Jump to content
Sign in to follow this  
timo

In Lingua Corsa


Recommended Posts

Lingua corsa
Fate u piacè, scrivite in corsu...incu a guasta s'ampara



Pinzutti FORA ! :D
Edited by timo

en sommeil ...



Share this post


Link to post
Share on other sites

Ô ghjenti, quale hè chì t'hà avutu l'idea di fà issu sughjettu?

Bravu à ellu! :thumbsup::thumbsup:


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

A Lingua corsa

Parlé en : France, Italie

Région : Corse, nord de la Sardaigne

Nombre de locuteurs : env. 250 000

Typologie : Syllabique

¤ Classification par famille

- Langues indo-européennes

- Langues italiques

- Langues romanes

- Langues romanes méridionales

- Corse

Non reconnu par la Constitution de la République française.

Échantillon

Article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme (Voir l'article en Français)

Articulu Prima

Nascinu tutti l'omi libari è pari di dignità è di diritti. Pussedinu a raghjoni è a cuscenza è li tocca ad agiscia trà elli di modu fraternu

_____________________

Le corse actuel est un ensemble de dialectes romans (c'est-à-dire issus du latin, comme l'italien ou le français), subdivisés en deux groupes dialectaux principaux, le cismontincu (appellation traditionnelle : cismontano), très "proche" du toscan, et le pumuntincu (appellation traditionnelle : oltramontano), qui présente des caractéristiques communes avec les parlers de l'Italie méridionale, mais aussi avec le sarde, voire les dialectes siciliens. Cet ensemble de dialectes corses s'est toutefois donné une certaine unité, en ce sens que des règles au niveau de l'écriture permettent, par exemple, de passer de l'un à l'autre (langue-toit). Cette coexistence de l'unité et de la variété a donné naissance au concept sociolinguistique de langue polynomique.

La langue corse est parlée en Corse mais également au nord de la Sardaigne (en ce qui concerne sa variante pumuntincu, avec les dialectes que sont le gallurais et le sassarais). Son statut de langue proprement dite est relativement récent : il date des années soixante du XXe siècle), et est contesté par de nombreux linguistes, qui y voient une revendication politique sans fondement du point de vue linguistique. Au sens de la classification établie par l'Unesco, le corse fait partie des langues menacées de disparition avant la fin du siècle.

Pour certains linguistes, il ne rentre pas dans la définition généralement admise de langue romane distincte, étant donné sa forte proximité avec l'italien (surtout le toscan, les dialectes autour de Rome et ceux de l'Ombrie) et ses autres variantes.

¤ Aussi, l'appellation de langue, adoptée dans cet article, est-elle considérée comme impropre pour certains linguistes spécialistes des langues romanes alors qu'elle est unanimement reconnue, par exemple, pour la langue sarde.

¤ En revanche, d'autres linguistes considèrent le corse comme une langue à part entière, compte tenu de l'unité consituée par l'ensemble des dialectes insulaires. Ils font également valoir que le fait de ne pas reconnaître à une langue un tel statut est souvent utilisé pour minimiser l'impact de l'extinction possible d'une langue. De fait, le corse est reconnue comme une langue par la norme internationale ISO 639.

En fait, les deux positions sont parfaitement conciliables : la première est tenue d'un point de vue typologique (structural), alors que la seconde l'est du point de vue des représentations et de l'élaboration. En sociolinguistique, la typologie de Heinz Kloss a résolu le problème de la définition d'une langue: le corse est une langue par élaboration ou langue Ausbau (élaboration séparée de l'italien); mais le corse et l'italien, par l'affinité de leurs structures, forment ensemble un diasystème (ou langue par distance ou langue Abstand).

