projet 48 Mois

Surface du site 44 hectares

Emprise du stade de football 39 700,00 M ²

Surface de la couverture 34 000,00 M ²

Dimension de l’aire de jeu 129 m x 89 m

Hauteur du stade 39 m

Tribunes publiques 45 000 places

Tribunes d’honneur 2750 places

Sièges loges VIP 2440 places

Tribunes journalistes 300 places

Rien n’a été laissé au hasard dans le projet puisque même l’envers des gradins sera occupé par divers locaux qui serviront aux activités :

1 D’accueil des joueurs et les officiels de match (vestiaires, aires de réchauffement, salle du commissaire du match, espace pour le contrôle anti-dopage,…).

2 D’accueil des spectateurs (billetterie, contrôle d’accès électronique, sanitaires, stands, rafraîchissement,…).

3 D’accueil des médias et télécommunication (salle de rédaction, centre des médias, studio de télévision, salle de conférence,…).

4 Des services d’hospitalité VIP pour l’accueil des invités, partenaires et sponsors (loges, salons, cafétéria, restaurant,…).

5 De sûreté et de sécurité (salle de contrôle, système vidéo-surveillance, salle des premiers secours,…).

6 De stationnement (parking des équipes, des officiels du match, du personnel du stade, des médias,…).

7 De gestion, maintenance et entretien, logistique et organisation du stade.

0064.jpg0063.jpg

D’autres services et d’autres activités sont prévus dans le programme tels que des magasins, des restaurants, des agences, un hôtel,…qui assureront certainement une dynamique quotidienne et permanente du lieu.

En résumé, un immense stade à l’image de la grandeur de la JSK verra enfin le jour. Un stade ultra moderne qui offrira sans doute toutes les conditions pour une meilleure pratique du football et favorisera une ambiance des plus colorées dont seuls les supporters des jaune et vert ont le secret.

soucre : http://www.jeunessesportivedekabylie.com/?...id_actualite=75

Edited by ferhat

delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

cool nouveau stades,nouvelle emplacement et nouvelles pelouses :thumbsup:


rafikjn6.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

22 eme journée

UsmBlida 1-1 jskabylie

But de diss a la 46 eme popur blida

et egalisation de coulibaly a la 80 eme

la jsk garde 8 point d'avance sur setif qui compte un match en retard !


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fier de suporter la JSK =) Merci pour l'info ferhat

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans un match disputé à huis-clos, les joueurs de Moussa Saïb se sont présentés dans une configuration ultra-défensive, ce sont les locaux qui vont ouvrir le score par Smaïl Diss sur corner juste avant la mi-temps. Au retour des vestiaires, le coach kabyle incorpore deux attaquants mais c'est le défenseur malien Idrissa Coulibaly qui sauve les meubles à la 85e minute d'une tête sur coup franc.

dzfoot.com


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est de l'intox pour le stade, comment on peut mettre en ligne la maquette sur le blog de Hannachi alors que l'avis d'appel d'offre a ete publié le lendemain sur un quotidien national ?

Victoire ô combien importante face à l'USMB, personellement je suis déçu parcequ'on pouvait revenir avec les 3 points chez nous mais Saib ne fait pas jouer Berramla encore une fois, heuresement qu'il a joué en seconde période et on a bien vu la différence. À croire que le coach n'a pas retenu l'épisode face à l'ASO Chlef. Content pour Coulibaly qui inscrit son premier but ... et qui tacle son coéquipier. :lol:

Le sacre passe par une victoire face au MCA, d'un côté pour conforter notre place et de l'autre pour les enfoncer encore plus incroyable comment je deteste ce club qui se contente de raconter son histoire sans jamais progresser, et ça dure depuis dix ans, la relegation sera largement meritée.

Photos du match : http://www.jsknews.net/Album%20Photo/USMB_JSK/index.htm

Vidéo du match : http://www.dailymotion.com/video/x4k0pl_us...jskabylie_sport

Edited by jsk4ever01

sanstitre1unr.jpg

Ligue des champions de la CAF: 1981, 1990

Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes: 1995

Coupe de la CAF: 2000, 2001, 2002

Championnat: 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008.

Coupe d'Algérie: 1977, 1986, 1992, 1994, 2011

Supercoupe d'Algérie: 1992.

Share this post


Link to post
Share on other sites

XD nous aussi on esseye de mettre un peu d'intox sur ce site européen :lol:

merci pour les photos

Edited by ferhat

delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites
-_-'

Quelque chose à dire l'ami ou le match nul t'a donné des sueurs froides ? :confused1:


sanstitre1unr.jpg

Ligue des champions de la CAF: 1981, 1990

Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes: 1995

Coupe de la CAF: 2000, 2001, 2002

Championnat: 1973, 1974, 1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989, 1990, 1995, 2004, 2006, 2008.

Coupe d'Algérie: 1977, 1986, 1992, 1994, 2011

Supercoupe d'Algérie: 1992.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le fait que vous me donniez de faux espoirs pour le stade :mellow:

Share this post


Link to post
Share on other sites

ne tkt pas on aura bien un stade mais comme il est prevu pour 2012 bah on l'aura comment dire 5-6 ans en retard xD


delpieroorg3.png
You can't ban a ParisSG fan
Oui c'est toi l'amour de ma vie

Share this post


Link to post
Share on other sites
ne tkt pas on aura bien un stade mais comme il est prevu pour 2012 bah on l'aura comment dire 5-6 ans en retard xD

mdr c'est vrai en + en algerie on est toujours en retard

exemple : en france l'industrier du dvd s'arette et le blue ray commence tandis qu'en algerie on est est toujours a l'ancien vcd mdr


rafikjn6.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Promotion

  • Promotion

  • Promotion

×
×
  • Create New...