Répartition géographique des dialectes

Au sein des langues romanes, le corse appartient au groupe linguistique italo-roman. La langue corse est employée dans l'ensemble de l'île (sans que son emploi y soit généralisé), à l'exception des villes de Bonifacio et de Calvi où l'on parle encore un dialecte ligure d'origine génoise. Du fait d'une ancienne et forte émigration de Corses sur l'île de la Maddalena, au nord de la Sardaigne, on y parle le même corse qu'à Sartène. Le gallurais ou gallurien (gallurese ou gadduresu), dialecte de la région de la Gallura, au nord de la Sardaigne, est également très proche des parlers du sud de la Corse (ceux-ci sont d'ailleurs plus proches entre eux qu'avec les autres variantes du corse, cf. R.A. Hall, Jr.), comme également ceux parlés autour de Sassari (le sassarese, sassarien) ? alors que le sarde proprement dit doit être considéré comme une langue nettement distincte (elle est très différente de l'italien et de ses différents dialectes). Par exemple, tous ces dialectes corses et non-sardes de Sardaigne ont un pluriel en -i comme en italien, alors que le pluriel sarde typique est en -s (comme en français ou en espagnol). Néanmoins, un substrat probablement commun aux deux langues sarde et corse et l'appartenance à une Romania africana donnent de nombreux traits communs aux deux langues, renforcés par l'ancienne et importante occupation pisane et aragonaise commune. Le son cacuminal, partagé par le dialecte de Sartène et la plupart des dialectes sardes, ou l'interjection (très fréquente) [a'jo]!, commune dans les deux îles, en sont des traces encore plus anciennes (antérieures, sans doute, à l'occupation phénicienne des deux îles).

Les principales variantes du corse sont le sartenais, qui englobe le sassarais et le gallurais de Sardaigne, le taravais, le corse de la région de Vico-Ajaccio, le corse septentrional (Cap Corse et Bastia) et le dialecte de Venaco. Traditionnellement, tous ces dialectes sont répartis en deux groupes : le cismontano et l'oltramontano. La ressemblance du lexique varie entre 79 et 89 %. Le dialecte génois de Bonifacio est le plus proche de celui de Bastia avec 78 % de ressemblance lexicale.

Langue et culture

siècle, avec la date clé de 1852 où seul le français devient officiel et où l'italien est proscrit, le corse et l'italien sont considérés comme deux formes d'une même langue (un diasystème), le corse étant la forme parlée, avec ses variantes locales, l'italien la langue écrite. À partir du Second Empire, le corse se trouve coupé de l'italien qui n'est plus la langue administrative de l'île et tend à être perçu ? notamment à travers le lent développement d'une littérature d'expression corse ? comme une langue autonome. Actuellement deux courants de pensée s'opposent chez les universitaires. Ceux qui pensent que la langue corse est issue du toscan puis s'en est un peu détachée pour évoluer jusqu'à nos jours (avec des traces anciennes, antérieures à la Romania, comme le son cacuminal), et ceux, qui pensent qu'elle a evolué séparément assez tôt (depuis le bas latin) jusqu'à notre époque en subissant tout au long de son histoire les influences linguistiques des différents « conquérants », dont notamment le toscan, ou aujourd'hui le français. Cette dernière hypothèse n'est défendue que dans des publications de type nationaliste, le statut toscan du corse, avec lequel il partage une ressemblance lexicale de l'ordre de 90 %, n'étant remis en cause par aucun romaniste, malgré ses particularités et ses variantes.

Le mouvement culturel corse n'a pas vraiment cherché à imposer une langue unifiée à l'ensemble de l'île. Les linguistes corses parlent de « langue polynomique » ; son enseignement est fondé d'abord sur chaque variété locale puis sur la connaissance passive de l'ensemble des parlers de l'île. On assiste toutefois, depuis quelques années, chez les intellectuels, les créateurs, les professionnels de la communication, à l'émergence d'un « corse élaboré », relativement unifié. Cette langue présente sur un territoire où la pression démographique est faible, où la volonté de parler français (phénomène que l'on retrouve fréquemment ailleurs) pour mieux « s'intégrer » a crée une cassure linguistique entre les générations de la deuxième moitié du XXème siècle, où l'omniprésence d'une langue autre que le corse n'a jamais été aussi forte et massive qu'aujourd'hui (médias, scolarisation...), où un brassage des populations accru fait que les parents pouvant transmettre leur langue maternelle se font aujourd'hui de plus en plus rares, où enfin l'état français ne prend en compte que partiellement la réalité des langues dites minoritaires,fait que la question de sa survie est clairement posée. Le mouvement nationaliste récent lui a obtenu un statut de langue, enseignée de façon facultative dès l'école primaire.

Du fait que le corse n'a jamais été écrit sous l'occupation pisane ou génoise, il est remarquable que les toponymes officiels de Corse sont pour la plupart écrits en italien et non en corse. Aux XVème et XVIème siècles, quelques cartographes français se sont risqués à les traduire, mais seuls demeurent L'Île-Rousse et Saint-Florent (en italique apparaissent les noms historiques italiens ou français aujourd'hui hors d'usage).

40992189rb9.png

C'est une langue régionale de France, dans la liste officielle publiée par le gouvernement français (ministère de la Culture/DGLF). Toutefois, ce n'est pas une langue officielle en France, seul le français y ayant ce statut. Au même titre que les autres langues régionales françaises, la langue corse est actuellement menacée de disparition, au sens de la classification établie par l'Unesco.

Esempiu

20969339ub7.png

Quelques uns parmi les principaux acteurs de cette histoire....

Salvatore Viale : premier texte corse imprimé en 1817 "u sirinatu di Scappinu".

Paul-Mathieu de la Foata (1817-1899) : évêque d'Ajaccio de 1877 à 1899. Ecrivain de talent, historien, poète, il a composé de nombreuses oeuvres en français, latin, italien et corse. Auteur notamment de "Poesie giocose, in lingua vernacola della pieve d'Ornano".

¤ Francesco Domenico Falcucci (1835-1902) : écrivain (poèmes, recherches philologiques), auteur du "Vocabolario dei dialetti della Corsica" (premier dictionnaire corse-italien publié en 1915) dont le rôle a été déterminant dans la fixation de la graphie corse, avec notamment l'apparition des ghj et chj pour indiquer des sons différents des ghi et chi communs au corse et à l'italien.

¤ Santu Casanova (1850-1936) : écrivain fondateur de l'hebdomadaire "A Tramuntana", écrit en langue corse, paru de 1896 à 1914.

¤ Paul Arrighi (1895-1975) : fondateur de "L'annu corsu" paru de 1923 à 1939.

¤ Mathieu Ceccaldi (1893-1993) : auteur du dictionnaire corse-français et d'une anthologie des écrivains corses.

¤ Pascal Marchetti (né en 1925) : auteur de "Intricciate è cambiarine" et de divers ouvrages historiques ou linguistiques. Auteur également du dictionnaire corse-italien-français "L'usu corsu" et d'une méthode d'apprentissage du corse "U corsu senza straziu".

Site Web

1/ http://perso.orange.fr/gbatti-alinguacorsa/index.htm

2/ a lingua corsa adatta à e nove tecnulugie

3/ wiktionary di Lingua Corsa

4/ Wikipedia di Langua Corsa

Edited by populucorsu2b

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous pouvez me traduire "passe avant le meilleur" en langue corse, svp ?

Dans quelle phrase l'utilises-tu?

Edited by Corsu è n'è sò fieru

UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous pouvez me traduire "passe avant le meilleur" en langue corse, svp ?

"Passa nanzu u megliu" mais le sens peux changer faut me dire la phrase entiere ou si c'est que "Passe avant le meilleur".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ti ringrazie Timo per u topicu :icon_biggrin:

è grazie à populucorsu2b per a storia :thumbsup:


Tyrone Mears fan club

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ô ghjenti, dormini à u Sporting o chene? Ùn ani presi chè 3 ghjucadori, sin'avà!


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut les gars , je vient pas pour mettre la merde :hi: , mais un ancien du village m a dit que le corse c'est plutot un dialecte derivé du toscan qu'une langue parce qu il n y a pas de grammaire . c'est vrai ? en tout cas j'en veut a mon paternelle de pas m avoir appris :doh:


antimadridista--large-msg-118216346253.j

Share this post


Link to post
Share on other sites
Langue corse

La langue corse est une langue issue du bas latin et du toscan médiéval. Elle a remplacé une langue vraisemblablement d'origine étrusque matinée de grec que les Romains décrivaient comme "barbare". La langue corse actuelle a été influencée selon les micro-régions de l'île par le toscan au Nord tandis que l'extrême-sud restait soumis à l'influence du bas latin. Cela se révèle notamment dans la forme des pluriels masculins (issus du neutre latin dans l'extrême-sud) et dans la forme initiale de termes restés proches du latin tels "u casgiu" pour le fromage directement issu de "caseus" en latin. Les linguistiques décrivent ces différentes variétés comme une forme de polynomie. Les différentes variétés sont intercommunicantes mais variées. La langue corse est le véhicule de la culture corse, riche de ses chants, ses polyphonies, ses proverbes, ses expressions, etc. Elle est l'objet de nombreuses revendications concernant sa protection, son enseignement. L'Etat affiche une volonté politique de promouvoir l'enseignement de la langue et de la culture corse, en réalité les initiatives en faveur de cet enseignement sont marginales et totalement innefficaces. Enseignement facultatif d'un maximum de 2h par semaine,laissé au bon vouloir des maîtres dans le primaire, rien de comparable avec les efforts très efficaces réalisés en Espagne pour le catalan et le basque par ex...Cependant, la langue corse est considérée par l'Unesco comme une langue en voie de disparition, de même que 90% des langues de la planète. On estime d'ailleurs depuis 2006 que la langue corse, ainsi que certaines langues italiques tels que le sicilien, le calabrais, le vénétien, est l'une de celle qui est le plus proche du bas-latin tel qu'il fut parlé à l'aube du Moyen-Âge. Elle est, notamment pour sa variante du nord, extrêmement similaire aux dialectes du centre de l'Italie (Toscane, Ombrie etc.) et elle est aisement comprehensible par les Italiens, notamment pour ceux de l'Italie centrale. Il est donc normal que les noms de familles corses puissent être trouvés diffusement dans les régions centrales de la péninsule. Autrefois langue orale, mélange d'origines latine, italienne, elle est actuellement codifiée et structurée par l'Université de Corte (Università Pasquale Paoli di Corti) et défendue par de nombreuses associations insulaires.

Pour éviter quelques débordements :D:book:

Edited by aimar

I'M BACKKKK !!!

qui-a-peur-des-gitans.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca fait debat , mais pour moi c'est une langue a part entière.

De plus il y en a de la grammaire puisque je l'ai etudié au collège ^^


en sommeil ...



Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet le Corse est un dérivé du Latin et du Toscan. Mais la grammaire existe !

la preuve

prenez votre temps, hein! :D:D


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites
hè l'estate, a machja brusgia  :(

Ahè, cume sempri, disgraziatamente...

Hà pichjatu ancu à mezzu à e case, in Furani!!

Certi chì s'annoiani...


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

È avà, ind'a categuria "Ci vole à tumbà" :

Polémique autour d'une certaine interprétation de l'histoire de la Corse  (Aujourd'hui 12h31)

(Laetitia Pietri - Alta Frequenza) - Avis de tempête dans le monde de l?archéologie corse. En effet, une polémique fait rage autour de l?interprétation de la période de la préhistoire en Corse. I naziunali, collectif de défense de la culture corse et plusieurs archéologues insulaires, responsables de chantier de fouille ont tenu une conférence de presse ce matin, pour dénoncer, je cite, « les agissement d?un préhistorien arrivé il y a peu en Corse avec une mission précise faire entrer la préhistoire corse dans le moule français et faire disparaître toutes les spécificités corses ». Ce préhistorien, objet de toutes les critiques, c?est Laurent Jacques Costa, docteur en archéologie et qui a publié plusieurs ouvrages sur la préhistoire en Corse.

http://www.alta-frequenza.com/index.php/l_...ire_de_la_corse

:zangry_smile: :zangry_smile:

U tippu chì ghjunghje di a so "Gaule profonde" pà dà lezioni è nigà quarant'anni di ricerche!

Viens là, coco, on va te fossiliser en un temps record! :smiley_7: :smiley_7:

Edited by Corsu è n'è sò fieru

UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un malade ce type pour qui il se prend !!!

Voila ce qu'est la France !!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est un malade ce type pour qui il se prend !!!

Voila ce qu'est la France !!!!

In Corsu, possi fallu? Sarà megliu :D


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai des origines corses, mais je ne parle pas corse, mais j'aimerais trop savoir le parler!, mais c'est dur

A me, mi piacce a ciucculata :doh:

Edited by BamMargera42

janot_fleuretiste.jpg

"Lui, c?était certain qu?il s?y mettrait, à la tecktonik. "

Jérémie Janot, Jérémie Janot, Jéré, Jéré, Jérémie Janot!

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'ai des origines corses, mais je ne parle pas corse, mais j'aimerais trop savoir le parler!, mais c'est dur

A me, mi piacce a ciucculata  :doh:

:lol:

Ahè, c'est normal, quand tu t'éloigne de tes origines, tu les perds!

"Aghju tombu un cignale tamantu"! :lol:;)


UNITI A PUDEMI FÀ

"NE LEUR PARLEZ SURTOUT PAS, C'EST DES MALADES!!" JP Louvel, humoriste islandais

Ci chjamemu tutti Yvan Colonna, semi tutti chjosi, innucenti!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...